Jack Bauer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Jack Bauer (cyclisme)
Jack Bauer
Personnage de fiction apparaissant dans
24 heures chrono.

Image illustrative de l'article Jack Bauer

Naissance 18 février 1966
Origine États-Unis
Sexe Masculin
Activité(s) Voir les informations
Taille 1,74 m
Famille Voir l'arbre généalogique
Affiliation Voir affiliation
Ennemi(s) Terroristes, hiérarchie.

Créé par Joel Surnow et Robert Cochran
Interprété par Kiefer Sutherland
Série(s) 24 heures chrono
Première apparition Saison 1, épisode 1
Saison(s) 1, 2, 3, 4, 5, 6, Redemption, 7, 8, 24: Live Another Day
Doublage Patrick Bethune.

Jack Bauer est un personnage fictif, héros de la série télévisée 24 heures chrono. Né le 18 février 1966, il a travaillé dans plusieurs organismes du gouvernement américain tels que la Delta Force, le SWAT et finalement la cellule anti-terroriste de Los Angeles. Il est l'un des meilleurs agents de cette dernière et a su prévenir plusieurs attaques terroristes majeures sur le territoire des États-Unis. Il a ainsi sauvé des milliers de vies civiles en même temps que celles de hauts responsables du gouvernement. En raison de son poste et de ses exploits, lui et ses proches furent la cible de nombreuses attaques. Le rôle de Jack Bauer est interprété par Kiefer Sutherland.

Informations[modifier | modifier le code]

  • Directeur des Opérations - CTU LA
  • Directeur provisoire des Opérations - CTU LA
  • Agent anti-terroriste
  • Département de la Défense, Washington – Assistant spécial du Secrétaire de la Défense.

Affiliation[modifier | modifier le code]

Apparitions[modifier | modifier le code]

En tant que personnage principal dans 24, Jack joue un rôle important dans la série télévisée (24 heures chrono) et le jeu vidéo (24 heures chrono: le Jeu). Jack est le protagoniste principal dans la série et dans les livres. Il est le seul personnage qui soit apparu dans toutes les saisons.

Série télévisée 24[modifier | modifier le code]

Jack Bauer est né en Californie, le 18 février 1966, il est le fils de Phillip Bauer. Après le lycée, il s'est inscrit à UCLA où il est diplômé d'un Bachelor en littérature anglaise. Il a continué pour recevoir sa maîtrise en criminologie et en droit de l'UC Berkeley. Après avoir été membre de l'armée des États-Unis, il a demandé à rejoindre la Delta Force, Il a aussi été membre de l'équipe du LAPD-SWAT. Jack Bauer a aussi travaillé à la CIA puis à la CTU.

Après avoir eu une relation avec Marilyn, la future épouse de son frère Graham, Jack s'est marié avec Teri Bauer. Ils ont eu une fille, Kim Bauer. Mais Teri meurt assassinée par la deuxième taupe Nina Myers. Kim, estimant son père responsable, décide alors de ne plus avoir de relation avec lui.

Au cours de 24, Jack a été soumis à un « retour de souffle » (en anglais : blowback). Le premier était dans le Jour 1, avec Jack étant la cible de la famille Drazen (aussi ciblés : le sénateur David Palmer et Robert Ellis). Le second était dans le Jour 3, quand un des ex-collègues de Jack, Stephen Saunders, un ex-agent de la MI6 et un employé spécial des Services secrets, ont essayé de répandre un virus mortel aux États-Unis. Le troisième a eu lieu dans le Jour 5, quand Jack a été enlevé par Cheng Zhi après avoir participé à une opération secrète qui a causé la mort du consul chinois. Ceci s'est produit dans le Jour 4. Le dernier « retour de souffle » s'est produit dans le Jour 6, quand le terroriste Abu Fayed a exigé la mort de Jack après que Jack a torturé et tué son frère à Beyrouth pendant une opération en 1999.

24 heures chrono: le jeu[modifier | modifier le code]

24 heures chrono: le Jeu se déroule entre le Jour 2 et le Jour 3.

Figurines d'action 24[modifier | modifier le code]

En janvier 2007, les jouets de McFarlane ont annoncé des plans pour une ligne de figurines d'action 24. Deux figurines de Jack Bauer sont actuellement en production. Tous les deux sont empaquetés comme les positionnements enfermés dans une boîte et recréent des scènes prises directement de la série. On s'attend à ce que la première figurine frappe des étagères de mémoire en août 2007, avec la seconde programmée pour la version de la saison 2007 de vacances.

Livres 24[modifier | modifier le code]

Le premier roman Opération Hell Gate, rédigé par Marc Cerasini, nous renvoie dans les premiers temps de la cellule antiterroriste. Jack – l’infatigable - est appelé à enquêter sur une attaque de missiles imminente qui viserait des avions commerciaux à Los Angeles. D’emblée, il est amené à poursuivre un criminel, un certain Dante Arete. Alors qu’il a arrêté celui-ci et qu’il l’emmène pour procéder à un interrogatoire, son avion est attaqué par un missile. Un membre du FBI, Hensley, se retourne contre Bauer et essaye de le tuer. Jack s’en sort, mais Arete lui a échappé. Il lui faut comprendre pourquoi Hensley a voulu l’abattre. D’autant plus que ce dernier déclare à ses supérieurs que c’est Jack le coupable et que l’on délivre un mandat d’arrêt contre lui. Aidé par ses partenaires qui mènent l’enquête grâce à leurs ressources informatiques, Jack apprend que des missiles sont en route pour la Corée du Nord.

Le second Veto Power, rédigé lui par John Whitman, met en scène Jack surveillant un dangereux terroriste soupçonné de préparer un attentat. Son instinct semble lui donner raison lorsque des armes électromagnétiques sont volées à Los Angeles la veille d'un vote important au Sénat. Une histoire sans temps mort qui laisse augurer au mieux pour les titres en voie de parution.

Autres médias[modifier | modifier le code]

Jack Bauer a été parodié dans d'autres séries télévisées, subtilement et évidemment. Dans un épisode de Dr House, aussi dans FOX, Dr Gregory House répond à une situation urgente d'une façon plutôt sarcastique : « Un niveau trois ! vous avez appelé Jack Bauer ? »

Bauer fait une apparition dans l'avant-dernier épisode de la 18e saison des Simpsons avec Chloe O'Brian. On l'y voit alors qu'il reçoit un appel provenant de Bart Simpson en raison du croisement des appels. Bart lui donne alors de fausses informations. À la fin de l'épisode, Jack Bauer et l'escouade tactique du CTU arrivent à l'École primaire de Springfield, en brisant des vitres et en défonçant des murs, pour arrêter Bart à cause du coup de téléphone. Une bombe nucléaire explose au loin, semant l'inquiétude, jusqu'à ce que Bauer annonce que c'est Shelbyville qui a explosé. Jack Bauer a été aussi cité dans l'épisode « Working for the Weekend » de la saison 6 de Degrassi : La Nouvelle Génération.

Un épisode de la saison 11 de South Park, intitulé « Chattomique », parodie clairement la saison 5 de 24, avec le personnage de South Park, Eric Cartman, qui joue le rôle de Jack Bauer.

Jack Bauer a fait aussi une apparition dans le croquis d'ouverture de Conan O'Brien de l'Emmys 2007.

Il est aussi cité dans la série française Plus belle la vie, le personnage de Victoire appelant ainsi le brigadier Boher.

Dans le 11e épisode de la 6e saison de Dr House, Hugh Laurie prononce la phrase suivante « I need the drugs » puis il la répétant mais cette fois en hurlant à défaut de recevoir la moindre réponse de son interlocuteur, suivi d'un « Ça marche pour Jack Bauer… »

Le duo humoristique les Grandes Gueules caricature Jack Bauer à l’extrême.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Arbre généalogique[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
Phillip Bauer
 
 
 
?
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Marilyn Bauer
 
 
 
Graem Bauer
 
Jack Bauer
 
 
 
Teri Bauer
 
Carol
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Josh Bauer
 
 
 
 
 
 
 
Kim Bauer
 
 


† Le nom de la mère de Jack n'a pas été révélé dans la série.

Armes et équipements[modifier | modifier le code]

Jack porte principalement deux pistolets lors de la série. Durant les jours 1 et 2, il utilise un Sig-Sauer P228. Puis, lors les jours 3–6, il a un Heckler & Koch USP Compact. Il a aussi utilisé, quelques fois, plusieurs armes différentes. Cela inclut le Heckler & Koch USP, le Beretta M92FS, le Smith & Wesson Model 60, le Colt M4A1, le MAC 10, le HK G3, le Heckler & Koch SR9T, le Smith & Wesson Model 66, le Accuracy International AWP, l' AK-47, le Ruger Mini-14, le P2000 (Heckler & Koch), le Mossberg 500 et son Mariner Variant, le Sig-Sauer P225, le Heckler & Koch SL8, le Walther P99, le SIG P229, le Mossberg 500, le Makarov PM, le Beretta Px4 Storm et le MP7.

Conception et création[modifier | modifier le code]

Création du personnage[modifier | modifier le code]

Les auteurs de 24 ont collaboré avec Sutherland pour créer une « partie » de Jack Bauer. Sutherland est aussi un producteur exécutif de 24.

Kiefer Sutherland[modifier | modifier le code]

Dans 24, Sutherland doit produire autour de 18 heures de film chaque saison.

Sutherland a signé un contrat pour interpréter le rôle de Bauer pour trois saisons de plus pour 40 millions de dollars. Il a aussi gagné un Golden Globe Award pour le rôle en 2002.

La politique et la loi[modifier | modifier le code]

Dans de nombreux épisodes, lorsque la situation est urgente, Jack Bauer se fie à son instinct et n'hésite pas à s'opposer aux ordres présidentiels, ainsi qu'aux instructions de ses supérieurs. Il ne finit toujours par écouter que lui-même et on a même l’étrange impression qu’il ne revient à la Cellule Anti-Terroriste que pour désobéir de plus belle à tous les chefs qui se succèdent. Lors de chacun des multiples dilemmes qu’il a à résoudre, il n’a finalement confiance qu’en son propre avis et considère qu’il a toujours raison contre l’opinion générale et, quelquefois d’ailleurs, contre toute raison. C’est le cas, par exemple, durant la seconde journée durant laquelle, contre l’avis de sa hiérarchie, il va continuer seul (ou presque) à chercher un enregistrement qu’il considère comme ayant été falsifié alors que tous les experts l’ont déclaré authentique. Comme le dit son ancien supérieur George Mason : « C’est un électron libre. Les règles ne sont pas faites pour Jack Bauer. Il fait ce qu’il veut quand il le veut. Il ne se préoccupe de personne. »[1].

Au bout du compte, Bauer incarne l’individu que souhaitait Thomas Jefferson, le rédacteur de la Déclaration d’Indépendance, qui parlait de « libre gouvernement de soi-même ». À son père Philip Bauer, il dira très jeune, alors que ce dernier souhaite lui donner les clefs de son entreprise BXJ Technologies, « I just had to go my own way »[2]. Rien ni personne ne peut légitimement conseiller ou imposer quoi que ce soit à Bauer.

Ainsi, son fameux « I don’t have a choice » qu'il scande de façon répétitive dès lors qu’il se prépare à décider tout seul ne signifie pas uniquement qu’il n’y a qu’une seule façon d’agir selon lui. La sentence renvoie davantage au fait qu’aucun choix ne lui est donné, qu’aucune solution ne lui est proposée par quelque autorité que ce soit. Jack ne se réfère, en effet, jamais à une quelconque référence morale, religieuse ou idéologique. Tout au plus pourrait-on penser qu’il respecte une autorité publique qui l’emploie. Or, celle-ci apparaît très tôt discréditée, minée par la présence régulière de traitres et autres félons jusqu’à sa tête ou bien de dirigeants incapables quel qu’en soit le niveau. Ainsi en fin de compte, le Président qui marquera la série est davantage le Président Logan que Palmer, ne serait-ce que par sa longévité dans la série ou même par son étonnante ressemblance avec un Président réel, en l’occurrence Richard Nixon. On ajoutera que même l’ex-sénateur Palmer devenu Président n’est pas exempt de tout reproche, happé par les vicissitudes de la realpolitik qui le pousseront à faire séquestrer le journaliste Ron[3], à faire torturer Stanton, le chef de la NSA[4] ou à mettre en place un stratagème qui mènera à la mort de trois personnes (le sénateur Milliken, son épouse et Cherry Palmer durant la 3e journée) et, incidemment, à son retrait de la vie politique. Non seulement l’État ne fait pas les choses correctement mais en plus le pouvoir politique corrompt les mœurs et les meilleurs sentiments. Dans une posture très néo-libérale, Bauer apparait donc comme un contempteur de l’appareil d’État ce qui explique son refus permanent de se soumettre à une raison d’État qu’il estime la plupart du temps illégitime. Si l’on ajoute le climat de désobéissance quasi permanent et généralisé qui règne au sein de la « cellule », on est proche de cette idéologie, récurrente dans l’histoire des États-Unis, d’insoumission à l’État que revendiquent de nombreux penseurs américains, du libéral H.D. Thoreau au libertarien M. Rothbard, en passant par Ayn Rand.

La fin justifie les moyens[modifier | modifier le code]

En réponse à une situation critique, Jack Bauer est littéralement prêt à tout pour atteindre ses objectifs et mener sa mission à bien. Il n'hésite pas à brutaliser ou torturer pour obtenir des informations cruciales, et même à tuer lorsqu'il le juge nécessaire. En ce sens, il ne respecte pas la loi une fois de plus, et s'expose sans cesse à de lourdes sanctions, et même à des représailles contre lui ou ses proches. Mais ses méthodes, aussi violentes soit-elles, sont efficaces et permettent de sauver de nombreuses vies. Ainsi, la série met en avant, à travers son personnage principal, cette idée qu'une action potentiellement mauvaise peut être considérée comme bonne, si la cause qu'elle sert est juste.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Saison 1 - Épisode 4
  2. Saison 6 - Épisode 10
  3. Saison 2- Épisode 2
  4. Saison 2 - Épisode 5

Liens externes[modifier | modifier le code]