Italo-celtique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En linguistique historique, "italo-celtique" signifie un regroupement des branches italique et celtique de la famille des langues indo-européennes sur la base des caractéristiques partagées par ces deux seules branches et aucune autre. Ceci est généralement considéré comme étant des innovations qui sont susceptibles de s'être développées après l'éclatement du proto-indo-européen. Il est aussi possible que certaines de ces innovations n'en sont pas; il est alors probable que "ces deux branches" aient partagé des caractéristiques conservatrices. Il y a controverse à propos de la cause réelle de ces similitudes. Ce qui est communément accepté, c'est que les caractéristiques partagées peuvent être considérées comme étant des "formes italo-celtiques".

Interprétations[modifier | modifier le code]

L'interprétation traditionnelle de ces données est que ces deux sous-groupes de la famille des langues indo-européenne sont généralement plus apparentés l'un à l'autre que les autres langues indo-européennes. Cela peut être interprété en ce sens qu'ils descendent d'un ancêtre commun, un phylogénétique proto-italo-celtique qui peut être partiellement reconstruit par la méthode comparative. Cette hypothèse est tombée en désuétude après avoir été réexaminée par Calvert Watkins en 1966[1]. Cependant certains chercheurs tels que Frederik Kortlandt ont continué de s'intéresser à la théorie[2]. En 2002 un document rédigé par Ringe, Warnow et Taylor employant des méthodes de calcul en tant que supplément à la traditionnelle méthodologie de sous groupement linguistique a plaidé en faveur de l'existence d'un sous-groupe italo-celtique[3], et en 2007 Kortlandt a tenté une reconstruction d'un proto-italo-celtique[4].

L'autre interprétation la plus courante est qu'une proximité aréale du proto-celtique et du proto-italique sur une plus longue période pourrait avoir encouragé le développement parallèle de ce qu'étaient déjà des langues bien distinctes. Comme Watkins le dit "la similitude du en italique et en celtique est attribuable au contact précoce, plutôt qu'une unité originale." La période présumée de contact linguistique pourrait alors se situer plus tard, se poursuivant peut-être au cours du Ier millénaire av. J.C.

Si toutefois certaines des formes sont vraiment des archaïsmes, des éléments du proto-indo-européen qui ont été perdus dans toutes les autres branches ne se retrouvent dans aucun autre des modèles de relation post-PIE. De plus, l'italique et plus particulièrement le celtique partagent certaines des caractéristiques archaïques avec la langue hittite et le tokharien[5].

Numération[modifier | modifier le code]

français occitan portugais espagnol catalan italien roumain latin osque gaulois breton gallois irlandais
un un um uno un uno unu unus uinus oino unan un oin
deux dos dois dos dos due doi duo dus duo/dui daou dau da
trois tres très tres tres tre trei tres tri/treis/tidres tri tri tri trí
quatre quatre quatro cuatro quatre quattro patru quattuor petora petuar/petro/petru pevar petwar cethir
cinq cinc cinco cinco cinc cinque cinci quinque pompe pempe/pimpe pemp pimp coic
six sièis seis seis sis sei sase sex sehs suexs c'hwec'h chwech se
sept sèt sete siete set sette sapte septem seften sextan seizh seith secht
huit uèch oito ocho vuit otto opt octo uhto oxtu/octu eizh wyth ocht
neuf nòu nove nueve nou nove noua novem nuvem nauan nav naw noi
dix detz dez diez deu dieci zece decem deken decan/decam deg dec dech
cent cent cem ciento cent cento suta centum canto/conto kant cant céad
mille mila mil mil mil mille mie millia mil mil míle

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Watkins, Calvert, “Italo-Celtic Revisited”. In: (en) Henrik Birnbaum, Puhvel, Jaan eds., Ancient Indo-European dialects, Berkeley, University of California Press,‎ 1966, 29–50 p. (OCLC 716409)
  2. Kortlandt, Frederik H .H., « "More Evidence for Italo-Celtic" » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-09, in Ériu 32 (1981): 1-22.
  3. (en) Donald Ringe, « Indo-European and Computational Cladistics », Transactions of the Philological Society, Oxford, Blackwell Publishing, vol. 100, no 1,‎ mars 2002, p. 59–129 (ISSN 0079-1636, OCLC 195112762, DOI 10.1111/1467-968X.00091, lire en ligne)
  4. Kortlandt, Frederik H .H., Italo-Celtic Origins and Prehistoric Development of the Irish Language, Leiden Studies in Indo-European Vol. 14, Rodopi 2007, ISBN 978-90-420-2177-8.
  5. Nils M. Holmer, « "A Celtic-Hittite Correspondence" » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-09, in Ériu 21 (1969): 23-24.

Articles connexes[modifier | modifier le code]