IBM Lotus Notes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lotus.
IBM Lotus Notes
Image illustrative de l'article IBM Lotus Notes
Logo

Développeur IBM
Dernière version 9.0 Social Edition (21 mars 2013)
Environnement Microsoft Windows, Mac OS, GNU/Linux
Langue multilingue
Type groupware
Licence propriétaire[1]

IBM Notes est un logiciel de travail collaboratif, utilisé dans des entreprises ou des administrations pour gérer les projets, les courriels et les échanges d'informations autour d'une base commune. À l'origine nommé Lotus Notes, il est rebaptisé IBM Notes depuis la version 9.

Objectifs d'IBM Notes[modifier | modifier le code]

Technologies liées[modifier | modifier le code]

Le serveur d'application Domino comprend un serveur de pages Web, des serveurs POP3, IMAP et SMTP — pour la gestion de la messagerie —, un annuaire intégré, un agenda collectif, un gestionnaire de documents organisé en base (base documentaire). La structure de ces bases de données non relationnelles et les évènements interactifs qui lui sont associés sont programmables en langage Lotus script (du Visual Basic adapté), en langage de formules Lotus, en JavaScript ou en Java.

Domino peut être couplé à d'autres produits IBM rajoutant de nouvelles fonctionnalités.

On peut citer parmi eux :

  • Lotus QuickR : bibliothèques de contenu, espaces de travail virtuel, référentiels de contenu, gabarit d'application et Fils RSS/ATOM. Ce produit est une évolution du produit Quickplace qui apporte principalement la notion de connecteur permettant une intégration des bases QuickR dans l'explorateur de Windows et notamment dans les produits bureautiques. Les connecteurs permettent la lecture, la modification et/ou la réservation en écriture des documents stockés dans les bases QuickR.
  • Lotus Connections : permet de développer un réseau social d'entreprise. Recherche de personnes par expertise, envoi d'un message instantané, création de communauté thématique, liste de signets partagés, blog collaboratif et gestion d'activités communes.
  • Lotus Sametime: permet de communiquer (Messagerie instantanée) avec les collaborateurs et d'organiser des réunions. Celles-ci peuvent être diffusées ou interactives au moyen de la discussion en ligne, des fonctions audio et vidéo de l'ordinateur et par le biais de conférences téléphoniques(visioconférence). Sametime est basé sur le standard ouvert SIP/SIMPLE.
  • Lotus Domino.Doc : centralisation de documents, backoffice.
  • IBM Lotus Forms (en) : création et routage de formulaires Web.
  • IBM Lotus Notes Traveler (en) : socle sur terminaux mobiles, permettant l'accès aux fonctionnalités des produits Lotus.
  • Lotus Symphony - La suite bureautique professionnelle gratuite d'IBM basée sur openoffice
  • Lotus Domino Designer - un environnement de développement destiné aux applications s'exécutant sous IBM Notes et Domino.

Applications possibles[modifier | modifier le code]

De nombreuses applications sont possibles à partir de ce logiciel. On peut en effet construire un Intranet uniquement à partir d'IBM Domino. Il est également possible de créer des applications de groupware, par l'échange de documents entre les différents clients. On peut surtout développer et héberger un site web sur le serveur Domino basé sur tous les documents à disposition du système. Quand cet outil avait une relative notoriété dans le monde de l'entreprise (à la fin des années 1990), IBM affirmait que les entreprises pouvaient entièrement construire leur système d'information autour de cette plate-forme.

IBM Domino et les entreprises[modifier | modifier le code]

La première implémentation de Lotus Domino dans le monde de l'entreprise remonte à 1989, lorsque la société PricewaterhouseCoopers décide de l'utiliser pour la gestion de la messagerie de ses 10 000 collaborateurs[2]. C'est un pari plutôt osé car à l'époque cette technologie est encore très récente et n'a jamais été mise en place au sein d'une entreprise.

Depuis, les exemples d'utilisation de ce logiciel sont nombreux, de Cegetel à EDF en passant par Michelin, Bull, la Fnac, Air France, Alstom, Alfa Laval, Steria, Valeo, Lafarge SA, LCL,Galeries Lafayette, BNP Paribas, World Vision, Vinci, Total, Caterpillar, Videotron, Caisses Desjardins, Réseau CNAVTS, Eurocopter, Benetton Group, Française des jeux, Bombardier aéronautique, Soprema, le Real Madrid.

Les concurrents[modifier | modifier le code]

Plusieurs sociétés ont au fil du temps emprunté le chemin des logiciels de travail collaboratif, en développant leurs propres outils. La première fut Microsoft ; elle développa néanmoins un outil moins riche en fonctionnalités. Pendant de nombreuses années, le marché des logiciels collaboratifs se réduisait essentiellement à ces deux sociétés. Depuis peu, d'autres sociétés s'y intéressent ; on note parmi elles Oracle et Novell. Des solutions libres telles que Blue Mind, Zimbra, Open-XChange Server, Kolab ou OBM ont vu le jour. Des solutions de Réseau social d'entreprise tel que Knowledge Plaza permettent également de récupérer des contenus de bases Notes et les revaloriser au sein d'environnements à l'ergonomie plus actuelle.

Ray Ozzie, un des créateurs de Lotus Notes, a créé une nouvelle startup après avoir quitté la société IBM/Lotus, dans le but de re-développer une nouvelle solution de travail collaboratif, baptisée Groove. Microsoft ayant injecté de grosses sommes d'argent au début des années 2000, on aurait pu croire à un « Notes killer » ; cinq années plus tard, ce n'est pas le cas. Toutefois, Groove a été racheté par Microsoft et rebaptisé « Microsoft Office Groove » lorsque ses fonctionnalités ont été intégrées dans la suite bureautique Microsoft Office. À partir de Microsoft Office 2010, Groove a été renommé Microsoft SharePoint Workspace 2010.

IBM Domino en chiffres[modifier | modifier le code]

  • À la fin des années 1990, Lotus Domino occupait 50 % des parts de marché contre 25 % pour Microsoft Exchange.
  • En 2006, Lotus Domino occupait 41 % des parts de marché contre 51 % pour Microsoft Exchange.
  • En 2009, Lotus Domino s'accordait entre 37,7 % et 42 % des solutions de messagerie en entreprise, contre 48 % à 52 % pour les solutions Microsoft[3],[4]

On peut considérer qu'environ 150 à 192 millions de personnes dans le monde l'utilisent quotidiennement[5],[6].

Versions[modifier | modifier le code]

Release Date Info
1 1989 Clients: MS/DOS 3.1 ou OS/2. Le serveur Notes fonctionne sur MS/DOS 3.1, MS/DOS 4.0.
2 1991 Réorganisation du code: Le logiciel prévu initialement pour des petites et moyenne entreprises (25 postes connectés en simultanés sur un serveur) nécessite le support de 10 000 utilisateurs !
3 Mai 1993 Nombreuses améliorations sur le client Windows. Client Mac/OS ajouté ainsi que le protocole AppleTalk.
4 Janvier 1996
4.5 Décembre 1996 Serveur renommé en "Domino", ajout des protocoles HTTP server, POP3 server, support des clients CC:MAIL, support Calendrier & Planification, et introduction Java support.
5 1999 Changement de l'interface du client Lotus Notes. Modification de l'agent SMTP. Amélioration drastique du serveur HTTP
6 Septembre 2002 Ajout de Domino Web Access. Abandon du support OS/2.
7 Août 2005 Ajout du SGBD IBM DB2
8 Août 2007 Serveurs: Windows, Linux, Solaris, AIX. Clients disponibles: Linux and Windows XP/Vista English.
8.5 Décembre 2008 Serveur: MS Windows Serveur 2008. Client: MacOs. Domino Designer est porté sur l'EDI Eclipse. Introduction au framework XPages. Performances améliorées en espace disque et vitesse.
8.5.3 Décembre 2011
8.5.3 FP4 Avril 2013 Correction de bugs.
9.0 21 mars 2013 Abandon de la marque Lotus, cette 9e édition est appelée IBM® Notes® and Domino® 9.0 Social Edition[7]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]