Messagerie web

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une messagerie web, webmail ou courriel web est une interface web rendant possible l’émission, la consultation et la manipulation de courriers électroniques directement sur le Web depuis un navigateur[1].

Particularités[modifier | modifier le code]

Un logiciel de webmail est un client de messagerie qui s'exécute sur un serveur web, Il sert d'interface entre un serveur de messagerie et un navigateur web[2] contrairement au client lourd qui permet les mêmes opérations à partir d’un logiciel installé localement sur un ordinateur personnel.

Les avantages du webmail pour l'utilisateur sont de ne pas avoir à installer un logiciel spécialisé sur sa ou ses machines, de ne pas avoir à faire la configuration de base pour envoyer et recevoir le courrier et de déporter la responsabilité de la sécurité de l'installation vers le serveur. Les inconvénients de cette solution sont d'être dépendant en performance de la rapidité du réseau, en particulier si le nombre de messages est grand ou s'il y a des pièces jointes de taille importante dans les messages[2].

Les fournisseurs d'accès à Internet (FAI) ont été de plus en plus nombreux à proposer un service webmail depuis 2005 environ. En 2009, tous en fournissent. Les nouveaux abonnés sont incités à l'utiliser plutôt qu'un logiciel client, ce qui présente deux avantages : moins de virus, plus de publicité.

Les opérateurs de réseau mobile ont suivi à la fin des années 2000 en permettant l'accès au webmail depuis les smartphones de leurs clients via les réseaux mobile 3G ou 4G. Ce service est proposé en alternative à des applications exécutées sur le smartphone et faisant office de clients de messagerie.

Les messageries web ont aussi des inconvénients :

  • la distance, ainsi en cas de panne connexion internet (celle de l'utilisateur final, ou l'un des intermédiaires du réseau Internet) toute la correspondance est indisponible.
  • le risque de perte de confidentialité de vos messages (du fait du fournisseur Webmail, où du fait d'un des membres du réseau Internet par lequel transitent le trafic entre le navigateur web et le serveur webmail). En 2012 encore, en termes de confidentialité, envoyer un email (via webmail ou pas) revient à écrire sa lettre au dos d'une carte postale : tous les intermédiaires ont la possibilité de la lire. Voir cryptage des données, SSL (Transport Layer Security).
  • le modèle économique des webmail gratuits : que savez-vous de l'utilisation qui est (ou sera) faite de vos données. Voir gratuité (économie).
  • l'utilisation avec un simple logiciel navigateur web, permet d'accéder à son webmail depuis tout presque tout ordinateur connecté à Internet, ce qui augmente le risque d'utiliser un ordinateur mal sécurisé et infecté par un logiciel espion qui relève le mot de passe utilisé.

L’utilisation de plusieurs langues ou de symboles mathématiques (Courriel et Unicode) ne sont pas supportés correctement par certains webmails.

On peut distinguer deux types de webmail :

  • d'une part les webmails développés par les fournisseurs de messageries, qu'ils utilisent souvent exclusivement (Gmail, Windows Live Hotmail ou Yahoo! Mail)
  • et d'autre part les applications webmails développées indépendamment, pouvant être proposées par différents fournisseurs de messagerie à l'instar de Zimbra, Outlook Web Access, IMP/Horde ou SquirrelMail ou pouvant être installées par une entreprise pour ses employés.

Quelques exemples[modifier | modifier le code]

Prestataires webmails[modifier | modifier le code]

Logiciels serveurs de messagerie Web[modifier | modifier le code]

Libre[modifier | modifier le code]

Webmail uniquement[modifier | modifier le code]
Groupware : webmail + autres fonctionnalités[modifier | modifier le code]

Propriétaire[modifier | modifier le code]

Sécurité des informations[modifier | modifier le code]

En 2010, un article paru sur ZDNet France posait la question « Les députés devraient-ils être sensibilisés à la sécurité informatique ? » car « De nombreux députés utilisent des services grand-public comme le webmail. Or, l’accès à ces comptes de messagerie est souvent facile à obtenir en exploitant le système de restauration de mot de passe. Deux députés en ont récemment fait les frais. »[5]

En juin 2013, avec un article du quotidien britannique The Guardian basé sur les révélations de l'informaticien Edward Snowden[6], éclate le scandale relatif à PRISM, le dispositif américain de surveillance des communications électroniques mis en place après les attentats du 11 septembre 2001 sur les États-Unis. À ce jour[Quand ?], la portée réelle du dispositif PRISM n'est pas encore clairement établie. Les responsables du renseignement américain, ainsi que le président Obama, ont implicitement avoué que ce dispositif ciblait officiellement les non-américains[réf. nécessaire], créant de ce fait une distinction entre les webmails basés aux États-Unis et ceux qui sont basés ailleurs dans le monde[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. webmail sur le Jargon Français
  2. a et b M. Bäck, P. Ben Koetter, R. Hildebrandt, A. McDonald, D. Rusenko, C. Taylor (trad. Patrick Tonnerre), Monter son serveur de mails sous Linux, Eyrolles, coll. « accès libre », 2006 (ISBN 2-212-11931-3), chapitre 4 Le service webmail
  3. AOL mail est le Webmail de plusieurs FAI français tels que SFR qui englobe Neuf Telecom, Cegetel, et AOL
  4. Le premier Webmail [1] est IMP en version 3.2.8, qui n’est pas compatible UTF-8, il utilise la codage Western ISO 8859-1. Le deuxième [2] est IMP en version 4.1.3, qui lui est compatible émission réception UTF-8. Le troisième était [3] RoundCube dans sa version 0.2, qui n'est plus utilisable depuis le 16 février 2009. Le quatrième [4] est Zimbra dans sa version 5.0.11 qui est en phase de bêta test, Zimbra est compatible UTF-8. Le Webmail historique n'est pas compatible avec UTF-8 Il est possible de visualiser des messages reçus en UTF-8, mais il n’est pas possible d’en écrire, et les réponses à des messages UTF-8 sont altérées. Ainsi, les réponses faites depuis imp.free.fr à des messages reçus en UTF-8 sont mal codées : le texte de la réponse est envoyé avec un jeu de caractères autre qu’UTF-8, alors que l’en-tête indique un message UTF-8, à la date du mercredi 21 février 2007
  5. Les députés devraient-ils être sensibilisés à la sécurité informatique ? - ZDNet, 16 mars 2010
  6. (en) NSA Prism program taps in to user data of Apple, Google and others - The Guardian, 7 juin 2013

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]