Nibelungen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Nibelungen.

Les Nibelungen, dont le nom signifie « ceux de la brume » ou « ceux du monde d'en bas »[1], sont les nains des légendes germaniques. Ils possédaient de grandes richesses qu'ils tiraient de leurs mines en dessous des montagnes, là où ils habitaient.

D'après Claude Lecouteux, « Nibelung dérive de nibel “brume, brouillard, nuée”[2] et -ung, suffixe germanique qui établit un rapport d'appartenance et de parenté, de descendance. Nibelung est donc étymologiquement “le descendant ou le fils de la brume”, ce qui fait du pays auquel il donne son nom un empire mythique qui peut être rapproché du Niflheimr norrois, “le Monde des brouillards”, un des noms de l'empire des morts dans l'ancienne mythologie scandinave. »[3]

Les Nibelungen avaient pour roi Nibelung. Cette légende du XIIIe siècle qui relate les exploits du chevalier Siegfried a inspiré Richard Wagner et sa tétralogie connue sous le nom de L'Anneau du Nibelung.

L'épopée médiévale est racontée dans la Chanson des Nibelungen. Fritz Lang en a porté une partie à l'écran dans le diptyque Les Nibelungen (1924).

J. R. R. Tolkien a également écrit un poème en vers allitératifs intitulé La Légende de Sigurd et Gudrún, Sigurd étant le nom vieux norrois de Siegfried.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jan de Vries, Altnordisches etymologisches Wörterbuch, 1962
  2. Ancien haut-allemand : nëbel, ancien-saxon : nëbhal, ancien-bas allemand : nebble ou nibel, norrois nifl, mot germanique apparenté au latin nebula, au grec νεφελη signifiant « nuage », au vieux slave nebo signifiant « ciel » ou au sanscrit nabhas signifiant « brume, nuage, ciel »
  3. Claude Lecouteux, Les Nains et les Elfes au Moyen Âge, éditions Imago, Paris, 1988 (ISBN 2-902702-44-2), p. 65.