George Langelaan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

George Langelaan (né à Paris le 19 janvier 1908 et mort le 9 février 1972) est un écrivain et journaliste franco-britannique qui fut agent secret du Special Operations Executive pendant la Seconde Guerre mondiale. Il passa la majeure partie de sa vie en France. Parfaitement bilingue, il écrivit la plupart de ses articles, nouvelles et romans en français.

Famille[modifier | modifier le code]

  • Père anglais et mère française. Son père, de filiation hollandaise, travaillait à l'édition continentale du Daily Mail.
  • Un fils, William, né en 1931 et mort le 13 mars 2014 au Mesnil Saint Denis (Yvelines).

Biographie[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

George Langelaan est tout d’abord agent secret au service de la couronne britannique au MI5[réf. nécessaire].

Il se fait alors entièrement refaire le visage, pour ne pas être reconnu en ces temps troublés. Oreilles recollées, double menton, George Langelaan, le jeune officier anglais devient Georges Langdon, français pétainiste avec sa petite moustache et sa mèche sur le côté.

Recruté par le Special Operations Executive, section française (F), il suit l'entraînement spécial.

Après plusieurs tentatives début août 1941 reportées en raison du mauvais temps, il est parachuté d’un bombardier Whitley, dans la nuit du 6 au 7 septembre 1941, à Tendu (au nord d’Argenton-sur-Creuse), avec cinq autres agents : André Bloch « Georges IX », Benjamin Cowburn «Benoît », Victor Gerson « René », Jean du Puy « Denis », Michael Trotobas « Michel ». Trois personnes constituent le comité de réception : Georges Bégué « Georges I », Max Hymans « Frédéric » et Auguste Chantraine « Octave », le maire de Tendu. Son nom de guerre est « Marcel ». Sa mission consiste à entrer en contact avec la résistance. Il s'arrange pour rencontrer le vieil Édouard Herriot, qui « ne désire pas partir ». Le 6 octobre, tandis qu'il attend de rencontrer l'opérateur radio Georges Bégué dans un restaurant de Châteauroux pour lui donner le message à transmettre sur le bilan de sa mission, il est arrêté par la police française. Il paye ainsi de sa liberté son refus catégorique, pendant son entraînement spécial, d'apprendre à manipuler lui-même les émetteurs radio. Après un séjour à Périgueux, il est conduit au camp de Mauzac, d'où il s'évade, le 16 juillet 1942, avec dix camarades (voir l'article évasion de Mauzac).

À la Libération, il est l'un des premiers soldats britanniques à entrer dans Paris.

George Langelaan s’intéresse au paranormal et aux esprits, écrivant ainsi plusieurs histoires sur les fantômes. La double adaptation cinématographique de sa nouvelle La Mouche est un très grand succès mondial. Dans les années 1960, il participe activement à la revue Planète - et à sa petite sœur Plexus - de Louis Pauwels, apôtre du réalisme fantastique[1]. Il est également très actif au sein du journal Pilote de 1960 à 1963, transmettant aux enfants ses souvenirs d'agent secret. De juillet 1970 à février 1971, il devient collaborateur de la revue mensuelle Espionnage de Jacques Bergier, pour neuf numéros aux éditions Opta, en compagnie de Pierre Nord et Gabriel Véraldi du groupe XXX de la revue Planète.

Excellent joueur d'échecs, il enseigne cet art bénévolement à la Maison des Jeunes du Mesnil-Saint-Denis de 1969 à 1972.

Publications[modifier | modifier le code]

Souvenirs de guerre[modifier | modifier le code]

  • Un nommé Langdon - mémoires d’un agent secret, coll. « Pavillons », éd. Robert Laffont, 1950
  • Le masque d'un agent secret – un nommé Langdon, éd. Robert Laffont, 1961 (réactualisation du premier ouvrage de Langelaan)
  • Missions spéciales, éd. Hachette 1963, rééd. Club des Amis du Livre, 1963. Ce livre reprend Un nommé Langdon et Le masque d'un agent secret, et comprend deux chapitres supplémentaires : Le grand départ et Intelligence Service.
  • L'École des espions, journal « Pilote », no 84 et no 85, juin 1961.

Enquêtes[modifier | modifier le code]

  • Les nouveaux parasites, avec Jean Barral, éd. Denoël, 1969

Fiction[modifier | modifier le code]

  • Attentat / Carabine / 2e, éd. Robert Laffont, 1952.
  • Les Carnets secrets de l'agent P.p. 751, journal « Pilote », de 1961 à 1963. Le premier article figure dans le no 92 du 27 juillet 1961 (recueil no 8).
  • Nouvelles de l'Anti-Monde, éd. Robert Laffont, 1962, rééd. Marabout « Géant », no 252, 1966 (inclut « The Fly » qui parut dans Playboy en juin 1957 aux USA ; « La Dame d'outre nulle-part » et « La Mouche » ont été reprises dans de nombreuses anthologies).
  • L'Indice à l'envers, éd. Presses Internationales, coll. « Inter-Police Choc », no 12, 1963.
  • Les 20 Meilleurs Récits de science-fiction, éd. Marabout « Géant », no 207 (nouvelle), 1964.
  • Titres parus dans la collection de poche « Agent Secret », éditions Robert Laffont. Cette collection, qui comprit une quarantaine de titres, fut dirigée par George Langelaan de 1964 à 1966. Les huit ouvrages de l’auteur dans la série furent réédités en 1992 chez le même éditeur :
    • no 5 : Torpillez la torpille, 1964.
    • no 13 : Le Dauphin parle trop, 1964.
    • no 18 : Attentat - carabine - 2e, 1964 (1re rééd.).
    • no 21 : Le Zombi express, 1964.
    • no 25 : Shalom, Grenat !, 1965.
    • no 29 : La Mort au ralenti, 1965.
    • no 34 : Club méditerranée, 1965.
    • no 37 : Salade de têtes, 1965.
  • Le Dictionnaire des faits maudits, coll. « Encyclopédie Planète », no  28, éd. Planète, 1967.
  • Le Vol de l'anti « G », roman, éd. Denoël - Planète, 1968.
  • Les Nouveaux Parasites (+ Jean Barral), éd. Denoël, 1969.
  • Treize Fantômes (récits), éd. Albin Michel, 1971, rééd. Service Culturel de France, 1972.
  • L'Histoire invisible (Dossier « Planète », 10 ans de recherches »), du Groupe XXX (George Langelaan, Jacques Bergier (Jacques Verne), Luc Geslin, Francis Lacassin, Frédéric Pohl, Gabriel Véraldi, Roger Wybot, Pierre Nord,..), éd. Planète, 1972.
  • La Mouche suivi de Temps mort, Paris, éd. Flammarion, coll. « GF-Étonnants Classiques », 2008. Introduction, chronologie et dossier de Frédéric Maget.

Préface[modifier | modifier le code]

  • Les chefs-d'œuvres du Crime, Jacques Sternberg et Alex Gall, éd. Planète, 1965

Audiovisuel[modifier | modifier le code]

  • L’Homme aux deux visages, émission de la série télévisée « Les Conteurs » d’André Voisin, diffusée le 9 février 1972, au moment même de sa mort, Document INA
  • Le « Bœuf sur le toit » (à propos du café-bar parisien de l’entre deux-guerres), France-Culture, la nuit du 9 septembre 2000 (archives INA radio). Langelaan évoque son adolescence à h 0
  • George Langelaan, écrivain et agent-secret, émission « Côté pile, côté face » de François-Xavier Freland, France-Info, samedi 14 septembre 2002

Adaptations[modifier | modifier le code]

Adaptations au cinéma[modifier | modifier le code]

Adaptations cinématographiques, toutes issues de « Nouvelles de l'Anti-Monde » :

Adaptation à la radio[modifier | modifier le code]

  • La Mouche a été adaptée en pièce radiophonique sur France Inter dans l'émission « Au théâtre de l’Étrange » à la fin des années 1960.

Adaptation en jeu de rôle[modifier | modifier le code]

  • La Mouche a été adaptée en jeu de rôle (magazine « Chroniques d’Outre Monde », no 7, mai-juin 1987).

Adaptation à l’opéra[modifier | modifier le code]

La nouvelle La Mouche a été adaptée à l'opéra, sur une commande du Los Angeles Orchestra (directeur Plácido Domingo) à David Cronenberg, réalisateur du film de 1986 :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Top Réalités Jeunesse, hebdo, no 171, 25 février 1962 : article de présentation de George Langelaan.

Annexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • M.R.D. Foot, SOE in France, HMSO, 1966. (pour la période de Seconde Guerre mondiale, lorsque George Langelaan était agent du SOE).

Notes et références[modifier | modifier le code]