Charles-Noël Martin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Charles Noël Martin)
Aller à : navigation, rechercher
Charles-Noël Martin
Defaut 2.svg
Informations
Naissance
Décès
Nationalité

Charles-Noël Martin ( à Saint-Ouen, ) est un physicien nucléaire français, et vulgarisateur scientifique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en métropole, il passa son enfance et son adolescence en Tunisie. Après des études à la Sorbonne et une collaboration auprès d'Irène Joliot-Curie, il devient à ses débuts membre du CNRS. Il se passionne durant toute sa vie pour l'œuvre de Jules Verne. Il rédige de très nombreux articles scientifiques (dans Sciences et Avenir, Le Figaro Littéraire, ou Question de notamment), ainsi qu'un essai philosophique intitulé L'Homme Galactique: introduction à la philosophie du troisième millénaire. Membre à part entière de l'équipe de journalistes de la revue Planète, développant le réalisme fantastique durant les années 1960 (de Louis Pauwels et Jacques Bergier, avec Aimé Michel, Rémy Chauvin, George Langelaan, et un autre physicien, Jean Charon[1]).

Il est l'auteur d'une communication Sur les effets cumulatifs provoqués par les expériences nucléaires à la surface du globe à l'Académie des sciences de Paris, présentée par le physicien Louis de Broglie en novembre 1954, Jacques Bergier contribuant à la partie sur les nuages d'acide nitrique causes de pluies acides.

Il est à l'origine de la diffusion en France des travaux effectués aux États-Unis sur la présence de la vie fossile dans les météorites durant les années 1960, exposées pour le grand public dans la presse, la radio, la télévision, des livres, etc.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nouveaux transuraniens : Les éléments 99 et 100, Revue Atomes no 103, octobre 1954 ;
  • Numerical tables of nuclear physics. Tables numériques de physique nucléaire (bilingue),  éd. Gauthier-Villars, 1954, Paris. (préface Louis de Broglie) ;
  • L'heure H a-t-elle sonné pour le monde ? Effets accumulatifs des explosions nucléaires,  éd. Grasset, 1955, Paris. (préface Albert Einstein) ;
  • L'atome, maître du monde,  éd. Le Centurion, coll. « Les Étoiles », 1956, Paris; rééd. Amiot Rathenau Testut, coll. « La Bibliothèque de L'Étoile », 1961; rééd. Club du livre du mois, coll. « Le Meilleur Livre du Mois », 1961, Paris ;
  • Les vingt sens de l'homme devant l'inconnu, coll. Aux frontières de la science,  éd. Gallimard, 1958, Paris ;
  • Les treize marches vers l'atome,  éd. Horizons de France, 1958, Paris ;
  • Les satellites artificiels,  éd. PUF, coll. « Que Sais-Je ? », no 813, 1958, Paris; rééd. 1965 et 1972 ;
  • La recherche scientifique,  éd. Fayard, 1959, Paris ;
  • Promesses et menaces de l'énergie nucléaire,  éd. PUF, 1960, Paris ;
  • L'univers dévoilé. D'un infini à l'autre,  éd. Plon, 1961, rééd. Union Générale d'Éditions, coll. 10-18, 1966 (complétée), Paris ;
  • L'énergie, moteur du monde,  éd. PUF, 1962, Paris ;
  • Le cosmos et la vie,  éd. Planète, coll. « Encyclopédie Planète », 1964, Paris ; rééd. Livre de Poche, 1970, Paris ;
  • Les grandes énigmes de l'astronomie (avec François Richaudeau et Pierre Chapelot), éd. Planète (Retz/Denoël), coll. « Encyclopédie Planète », 1967, Paris ;
  • Féerie du monde invisible,  éd. Hachette, coll. « L'Aventure de la Vie », 1967, Paris ;
  • Mille et une semaines de science, coll. « Les Grands thèmes de notre temps »,  éd. Sodi, 1968, Paris ;
  • Pourquoi la Lune ? - Science et Vie Hors série no 88 : La Lune - 3e trimestre 1969 ;
  • L'année scientifique et médicale - bilan de 1970, éd. Hachette, 1971, Paris ;
  • Jules Verne, sa vie et son œuvre, éd. Rencontre, 1971, Paris ;
  • La conquête spatiale, éd. Bordas, coll. « Connaissance », 1972, Paris ;
  • La vie et l'œuvre de Jules Verne, éd. Michel de l'Ormeraie, 1978 (édition de 1971 remaniée), Paris ;
  • Einstein: l'horloge dans la maison en feu, (commentaires sur son œuvre mathématique et humaniste), éd. Hachette, 1979, Paris ;
  • Recherches sur la nature, les origines et le traitement de la science dans l’œuvre de Jules Verne, thèse de doctorat de Lettres, université Paris VIIe, 1980, dépôt Lille A.N.R.T., 1984.


= Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Charles-Noël Martin, article de J. Gall ("L'homme maître ou esclave de l'atome ?"), hebdomadaire Réforme, no 558, .
  • Le relais de l'amitié, émission radiophonique sur Europe 1, 1963 : Jacques Bergier présente son ami Charles-Noël Martin aux auditeurs.
  • Vidéos INA