Mauzac-et-Grand-Castang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mauzac-et-Grand-Castang
Le monument aux morts et la mairie de Mauzac-et-Grand-Castang.
Le monument aux morts et la mairie de Mauzac-et-Grand-Castang.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Bergerac
Canton Lalinde
Intercommunalité Communauté de communes des Bastides Dordogne-Périgord
Maire
Mandat
Patrice Masneri
2008-2014
Code postal 24150
Code commune 24260
Démographie
Population
municipale
879 hab. (2011)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 51′ 52″ N 0° 47′ 52″ E / 44.864528, 0.797889 ()44° 51′ 52″ Nord 0° 47′ 52″ Est / 44.864528, 0.797889 ()  
Altitude Min. 35 m – Max. 207 m
Superficie 15,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de Dordogne
City locator 14.svg
Mauzac-et-Grand-Castang

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de Dordogne
City locator 14.svg
Mauzac-et-Grand-Castang

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mauzac-et-Grand-Castang

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mauzac-et-Grand-Castang

Mauzac-et-Grand-Castang est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le pont ferroviaire de Mauzac sur la retenue du barrage.

Au sud du département de la Dordogne, en Périgord pourpre, la commune de Mauzac-et-Grand-Castang est entièrement située en rive droite de la Dordogne qui limite la commune à l'ouest et au sud-ouest. Au niveau du village de Mauzac, le barrage de Mauzac forme une retenue de 250 hectares propice aux sports nautiques. Il permet également d'alimenter en eau du canal de Lalinde qui longe la Dordogne à une distance maximale de 400 mètres.

L'altitude minimale, 35 mètres, se trouve au sud, là où la Dordogne quitte la commune pour servir de limite entre celles de Lalinde et Badefols-sur-Dordogne. L'altitude maximale avec 207 mètres est localisée au nord-ouest, près de la route départementale 36 et du lieu-dit la Sarmade.

Le village de Mauzac se situe, en distances orthodromiques, cinq kilomètres au nord-est de la bastide de Lalinde et neuf kilomètres à l'ouest-nord-ouest du Buisson-de-Cadouin. Il est desservi par la route départementale 31.

La commune est également desservie par les routes départementales 8, 36 et 703, ainsi que par la ligne ferroviaire de Libourne au Buisson par autorail Espérance en gare de Mauzac.

Le chemin de grande randonnée GR 6 longe la Dordogne puis le canal de Lalinde en direction de Lalinde.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Mauzac-et-Grand-Castang
Pressignac-Vicq Sainte-Foy-de-Longas Pezuls
Mauzac-et-Grand-Castang Trémolat
Lalinde Badefols-sur-Dordogne Calès

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Mausac e Grand Castanh[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1793, les anciennes communes de Mauzac et de Saint-Meyme-de-Rozens fusionnent sous le nom de Mauzac-et-Saint-Meyme-de-Rozens.

Mauzac-et-Saint-Meyme-de-Rozens et la commune de Grand-Castang fusionnent en 1973 sous le nom de Mauzac-et-Grand-Castang[2].

Grand-Castang conserve le statut de commune associée et, à ce titre, élit un maire délégué qui siège obligatoirement au conseil municipal de Mauzac-et-Grand-Castang.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1971 janvier 2007 André Goustat SE puis CPNT Directeur général de la CCI de Bergerac
mars 2007 mars 2008 Marcel Labrot    
mars 2008 en cours Patrice Masneri SE Retraité du ministère de la Défense
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Avant la fusion des communes de 1973[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1972, les communes de Grand-Castang et de Mauzac-et-Saint-Meyme-de-Rozens étaient indépendantes.

Après la fusion des communes[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 1973, les deux communes fusionnent sous le nom de Mauzac-et-Grand-Castang.

À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Pour Mauzac-et-Grand-Castang, cela correspond à 2007, 2012, 2017[3], etc. Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales.

Évolution démographique
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 - -
688 772 958 868 844 842 879 - -
De 1975 à 1999 : population sans doubles comptes ; à partir de 2006 : population municipale légale.
(Source : Insee : 1968-1999[4], 2006[5], 2007[6], 2011[7].)


Économie[modifier | modifier le code]

Au recensement de 1999, la population active totale (actifs + chômeurs) de Mauzac-et-Grand-Castang s'élève à 229 personnes[8]. Le taux d'activité entre 20 et 59 ans y est de 38 %, ce qui place la commune à un niveau très inférieur à la moyenne nationale (82,2 %), qui s'explique par la prise en compte des détenus du centre pénitentiaire. On y dénombre 32 chômeurs (14 % des actifs, taux supérieur à la moyenne nationale 12,9 %). En tout et pour tout, la population comprend 26,4 % d'actifs, 15,7 % de retraités, 13,6 % de jeunes scolarisés et 44,4 % d'autres personnes sans activité[8].

Par rapport aux moyennes nationales, le pourcentage de retraités y est moindre (15,7 % contre 18,2 %) et le pourcentage de jeunes scolarisés y est très sensiblement inférieur (13,6 % contre 25 %).

En 2008[9], la population active totale représente 201 personnes, soit 23,8 % de la population. Le nombre de chômeurs s'est abaissé (29) et le taux de chômage de la population active s'établit à 14,5 %.

Au 31 décembre 2008, la commune compte 41 établissements dont 12 dans l'agriculture, la sylviculture et la pêche et 19 au niveau des commerces, transports et services[10]. Le principal employeur de la commune est, de très loin, le centre pénitentiaire.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Notamment liées à la présence de la Dordogne, plusieurs zones naturelles du territoire communal sont protégées.

Natura 2000[modifier | modifier le code]

Au fond, sur la droite de la Dordogne, les coteaux du cingle de Trémolat.

Deux zones Natura 2000 sont délimitées sur le territoire de Mauzac-et-Grand-Castang :

  • la Dordogne[12], protégée pour différentes espèces de poissons,
  • les coteaux calcaires qui bordent la Dordogne sur sa rive droite[13].

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

Oiseaux en aval du barrage.

La commune présente trois zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type I :

  • appelé « cingle de Trémolat », le large méandre qu'effectue la Dordogne présente en rive droite une paroi calcaire ensoleillée d'une centaine de mètres de hauteur où nichent des milans noirs et où peut s'épanouir une flore de type méditerranéen[14],[15].
  • en limite des communes de Lalinde et Pressignac-Vicq, une petite partie du territoire communal à l'ouest de Saint-Meyme-de-Rozens fait partie de la Combe de Foulissart, forêt de chênes pubescents (Quercus pubescens) de 460 hectares où peut se réfugier la grande faune[18],[19].

Protection du biotope[modifier | modifier le code]

Comme l'ensemble des communes du département de la Dordogne baignées par la Dordogne, Mauzac-et-Grand-Castang est soumis à un arrêté préfectoral de protection de biotope de 1991 destiné à favoriser la migration et le frai de plusieurs espèces de poissons[20].

Un autre arrêté préfectoral de 1984 protège sur une quinzaine d'hectares les îles immédiatement en aval du barrage de Mauzac et les espèces d'oiseaux aquatiques qui y prospèrent[21].

Sites remarquables[modifier | modifier le code]

Le cingle de Trémolat présente deux sites naturels protégés, aussi bien terrestres qu'aquatiques, en partie sur le territoire de Mauzac-et-Grand-Castang :

  • un site inscrit depuis 1965[22],[23], depuis le lieu-dit les Combes jusqu'au Ginestal en passant par Millac et le Moulinet.
  • plus récemment, un site classé en 1985[24],[25], depuis les abords immédiats du village de Mauzac en remontant vers le nord jusqu'aux lieux-dits Millac et Périnou.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner Blason Coupé au 1) parti I) d’or au châtaignier fruité de douze pièces de sinople et au II) à l’église de Rozan d’or, au 2) d’azur à la barque à voile carrée d’argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 10 mars 2014.
  2. Code officiel géographique de Mauzac-et-Grand-Castang sur le site de l'Insee, consulté le 29 novembre 2011.
  3. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 12 mars 2013)
  4. « Évolution et structure de la population », sur Insee (consulté le 12 mars 2013)
  5. « Populations légales 2006 des communes du département », sur Insee (consulté le 12 mars 2013)
  6. « Populations légales 2007 des communes du département », sur Insee (consulté le 12 mars 2013)
  7. « Populations légales 2011 des communes du département », sur Insee (consulté le 10 mars 2014)
  8. a et b Données Insee compulsées par le journal du Net- Emploi à Mauzac-et-Grand-Castang. Consulté le 2 décembre 2011.
  9. Insee Chiffres-clés - Emploi -Population active. Consulté le 2 décembre 2011.
  10. Chiffres clés - Caractéristiques des entreprises et des établissements sur le site de l'Insee, consulté le 2 décembre 2011.
  11. « Écluse de Mauzac », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 2 décembre 2011.
  12. FR7200660 - La Dordogne : SIC sur le site de l'INPN, consulté le 3 décembre 2011.
  13. FR7200664 - Coteaux calcaires de la vallée de la Dordogne : SIC sur le site de l'INPN, consulté le 3 décembre 2011.
  14. Cingle de Trémolat sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 3 décembre 2011.
  15. Carte de la ZNIEFF 26230000 sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 3 décembre 2011.
  16. Barrage de Mauzac, îlots et rapides de la Gratusse sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 3 décembre 2011.
  17. Carte de la ZNIEFF 26440000 sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 3 décembre 2011.
  18. Combe de Foulissart sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 3 décembre 2011.
  19. Carte de la ZNIEFF 26050000 sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 3 décembre 2011.
  20. Arrêté préfectoral de la Dordogne no 911909 portant conservation du biotope du saumon, de la Grande Alose "Alosa Alosa", alose Feinte "Alosa fallax", lamproie fluviatile "Lampetra fluviatillis", lamproie Marine "Petromyzon Marinus" constitué par l'ensemble du cours de la Rivière Dordogne dans le Département sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 3 décembre 2011.
  21. Arrêté préfectoral de la Dordogne prescrivant la préservation du biotope constitué par les îles du barrage, commune de Mauzac-et-Grand-Castang sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 3 décembre 2011.
  22. Cingle de Trémolat sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 3 décembre 2011.
  23. Carte du site inscrit 0000060 sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 3 décembre 2011.
  24. Cingle de Trémolat sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 3 décembre 2011.
  25. Carte du site classé 0000588 sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 3 décembre 2011.
  26. Anne-marie Siméon, Le Périgord de Maurice Chevalier, Sud Ouest du 6 mars 2012.