Gare de Quimper

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Quimper
Image illustrative de l'article Gare de Quimper
Bâtiment voyageurs et entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Ville Quimper
Adresse place Louis Armand
29000 Quimper
Coordonnées géographiques 47° 59′ 41″ N 4° 05′ 32″ O / 47.994698, -4.09232947° 59′ 41″ Nord 4° 05′ 32″ Ouest / 47.994698, -4.092329  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF / SNCF
Exploitant SNCF
Services TGV Atlantique
Intercités
TER Bretagne
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Savenay - Landerneau
Quimper - Pont-l'Abbé (uniquement fret)
Quimper - Douarnenez (désaffectée)
Voies 5 voies (+ voies de service)
Quais 1 latéral et 2 centraux
Transit annuel 928 000[1] (2013)
Altitude 6 m
Historique
Mise en service 8 septembre 1863
Architecte PO (type sud Bretagne)
Correspondances
Bus et cars voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Quimper

Géolocalisation sur la carte : Quimper

(Voir situation sur carte : Quimper)
Quimper

La gare de Quimper est une gare ferroviaire française de la ligne de Savenay à Landerneau, située à proximité du centre ville de Quimper, dans le département du Finistère, en région Bretagne.

Elle est mise en service en 1863 par la compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO). C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), bénéficiant du service d'information en ligne Gare en mouvement[2], elle est desservie par le TGV Atlantique, quelques trains grandes lignes et des trains régionaux TER Bretagne.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 6 m d'altitude, la gare de Quimper est située au point kilométrique (PK) 684,794 de la ligne de Savenay à Landerneau, entre les gares ouvertes de Rosporden et de Châteaulin.

C'est une gare d'embranchement avec la ligne de Quimper à Pont-l'Abbé aujourd’hui exclusivement utilisé pour le trafic fret vers l'embranchement particulier du Groupe Doux à Pluguffan et la ligne de Quimper à Douarnenez - Tréboul aujourd’hui déferrée et transformée en voie verte.

les voies, quais et bâtiment voyageurs, vue en direction de Lorient
L'intérieur de la gare vu en direction de Lorient.

Histoire[modifier | modifier le code]

La cour de la gare et le bâtiment voyageurs vers 1900
La cour de la gare et le bâtiment voyageurs vers 1900.

L'arrivée du chemin de fer dans la ville de Quimper est programmé par la loi du 2 mai 1855[3], relative à la concession du chemin de fer de Nantes à Châteaulin, avec embranchement sur Napoléonville, à la Compagnie du Chemin de fer de Paris à Orléans (PO).

L'arrivée des rails de la voie ferrée a lieu en septembre 1862[4], et l'inauguration de la section, à voie unique sur une plateforme prévue pour deux voies, entre Lorient et Quimper se déroule en grande pompe[5] dans la nouvelle gare le 7 septembre 1863[6]. La gare comporte notamment un bâtiment voyageurs construit sur un modèle type de la compagnie, il est constitué d'un corps central avec un étage et six ouvertures en façade et deux ailes, sans étage, comportant également six ouvertures. Les matériaux utilisés sont une alternance de briques et de pierres blanches comme les autres édifices de la ligne[7]. En 1864 un projet de loi s'intéresse au problème posé par cette gare qui s'étend sur 12 hectares[8] situés sur trois communes : Quimper, Kerfeunteun et Ergué-Armel. Les territoires sont redécoupés entre les communes en attribuant à celle de Quimper les terrains utilisés directement par les installations de la gare, la loi est adoptée le 10 mars 1864[8].

En 1879 les « trains de marée »[4] au départ de la gare de Quimper sont une source de nouveaux marchés vers les grandes agglomérations pour les pêcheurs des ports du littoral breton, comme Douarnenez ou Le Guilvinec, ce dernier pouvant expédier jusqu'à 100 000[4] maquereaux en une seule journée. Il faut deux heures pour transporter, dans 150 voitures à cheval, les poissons du port à la gare distante de 30 kilomètres. Avec l'ouverture des embranchements de Quimper à Pont-l'Abbé et de Quimper à Douarnenez, elle devient une gare de bifurcation qui nécessite, en 1887[7], la construction d'une remise pour trois locomotives.

En 1989[9] a lieu la première desserte par un TGV Atlantique venant de la gare de Paris-Montparnasse. Le temps du parcours entre Quimper et Paris est d'environ 4 h 30 dans des conditions ordinaires[10],[11].

Voici l'évolution du trafic passagers de la gare de Quimper depuis 2010 :

Source : Le Télégramme[1]
Année Passagers Variation annuelle
2010 946 000 en stagnation 0 %
2011 979 000 en augmentation +3,5 %
2012 987 000 en augmentation +4,3 %
2013 928 000 en diminution -6 %

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Intérieur de la gare, le bâtiment voyageurs et un quai central
L'intérieur de la gare vu en direction de Lorient.

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare[12] SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichets, ouvert tous les jours. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport et de quais couverts. Elle dispose de divers services, notamment : un Buffet et une boutique de presse.

Un passage souterrain permet l'accès aux quais.

Desserte[modifier | modifier le code]

TGV Atlantique[modifier | modifier le code]

Quimper est desservie par des TGV Atlantique[12] de la relation entre la Gare de Paris-Montparnasse et celle de Quimper, via les principales gares de Bretagne Sud et la gare de Rennes.

Grandes lignes[modifier | modifier le code]

Quimper est desservie par des trains Intercités[12] des relations entre les gares : de Quimper et de Bordeaux-Saint-Jean ou de Toulouse-Matabiau, et de Quimper et Nantes, via Redon et Savenay.

TER[modifier | modifier le code]

Quimper est desservie[12] par des trains TER Bretagne qui effectuent des missions entre les gares de : Quimper et Rennes, Quimper et Lorient, Quimper et Brest via Landerneau. Des trains TER Bretagne ou TER Pays de la Loire effectuent le service sur la relation entre les gares de Quimper et Nantes.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

La gare de Quimper dispose d'une plateforme intermodale[9], avec : un parc pour les vélos et un parking pour les véhicules[12] ; une gare routière attenante desservie par le réseau interurbain des cars Penn-ar-Bed ; un arrêt desservi par des bus urbains du réseau Qub (lignes 9 et 11).

Service des Marchandises[modifier | modifier le code]

Quimper est ouverte au service du fret, « uniquement au train massif »[13]. Un accord permet à l'Armée d'avoir une desserte par wagon isolé[13].

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.letelegramme.fr/ig/generales/economie/gares-et-aeroports-les-chiffres-bretons-24-01-2014-2379631.php
  2. Site SNCF Gares en mouvement, Quimper lire (consulté le 5 septembre 2010).
  3. Annales des ponts et chaussées 1855, p. 382 lire (consulté le 5 septembre 2010).
  4. a, b et c Francisco Calo Lourido, Antonio Fraguas y Fraguas, AntropoloxÍa MariÑeira, Consello da Cultura Galega, 1998 (ISBN 9788487172373), p. 108 extrait (consulté le 5 septembre 2010).
  5. Site mairie de Quimper, L'arrivée du chemin de fer à Quimper, lire en ligne (consulté le 5 septembre 2010).
  6. Jean-Pierre Nennig, 2008; p. 129
  7. a et b Jean-Pierre Nennig, 2008; p. 139
  8. a et b France. Sénat, Annales du Sénat et du Corps législatif, volume 3, Administration du Moniteur universel, 1864, p. 263 intégral (consulté le 29 août 2011)
  9. a et b Site mairie.quimper.fr, La gare SNCF de Quimper lire (consulté le 28 août 2011).
  10. « Comment venir », sur Office de tourisme de Quimper (consulté le 23 novembre 2011)
  11. « Services de transports : se déplacer », sur Finistère.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 23 novembre 2011)
  12. a, b, c, d et e Site SNCF TER Bretagne, Informations pratiques sur les gares : Gare de Quimper lire (consulté le 5 septembre 2010).
  13. a et b Site fret.sncf.com, Quimper : code Gare 474098 lire (consulté le 28 août 2011).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « La gare de Quimper », dans La vie du rail, no 411, septembre 1953.
  • Jean-Pierre Nennig, Le chemin de fer de Bretagne sud, JPN éditions, 224 p., 2008 (ISBN 2-9519898-5-7).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Terminus Terminus TGV Rosporden
ou Lorient
Paris-Montparnasse
Terminus Terminus TGV Rosporden Lille-Europe
Terminus Terminus TGV Lorient Modane
Terminus Terminus Intercités Lorient Bordeaux-Saint-Jean
ou Toulouse-Matabiau
Terminus Terminus Intercités Rosporden Nantes
Terminus Terminus TER Bretagne /
Pays de la Loire
Rosporden Nantes
Terminus Terminus TER Bretagne Rosporden Rennes
Terminus Terminus TER Bretagne Rosporden Lorient
Brest Châteaulin TER Bretagne Terminus Terminus