Forteresse Pierre-et-Paul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Forteresse Pierre-et-Paul
Петропа́вловская кре́пость
Peter & Paul fortress in SPB 03.jpg

La forteresse donnant sur la Néva

Présentation
Nom local
Петропа́вловская кре́пость
Style architectural
Forteresse militaire
Architecte
Date de construction
1703 - 1740
Destination initiale
Forteresse de Pierre le Grand
Géographie
Pays
Commune
Localisation
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : Saint-Pétersbourg

(Voir situation sur carte : Saint-Pétersbourg)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Russie

(Voir situation sur carte : Russie)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Saint-Pétersbourg (centre-ville)

(Voir situation sur carte : Saint-Pétersbourg (centre-ville))
Point carte.svg

La forteresse Pierre-et-Paul (russe : Петропа́вловская кре́пость) est une grande forteresse de Saint-Pétersbourg. Elle comprend plusieurs bâtiments, dont la cathédrale Pierre-et-Paul, où sont enterrés tous les tsars depuis Pierre le Grand, la Monnaie nationale (encore en activité), le bastion Troubetskovo, la crypte grand-ducale et le musée municipal de Saint Pétersbourg.

La forteresse fut conçue par l'architecte tessinois Domenico Trezzini,et fondée par Pierre le Grand le 16 mai 1703, sur une petite île, Zaïatchii (lièvre) (ou Vesiolii - gai) ostrov, sur la Néva. Construite pendant la guerre du nord contre les Suédois, elle fut complétée un an plus tard par six bastions en terre et madriers, puis reconstruite en pierre de 1706 à 1740. À partir de 1720, elle servit de casernement pour une garnison et de prison pour les personnalités importantes. Le bastion Troubetskovo construit dans les années 1870 devint la prison principale de la ville. La collégiale, bâtie de 1712 à 1733, possède une tour-clocher de 123 m, coiffée d'une haute flèche dorée surmontée d'un ange, un des symboles de la ville.

Le 27 février 1917, la forteresse fut attaquée par les soldats mutins du régiment Pavlovskii et les prisonniers s'échappèrent. Sous le gouvernement provisoire, des centaines de personnalités civiles ou militaires de l'Ancien régime y furent emprisonnés, pour prétendument les protéger de la populace. Il y en avait tant que certains furent incarcérés au manège Mikhailovskii. L'empereur Nicolas II fut menacé d'y être incarcéré à son retour de Mogilev à Tsarskoïe Selo, le 8 mars, mais il fut finalement retenu au palais Alexandre.

Le 4 juillet 1917, quand les Bolcheviks firent leur tentative de coup d'État, la garnison de 8 000 hommes décida de se joindre à eux. Ils se rendirent le 6 juillet aux forces gouvernementales.

Vue aérienne de la forteresse

Le 25 octobre, la forteresse tomba de nouveau entre les mains des Bolcheviks. Suivant un ultimatum du Comité militaire révolutionnaire aux ministres du gouvernement provisoire installés au Palais d'hiver, après une salve à blanc du croiseur Aurore à 21 h, les canons de la forteresse tirèrent environ 30 obus sur le Palais d'hiver dont seuls deux atteignirent leur cible, ne provoquant que des dégâts mineurs. Les défenseurs du palais refusèrent de se rendre. À 2h10, le Palais d'hiver fut pris par les forces commandées par Antonov-Ovseenko; les ministres capturés furent alors emmenés à la forteresse comme prisonniers, puis d'autres personnalités furent emprisonnées.

La forteresse fut convertie en musée en 1924. En 1931, un laboratoire de dynamique des gaz s'y installa. La structure de la forteresse souffrit de dégâts importants durant le siège de la ville par les troupes allemandes lors de la Grande guerre patriotique[1], mais elle fut restaurée par la suite.

La forteresse figure actuellement sur les billets de banque russes de 50 roubles.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Nom donné par les Soviétiques au front de l'est de la Seconde Guerre mondiale, sur le territoire de l'URSS.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]