Eugene Spiro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Eugene Spiro, né à Breslau (aujourd'hui Wrocław) le 18 avril 1874 et mort à New York le 26 septembre 1972, est un peintre et graphiste allemand d'origine ashkénaze, connu pour être un peintre paysagiste ainsi que pour ses portraits de personnages célèbres.

Il est l'un des neuf enfants d'un chantre de synagogue et compositeur Abraham Baer Spiro (1833-1903) et de Fanny Form (1837-1901).

Formation[modifier | modifier le code]

Il fait ses études secondaires au St. Elisabeth-Gymnasium de Breslau.

De 1882 à 1884, il étudie à l'école des beaux-arts de Breslau.

En 1894, il poursuit sa formation artistique à l'Académie des beaux-arts de Munich.

En 1897, il est dans la classe du maître Franz von Stuck, un des fondateurs de la Sécession viennoise. La même année, il reçoit une bourse d'un mécène pour aller étudier l'art en Italie pendant un an.

Période allemande[modifier | modifier le code]

En 1900, il devint membre de la Sécession viennoise.

En 1903, il se rend à Venise, puis à Paris.

En 1904, il épouse l'actrice autrichienne Tilla Durieux, dont il divorcera en 1905.

En 1906, il devint membre de la Berliner Secession. La même année il s'installe à Paris et rencontre le peintre et graphiste allemand Hans Purrmann. Il se rend régulièrement à Berlin pour des expositions d'art.

En 1911, il est nommé à l'Académie royale des arts de Berlin.

En 1917, Spiro a épousé sa seconde épouse, Elizabeth Saenger-Sethe. Ils eurent un fils, né à Berlin en 1918, Peter Spiro. Dans la période de l'entre-deux-guerres, (1918-1935) le couple a beaucoup voyagé, en Italie du Nord (Lac Majeur), Paris, le Midi de la France, (Cassis), la Corse, l'Espagne, le Portugal, le Maroc et la Croatie.

Période française[modifier | modifier le code]

En 1935, Spiro quitte l'Allemagne en raison de ses origines juives et la politique antisémite du régime nazi. La famille Spiro s'installe à Paris.

De 1936 à 1939, il se rend à Sanary-sur-Mer où se retrouvent les intellectuels opposés au régime nazi, dont certains fondèrent en 1936, l'"Union des artistes libres", tels que Max Beckmann, George Grosz, Wassily Kandinsky, Paul Klee, Oskar Kokoschka et Wols. En 1938, face à la propagande nazie sur l'art dégénéré, Spiro adhère à Ligue internationale contre l'Antisémitisme.

En 1940, avec l'invasion de la France par les troupes allemandes, la famille Spiro fuit à Biarritz puis de là à Marseille, ville dans laquelle André Breton, Hans Bellmer et Tristan Tzara aideront les Spiro des menaces du régime collaborationniste de Pétain.

Période américaine[modifier | modifier le code]

Au printemps 1941, la famille Spiro réussit à fuir vers les États-Unis et s'installe à New York. Eugene Spiro se remarie avec Lilly Jacobi qu'il avait connue lors de son exil parisien.

En 1943, Eugene Spiro expose à la "Galerie Saint-Étienne" de New York et au "Salmagundi-Art Club" de New York, lors de sept expositions individuelles.

Dans les années 1950, Eugene Spiro retourne en Allemagne. Il voyage au Danemark, en Suisse, en France et en Angleterre.

En 1964, il est décoré de l'Ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne.

En 1969, Berlin organise une grande rétrospective de ses œuvres.

Il meurt à New York le 26 septembre 1972.

Expositions[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]