Wols

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Wols, de son vrai nom Alfred Otto Wolfgang Schulze, est un artiste plasticien allemand, né le 27 mai 1913 à Berlin, mort le 1er septembre 1951 à Paris. Son nom d'artiste et acronyme est formé des initiales Wolfgang Schulze.

Photographe, graveur, peintre et graphiste, proche du surréalisme, Wols est considéré comme un pionnier de l'abstraction lyrique européenne et un représentant important du tachisme et de l'Art informel en Europe. Il a vécu en France après avoir fui le régime hitlérien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alfred Otto Wolfgang Schulze était fils d'une famille de fonctionnaires de Berlin. Conseiller de gouvernement, son père Alfred Schulze (1878-1929), est appelé en 1919 par le directeur ministériel et chef de la chancellerie d'État dans le service public de Saxe. Avec sa femme Eva Schulze, née Battmann (1886-1969), et ses deux enfants, Elfriede (Schulze-Battmann) et Alfred Otto Wolfgang (Schulze), il déménage en 1919 à Dresde. En tant que représentant du ministère dans le conseil d'académie il exerce une influence considérable sur la vocation des artistes aux académies de la ville de Dresde. Il sera portraituré à différentes reprises dans les années 1920 par des artistes de Dresde connus comme Hugo Erfurth (en) ("Dr Alfred Schulze", 1927-1928, photographie) et Otto Dix (Großstadt, techniques diverses sur bois, 1927-1928, Galerie der Stadt Stuttgart - Dix a représenté Schulze comme saxophone jouant un leader à gauche dans la partie centrale du triptyque. Dans la maison parentale culturellement intéressante naissent tôt pour les enfants des contacts avec des artistes de Dresde comme Ludwig von Hofmann, Robert Sterl, Conrad Felixmüller et Otto Dix.

La jeunesse d'Alfred Otto Wolfgang est bien documentée par un agenda non publié de sa mère Eva Schulze (aujourd'hui dans le Kupferstichkabinett Dresden, héritage d'Elfriede Schulze-Battmann) ainsi que des publications de sa sœur. En 1922 il entre au collège d'État classique dans Dresde-Neustadt. Il cède en 1924 au zoo de Dresde son extraordinaire collection de reproductions de poissons et reptiles exotiques. De plus, Alfred Otto Wolfgang obtient à Noël 1924 son premier appareil photographique simple, peu après un petit microscope offert. En 1926 la visite de la Großen Internationalen Kunstausstellung (grande exposition d'œuvres d'art internationale) avec des œuvres modernes contemporaines et une exposition pour le 50e anniversaire de Paul Klee à Dresde laissent une impression durable par les intéressés des sciences naturelles et des beaux-art. En 1927 Alfred Otto Wolfgang reçoit un enseignement de violon chez le chef d'orchestre de la chapelle d'État de Dresde, Jan Dahmen et rentre au collège classique Zum heiligen Kreuz à Dresde. Il est sportivement et musicalement actif jusqu'à la grave maladie de son père en 1928, qui meurt à 51 ans le 2 juillet 1929.

Ce décès précoce déclenche un lourd choc; en 1930 Alfred Otto Wolfgang quitte l'école et reçoit un enseignement privé visant la préparation au baccalauréat, mais malgré de bons résultats l'admission à l'examen lui est refusée par le ministère. Il travaille par la suite dans un atelier Mercedes de Dresde et plus tard dans un studio de photo estimé de la Juive Hongroise Genja Jonas, qui est connu pour des prises de vues de portrait. Il participe à des soirées de conversations de littérateurs et artistes de Dresde comme Otto Dix, Will Grohmann, Fritz Löffler, Fritz Bienert, Gret Palucca. Sur la demande de la mère, le célèbre photographe Hugo Erfurth confirme la qualité élevée des prises de vues d'Alfred Otto Wolfgang. Après un court séjour à l'école Reimann à Berlin il se porte volontaire en 1932 quelques mois au Frobenius-Institut (en) pour une ethnologie à Francfort-sur-le-Main, où il inventorie avec enthousiasme les instruments de musique africains. Déjà en 1928 il s'était arrêté plusieurs semaines dans la maison de l'ethnologue Leo Frobenius, ami de la famille Schulze, au Lac Majeur.

Le 14 juillet 1932 Alfred Otto Wolfgang voyage avec une recommandation de l'artiste-enseignant-Bauhaus László Moholy-Nagy à Paris, où il vient à une réunion avec les artistes Amédée Ozenfant et Fernand Léger. En février 1933 Schulze fait la connaissance à Paris de la Roumaine Hélène Marguerite Dabija, plus connue sous le nom de Gréty, qui fait partie en collaboration avec sa sœur "Gazelle", du cercle de connaissances des surréalistes. Gréty, dans un premier choix se marie au poète surréaliste Jacques Baron, et fait connaître Schulze à Hans Arp, Alexander Calder, Alberto Giacometti et beaucoup d'autres personnalités de la scène parisienne du théâtre, de la littérature et des beaux-arts. Le 14 juillet 1933 Schulze part pour la dernière fois en Allemagne, pour régler des affaires d'héritage. Vues les relations politiques modifiées après la prise de pouvoir des nazis, il se décide à tourner le dos à sa patrie et à vivre à Paris. Il ne reviendra plus jamais en Allemagne.

Sans permis de travail, vivant à Paris dans des conditions misérables, il décide en octobre 1933 avec Gréty, qui travaille comme couturière de mode, d'émigrer d'abord à Barcelone puis alors à Majorque. Son refus de suivre l'ordre de convocation au service du travail obligatoire du Reich apporte constamment dans les années qui suivent des difficultés avec les autorités espagnoles et françaises aux Schulze. Sans papiers, il est considéré comme déserteur et apatride ce qui conduit à différentes reprises à des arrestations par la police. De Majorque, Schulze va avec Gréty s'établir en 1934 à Ibiza. Il travaille occasionnellement en tant que conducteur de taxi, guide pour étrangers et professeur d'allemand. En Espagne naissent des photographies, des dessins et des aquarelles, dont seulement un petit nombre s'est conservé. Probablement fin 1935 il est expulsé d'Espagne et s'en retourne sur des chemins aventureux à travers les Pyrénées enneigées vers la France… (l'Espagne a servi comme secteur d'exode pour beaucoup d'émigrés politiques)…

En 1936 Schulze reçoit avec l'aide de Fernand Léger et Georges-Henri Rivière un permis de séjour limité avec obligation de notification mensuelle à la police de Paris. Encore sans permis de travail, il gagne sa subsistance avec la photographie. En 1937, il reçoit l'ordre officiel et lucratif de documenter en photographies le Pavillon de l'Elégance et de la Parure à l'exposition universelle de Paris. Il possède effectivement les droits exclusifs. Ses photographies inhabituelles de mode et d'intérieurs sont vendues comme cartes postales et imprimées dans beaucoup de revues de mode internationales. Son pseudonyme "Wols" vient également de cette période - une standardiste doit avoir mal compris son nom et l'avoir transmis réduit dans un télégramme. Du 30 janvier au 18 février 1937 ses travaux sont exposés pour la première fois publiquement dans la galerie de photo renommée la Galerie de la Pléiade sous le titre Photographies par Wolf Schulze. Font partie des artistes de la galerie des photographes célèbres comme: Ilse Bing, Brassaï, Henri Cartier-Bresson, André Kertész, Lee Miller, Man Ray, et Hans Bellmer.

Entre 1937 et 1939 Wols travaille avec succès en tant que photographe de portrait et avec Gréty maintient des contacts amicaux étroits avec des acteurs, des auteurs et des artistes parisiens en formation, dont il photographie certains (clichés "noir-et-blanc" intensifs et insolites de Roger Blin, Max Ernst, Jacques Prévert et Jacqueline Laurent, du jeune chanteur Mouloudji, de Rafael Alberti, de la peintre Sabine Hettner, de la danseuse Nina Weichberger et des actrices Sonia Mossé, Nicole Boubant et Susanne Magisson-Borel). En outre, Wols fait une série d'autoportraits, des photographies urbaines et des natures mortes.

Le 3 septembre 1939, immédiatement après le déclenchement de la seconde guerre mondiale, Wols avec beaucoup d'autres allemands sera emprisonné dans le Stade de Colombes puis en tant qu'"étranger ennemi" enfermé dans différents camps d'internement français : d'abord à Neuvy-sur-Barangeon, puis à Montargis, ensuite aux Milles près d'Aix-en-Provence et enfin à Saint-Nicolas près de Nîmes. En même temps et avec Wols, dans la briquetterie des Milles étaient internés entre autres Heinrich Davringhausen (en), Ernst Engel, Max Ernst, Lion Feuchtwanger, Henri Gowa, Walter Hasenclever, Franz Hessel, Alfred Kantorowicz, Max Lingner, Willy Maywald, Anton Räderscheidt, Max Raphael, Ferdinand Springer, Karl Wilczynski. Pendant cet internement, une multitude de dessins et d'aquarelles surréalistes naîssent que les vies au camp thématisent. Le 29 octobre 1940 Wols est libéré du camp d'internement des Milles après son mariage effectué peu auparavant avec Gréty, qui était depuis son mariage avec Jacques Baron une citoyenne française. L'historien d'art John Rewald fait fonction de témoin au mariage à l'hôtel de ville d'Aix-en-Provence.

De novembre 1940 à décembre 1942 Wols et Gréty vivent une relation extrêmement difficile à Cassis près de Marseille et essayent, à l'aide de l'américain Varian Fry et le Centre Americain de Secours ainsi que l'écrivain américaine Kay Boyle d'émigrer aux États-Unis Fry et Boyle reçoivent de l'artiste plus de cent aquarelles qui doivent prouver en Amérique la qualité artistique de Wols, afin qu'il reçoive le visa d'entrée. Les œuvres sont mises en vente entre autres à la galerie Betty Parson à New York pour soutenir l'artiste. Après l'occupation de la partie du sud démilitarisée de la France par les troupes allemandes Wols et Gréty doivent quitter Cassis. Les visas de voyage arrivent trop tard. Au cours de l'exode vers Dieulefit près de Montélimar, nombre d'œuvres de Wols se perdent. De 1943 jusqu'à la fin de la guerre en 1945, le maire de Dieulefit accorde un logement au couple. Pendant ce temps, une amitié entre Wols et l'écrivain Henri-Pierre Roché - qui devient un des premiers collectionneurs d'aquarelles de Wols - se développe. Wols s'intéresse aux écrits de William Faulkner, Edgar Allan Poe, Lautréamont, Franz Kafka, Lao-Tseu et Jean-Paul Sartre. À Dieulefit, d'autres aquarelles, dessins et feuilles de note naissent. Wols y photographie à nouveau, et commence à peindre à l'huile sur de petits formats. La dépendance croissante à l'alcool porte atteinte à la santé de l'artiste.

En 1945, de retour à Paris, sont exposés dans la Galerie René Drouin pour la première fois - et contre sa volonté - les aquarelles de Wols. Il se lie d'amitié avec Jean-Paul Sartre qui par la suite soutient l'artiste quant à ses difficultés financières et psychiques considérables. Doté par Drouin de toiles et de peinture à l'huile, Wols crée en peu de temps plus de 40 tableaux. Le 23 mai 1947, une exposition de ces peintures est organisée chez Drouin. Cette exposition choque le public parisien et présente brutalement l'artiste. Il participe aux expositions d'aperçus au Salon des Réalités Nouvelles et à L'Imaginaire (à côté d'œuvres de Hans Arp, Victor Brauner, Camille Bryen, Hans Hartung, Georges Mathieu, Jean-Paul Riopelle, Raoul Ubac) et se lie d'amitié avec Jean Paulhan et le peintre Mathieu. À côté d'illustrations de textes des écrivains (Jean Paulhan, Jean-Paul Sartre, Franz Kafka et Antonin Artaud) naît une œuvre graphique indépendante.

De 1948 à 1950, malgré une phase de lourds problèmes de santé, la séparation temporaire d'avec Gréty et des changements continuels de domicile, d'autres expositions suivent à Paris, Milan et New York, qui se concentrent sur les œuvres de Wols créées après 1945. Un contrat fixe de deux ans avec le galeriste Pierre Loeb assure la subsistance de Wols. En 1951, son état de santé s'aggrave de nouveau. Une inflammation des poumons, une ascite sur cirrhose du foie due à une lourde dépendance à l'alcool et une jaunisse forcent Wols à une hospitalisation de plusieurs mois à Saint-Antoine pour une cure de désintoxication. En été 1951 Wols récupère au cours d'un séjour à Champigny-sur-Marne et est soigné par Gréty. Avec des forces fraîches, Wols travaille à de nouveaux tableaux et aquarelles.

Dans la nuit du 24 au 25 août 1951 , il consomme de la viande avariée. L'empoisonnement commençant avec une fièvre élevée est diagnostiqué d'abord comme appendicite et ne sera pas traité. Avec des organes déjà très fragilisés, Wols est transporté trop tard à Paris dans un hôpital. Se voyant mourir, il se fait transférer le 31 août par Gréty à l'hôtel luxueux de Montalembert, où il meurt le lendemain matin. Son cadavre est enlevé par la porte de service. L'enterrement de Wols aura lieu le 4 septembre 1951 dans le columbarium du Cimetière du Père-Lachaise. De 1955 à 1964, des œuvres de Wols ont été exposées à titre posthume à la Documenta 1, 2 et 3 à Kassel.

Citation[modifier | modifier le code]

  • « Das Bild kann zur Natur eine Beziehung haben wie die Fuge Bachs zu Christus.

Dann ist es keine Nachahmung, sondern eine analoge Schöpfung. » (« L'image peut avoir une relation avec la nature comme la fugue de Bach au Christ. Alors, ce n'est pas une imitation, mais une création analogue. »)

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Le 15 juin 2011 s'est tenue à Drouot-Richelieu la vente "Otto Wols" : dessins, aquarelles, tableaux, photographies, des documents d’exposition, des archives familiales, et des autographes d’artistes, d’écrivains, de galeristes, qu’il avait fréquentés. Sylvia Rathke-Köhl et Ewald Rathke, historiens de l’art, assurèrent l'expertise et le catalogue.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Jacques Lévêque, Wols (ISBN 2-8258-0183-6)
  • Wols - Das druckgraphische Werk (ISBN 3-7672-1431-8)
  • En personne, Aquarelles et dessins de Wols, textes de Jean-Paul Sartre, Henri-Pierre Roché et Werner Haftmann, traduit par Armel Guerne, Robert Delpire, 1963
  • Marc Alyn, Wols, le tachiste transfiguré, coll. Approches de l'art moderne, Bartillat, 2007
  • Wols, Aphorismes, Paris, Flammarion, coll. Histoire de l'Art, 2010, 192 pages.
  • Jean Paulhan, L'Art informel, Paris, Gallimard, 1962