Emma Calvé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Emma Calvé

Description de cette image, également commentée ci-après

Couverture du magazine Musica de novembre 1903.

Nom de naissance Rosa Noémie Emma Calvet
Naissance 15 août 1858
Millau, Empire français
Décès 6 janvier 1942
Millau, État français
Activité principale Artiste lyrique
Soprano
Style Opéra
Art lyrique
Années d'activité 1882-1926
Collaborations Jules Massenet
Formation Théâtre de la Monnaie, Bruxelles
Maîtres Jean-Baptiste Caylus

Répertoire

Rosa Noémie Emma Calvet, dite Emma Calvé est une cantatrice française (soprano), née à Decazeville (Aveyron) le 15 août 1858 et morte à Millau (Aveyron) le 6 janvier 1942.

Elle s'illustra notamment dans le rôle-titre de Carmen de Georges Bizet.

Biographie[modifier | modifier le code]

Emma Calvé vers 1885.

Née à Decazeville et élevée dans les Causses du Larzac dont elle aura toute sa vie la nostalgie, elle suit les derniers cours de Jean-Baptiste Caylus à Bruxelles où elle débute à La Monnaie en 1882 dans le rôle de Marguerite de Faust.

À partir de 1892, elle chante régulièrement au Royal Opera House de Londres et au Metropolitan Opera de New York. Elle crée le rôle de Suzel dans L'amico Fritz de Mascagni à Rome, le 30 octobre 1891.

Sa large tessiture lui permet de passer des emplois de soprano lyrique à ceux de soprano dramatique. Massenet crée pour elle le rôle d'Anita dans La Navarraise et lui confie celui de Sapho dans l'opéra du même nom[Note 1]. Carmen, qu'elle chante plus de mille fois, suffit à établir sa célébrité, notamment aux États-Unis. Elle entonne ainsi Marseillaise à New York en 1916, devant 30 000 personnes.

Adulée dans le monde entier, Calvé vit « comme une reine ». Elle chante en Inde, au Japon, en Australie. Elle fréquente régulièrement le salon littéraire de Geneviève Halévy où elle rencontre Réjane, Lucien Guitry et le romancier Paul Bourget. On trouve même sa photographie dans les tablettes de chocolat Poulain. C’est en 1904, à l’occasion de la millième de Carmen, qu’elle renonce à l’opéra, tout en continuant jusqu’en 1926 à donner des concerts dans le monde entier.

C'est pourtant dans le dénuement qu'elle meurt, après avoir consacré ses dernières saisons à l’enseignement de son art à Cabrières (Aveyron), où elle avait acquis en 1894 un château près d'Aguessac, avant de le revendre à un industriel gantier quelques années plus tard.

Réputée pour sa personnalité dynamique, passionnée d'hindouisme et d'occultisme[1],[Note 2], elle passa pour fréquenter le cabaret du Chat Noir, à Paris, en compagnie de Mucha, de Papus, et de Camille Flammarion.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Carte postale (c. 1905)

Autobiographie[modifier | modifier le code]

  • Emma Calvé, Sous tous les ciels j'ai chanté : souvenirs, Paris, Plon,‎ 1940, In-8°, V-299 p., pl., portraits, couv. ill. 33 fr. (lien notice BnF?)

Biographies[modifier | modifier le code]

  • Georges Girard, Emma Calvé : étoile dans tous les cieux, cigale sous tous les ciels, Rodez, Cahiers rouergats, coll. « Les Cahiers rouergats » (no 5),‎ 1971, ill. ; 22 cm, 111 p. (ISSN 0184-5365, lien notice BnF?)
  • Georges Girard, Emma Calvé, la cantatrice sous tous les ciels, Millau, Éd. Grandes Causses,‎ 1983, 195 p. (lien notice BnF?)
  • Jean Contrucci, Emma Calvé, la diva du siècle, Paris, A. Michel,‎ 1988, couv. ill. en coul. ; 23 cm, 378 p. (ISBN 2-226-03541-9, lien notice BnF?)
  • Association internationale de chant lyrique Titta Ruffo, Kathleen Schlesinger et Jean-Pierre Mouchon (Éditeur scientifique) (trad. Jean-Pierre Mouchon), Calvé: Artist and Woman : The Strand Magazine - juillet 1902, volume XXIV, n° 139, pp. 15-23,, Marseille, Association internationale de chant lyrique Titta Ruffo, coll. « Étude » (no 15),‎ 2000, n° ; 30 cm (ISSN 2267-0068, lien notice BnF?)
  • Jeannette Blum, Sous le ciel de Rennes-le-Château : Emma Calvé, la diva de l'ésotérisme, Bérenger Saunière, le prêtre initié : unis dans le même secret, Quillan, J. Blum,‎ 2010, 1 vol. (68 f.) ; 21 x 30 cm (lien notice BnF?)

Catalogue[modifier | modifier le code]

  • Musée de Millau et des Grands Causses et François Leyge (Directeur de publication), La collection Emma Calvé, Millau, Éd. Ville de Millau,‎ 2009, ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 29 cm, 71 p. (ISBN 978-2-9503269-4-2, lien notice BnF?)

Roman[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Thibaux, La Cantatrice, Paris, O. Orban,‎ 1990, couv. ill. en coul. ; 24 cm, 371 p. (ISBN 2-85565-578-1, lien notice BnF?)

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • Jérôme Félix et Paul Gastine, Le secret du Mont-Saint-Michel : L'héritage du diable ; 2, Charnay-lès-Mâcon, Bamboo éd., coll. « Grand angle »,‎ 2011, 1 vol. (49 p.) : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 32 cm (ISBN 978-2-35078-934-7, ISSN 1635-5482, lien notice BnF?)
    • Bande dessinée dans laquelle Emma Calvé tient un rôle de « méchante ».

Illustration[modifier | modifier le code]

  • Cautin-Berger, Couverture de "Musica", novembre 1903,‎ c. 1902, 1 impr. photoméc. : photogravure, coul. ; 25 x 18 cm (lien notice BnF?)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. À ne pas confondre avec l'opéra-homonyme de Charles Gounod (1851).
  2. Selon les auteurs de L'Énigme sacrée et de plusieurs autres, elle fut en relation avec l'abbé Saunière (p.44)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jeannette Blum, Sous le ciel de Rennes-le-Château : Emma Calvé, la diva de l'esotérisme, Bérenger Saunière, le prêtre initié : unis dans le même secret, Quillan, J. Blum,‎ 2010, 1 vol. (68 f.) ; 21 x 30 cm (lien notice BnF?)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]