Elbeuf-sur-Andelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Elbeuf (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Andelle (homonymie).
Elbeuf-sur-Andelle
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Arrondissement de Rouen
Canton Canton de Darnétal
Intercommunalité Communauté de communes du Plateau de Martainville
Maire
Mandat
Patrick Lelouard
2008-2014
Code postal 76780
Code commune 76230
Démographie
Gentilé Elbeuviens
Population
municipale
429 hab. (2011)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 28′ 15″ N 1° 23′ 48″ E / 49.4708333333, 1.39666666667 ()49° 28′ 15″ Nord 1° 23′ 48″ Est / 49.4708333333, 1.39666666667 ()  
Altitude Min. 57 m – Max. 157 m
Superficie 5,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Elbeuf-sur-Andelle

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Elbeuf-sur-Andelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Elbeuf-sur-Andelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Elbeuf-sur-Andelle

Elbeuf-sur-Andelle est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'Andelle et par l'Héronchelle.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Elbeuf signifie « village de l'eau »[1].

Le nom est attesté sous la forme latinisée Wellebotum en 1218[2].

Formes anciennes comparables aux autres Elbeuf de Seine-Maritime.

Le premier élément est le vieil anglais wella ou vieux norrois vella, source, fontaine, voire cours d'eau, que l'on identifie aussi dans Veules-les-Roses (Wellas XIe siècle). Cependant le /w/ initial, plutôt que d'évoluer en /v/ vers le XIIe siècle, comme c'est généralement le cas dans la partie septentrionale de la Normandie, s'est amuï. Ce phénomène s'observe assez fréquemment dans la toponymie haut-normande (cf. Igoville, Iville, etc.)[3]

Le second élément souvent rencontré, essentiellement en Haute-Normandie, est le vieil anglais ou vieux norrois both, abri, village (cf. les Criquebeuf, Daubeuf, etc.). L'évolution en -beuf s'explique par un passage de -both à -bod, puis à -bof (cf. Elbeuf-en-Bray, Wellebof 1046 - 1048), par analogie avec des mots comme bief (anciennement bied) et bœuf (bos, bovis). De plus, certains termes avec /d/ intervocalique présentent parfois des stades intermédiaires en /v/ : *bladu > *blavu (cf. emblaver) > blef > blé[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution, la paroisse dépendait du doyenné de Ry, du bailliage, de la vicomté et de l'élection de Rouen.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Patrick Lelouard sans étiquette Mécanicien
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Elbeuf-sur-Andelle comptait 67 feux en 1722[4].

En 2011, la commune comptait 429 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
343 346 357 269 281 269 280 260 280
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
284 270 249 233 239 234 227 230 218
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
206 197 175 160 150 128 133 213 183
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
155 147 127 184 245 284 362 373 429
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6])
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pierre et Saint-Paul
Moulin sur l'Andelle
  • Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, reconstruite en 1845 en silex, brique et pierre[7].
  • Moulin à eau

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Revue de Rouen et de Normandie, Volumes 3 à 4, Rouen, 1834.
  2. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et des anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard,‎ 1979, 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150), p. 70
    Ouvrage publié avec le soutien du CNRS
  3. François de Beaurepaire, Op. cité.
  4. Louis Le Vavasseur de Masseville, État géographique de la province de Normandie, t. II, Rouen, 1722, p. 632
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  7. Abbé Cochet, Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :