Dynastie salomonide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dynastie salomonide

alt=Description de l'image Imperial_coat_of_arms_of_Ethiopia_(Haile_Selassie).svg.
Pays Flag of Ethiopia (1897-1936; 1941-1974).svg Empire éthiopien
Lignée Maison de David
(selon la légende)
Titres Negusse Negest
Chef actuel Zera Yacob Amha Selassie (en)
Fondation 1270
Yekouno Amlak
Déposition 1974
Hailé Sélassié Ier

La dynastie salomonide (ou salomonienne) est une dynastie d’Éthiopie, se réclamant du roi Salomon et de la Reine de Saba, dont on dit qu’elle donna naissance à Ménélik Ier après sa visite à Salomon à Jérusalem, relatée dans la Bible. Cette dynastie fondée, au XIIIe siècle, ne reposait pas sur une descendance biologique stricte mais des successions politiques, le plus souvent dans un même lignage. C'était l'une des deux plus vieilles maisons royales dans le monde avec la maison impériale du Japon.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette dynastie, liée à l’Église éthiopienne orthodoxe, est arrivée au pouvoir le 10 août 1270 (10 Nehasé 1262, selon le calendrier éthiopien[1]) lorsque Yekouno Amlak renversa le dernier souverain de la dynastie Zagoué. Yekouno Amlak affirma alors être le descendant en ligne directe de l’ancienne famille royale d’Aksoum que les Zagoués avaient remplacée sur le trône. Ménélik II, et plus tard sa fille Zaoditou, furent les derniers monarques qui pouvaient prétendre descendre de la lignée mâle du roi Salomon et de la Reine de Saba, alors que Lij Iyasou et Hailé Sélassié Ier étaient dans la lignée féminine, Iyasu par sa mère Shewarega Ménélik, et Hailé Sélassié par sa grand-mère paternelle, Tenagnework Sahle Sélassié. La lignée mâle existe toujours à travers les descendants de Ménélik mais elle a été mise de côté en grande partie à cause des inimitiés de Ménélik pour cette branche de sa famille.

La dynastie salomonide a régné sur l’Éthiopie avec quelques interruptions jusqu’en 1974, lorsque le dernier empereur, Hailé Sélassié, fut renversé par le Derg. Lors de la révolution éthiopienne de 1974, les membres de la famille royale furent emprisonnés ou exilés. Ceux qui avaient été placés en détention n’ont été relâches qu’en 1989-1990 et ne furent autorisés à quitter le pays qu’au moment où le Derg commença à vaciller pour finalement être renversé en 1991. Plusieurs membres de la famille impériale ont depuis lors décidé de revenir en Éthiopie.

Le blason impérial a été adopté par l’empereur Haile Selassie. Il est composé d’un trône impérial, entouré de deux anges, l’un tenant une épée et une balance, l’autre tenant le sceptre impérial. Le trône est souvent représenté avec une croix chrétienne, une étoile de David et un croissant de lune qui représentent respectivement la tradition chrétienne, juive et islamique. Il est surmonté d’un manteau rouge et d’une couronne impériale, et devant le trône, figure le Lion de Juda qui apparaissait au centre des trois couleurs du drapeau éthiopien sous la monarchie. La phrase « Moa Ambassa ze imnegede Yehuda » (la conquête de la tribu du Lion de Juda) figurait sur le blason et précédait toujours le titre officiel de l’empereur, mais en se référant au Christ plutôt qu’au monarque. La devise officielle de la dynastie impériale était Ityopia tabetsih edewiha habe Igziabiher (« L’Éthiopie tend ses mains vers le Seigneur ») tiré du livre des Psaumes.

Au cours de la majeure partie de la dynastie salomonide, le territoire du royaume était le quadrant nord-ouest de l’actuel plateau d’Éthiopie. Ce territoire s’est modifié au cours des siècles, incorporant parfois des parties de l’actuel Soudan, des zones côtières de la mer Rouge et du golfe d’Aden, et s’étendant aussi au sud vers le Kenya. Les régions sud et est ont été intégrées au royaume de façon permanente au cours des deux derniers siècles, grâce au roi Ménélik II et à l’empereur Hailé Sélassié. La partie centrale du royaume et le sud du pays ont été incorporés à l’empire sous le règne d’Amda Seyon Ier et de Zar’a Ya’iqob, mais les zones périphériques ont été perdues après l’invasion d’Ahmed Gragne[2]

Principaux membres[modifier | modifier le code]

Membres de la dynastie salomonide ayant régné sur l’Éthiopie
(les dates correspondent à l’accession au trône)

Arbre généalogique de la branche shewane des Salomonides depuis Wossen Seged[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Wossen Seged (en)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Maryam Gabre
+1826
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Wolde Kiros
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sahle Selassié
vers 1795 - 1847
Negus du Shewa
 
 
 
 
 
Haile Giyorgis Wolde
 
 
 
Wube Hailé
1799 - 1867
Ras du Tigré
 
 
Betul Hailé
 
 
 
 
 
 
 
 
Wolde Kidan
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Tenagnewerq
vers 1830-1887
 
 
 
 
 
Haile Melekot
1824 - 1855
Negus du Shewa
 
MonarchTéwodros II d’Éthiopie
1818 - 1868
Negus d’Éthiopie
 
Turunash (en)
+1868
2e femme de Téwodros II
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mirtcha Wolde Kidan
+1863
 
 
 
 
 
Gabre Medhin
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Eheta
 
Mekonnen Welde Mikaél
1852 - 1906
Militaire et homme politique
 
 
 
 
Monarque Menelik II
1844 - 1913
Negus d'Éthiopie
 
 
Altash
Première femme de Menelik II et fille de Téwodros II
 
 
 
 
 
Taytu Betul
vers 1851 - 1918
3e femme de Menelik II
 
Wale Betul
+1918
 
 
 
 
MonarchYohannes IV d’Éthiopie
1837 - 1889
Negus d’Éthiopie
 
Dinqinesh
1833 - 1912
2e femme de Tekle Giyorgis II
 
MonarchTekle Giyorgis II d’Éthiopie
1836 - 1873
Negus d'Éthiopie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mezlekianesh
 
 
 
 
 
 
Mikaél du Wello
1850 - 1918
Militaire
 
Shewareged
1867 - 1897
 
MonarchZewditou Ire
1876 - 1930
Negiste Negest d’Éthiopie
 
 
 
 
 
 
 
Gougsa Wellé
deuxième époux
n 1875 d 1930
 
Kafay Wale
 
Mengesha Yohannes
1868 - 1906
 
 
Araya Selassie Yohannes
1867 - 1888
Premier mari de Zewditou Ire
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Emrou Haile Selassie
1892 - 1980
Gouverneur
 
 
 
 
 
 
 
Selim
 
MonarchIyasou V d’Éthiopie
1898 - 1936
Negus d’Éthiopie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Romana Worq
née en 1902
Première femme de Iyasou V d’Éthiopie
 
Seyoum Mengesha
1887 - 1960
Gouverneur du Tigré
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mikael Imru
1926 - 2008
Premier ministre d’Éthiopie
 
 
MonarchHailé Sélassié Ier
1892 - 1975
Negus d’Éthiopie
 
 
Menen Asfaw (en)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Romaneworq (en)
 
Tenagneworq (en)
 
Tsehay (en)
 
Zenebeworq (en)
 
Makonnen (en)
 
Prince Sahle Selassie (en)
 
Amha Selassie
Deuxième épouse Medferiashwork Abebe (en)
 
 
 
 
 
 
Walatta Israel (en)
née en 1906 - 1988
Première épouse de Amha Selassie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Zera Yacob Amha Selassie (en)
 
 
 
 
 
 
 

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Solomonic dynasty » (voir la liste des auteurs).

  1. A. K. Irvine, «Review: The Different Collections of Nägś Hymns in Ethiopic Literature and Their Contributions», bulletin de la SOAS, université de Londres, 1985.
  2. Taddesse Tamrat, Église et État en Éthiopie (1270 - 1527), Oxford, Clarendon Press, 1972, p. 275.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Derat (Marie-Laure), Le domaine des rois éthiopiens (1270-1527), Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, 383 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]