Zewditou Ire d'Éthiopie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Zaoditou)
Aller à : navigation, rechercher
Zewditou
ዘውዲቱ
Zewditou.
Zewditou.
Titre
Impératrice d'Éthiopie
27 septembre 19162 avril 1930
(13 ans, 6 mois et 6 jours)
Couronnement 27 septembre 1916
Prédécesseur Iyasou V
Successeur Hailé Sélassié Ier
Biographie
Titre complet Reine des Rois d’Éthiopie
Dynastie Dynastie Salomonide
Nom de naissance Askala Maryam
Date de naissance 29 avril 1876
Lieu de naissance Ejersa Goro, province du Harer, Empire d'Éthiopie
Date de décès 2 avril 1930 (à 53 ans)
Lieu de décès Addis-Abeba, Royaume du Shewa, Empire d'Éthiopie
Père Menelik II
Mère Woyzero Abechi
Conjoint Araya Selassie Yohannes
Gougsa Wellé
Héritier Tafari Makonnen

Zewditou Ire d'Éthiopie
Monarques d'Éthiopie

Zewditou (Ge'ez: ዘውዲቱ Zäwditu), née en 1876 et décédée en 1930, fut negiste negest d'Éthiopie de 1916 à 1930. Elle est une des seules femmes ayant régné sur l'Éthiopie et une des rares femmes à la tête d'un État au début du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et mariages[modifier | modifier le code]

Née le 29 avril 1876, Zewditou est la fille de Sahle Maryam du Shewa, futur negusse negest Menelik II. Elle est baptisée « Askala Maryam » (« Askal de Marie », un type de fleurs). Sa mère, woyzero Abechi, noble shewanne, est brièvement la compagne de Menelik ; elle meurt alors que sa fille est encore très jeune. Ainsi, ce sont Menelik et son épouse Baffana qui l'élèvent avec les deux autres enfants reconnus : Zewditou, Asfaw Wossen qui décède en bas âge et Shewaregga, la mère du futur héritier de Menelik, Iyasu.

En 1886, Zewditou, âgée de dix ans, épouse ras Araya Selassie Yohannes, fils du negusse negest Yohannes IV. Le mariage est très politique, visant à ce que Menelik accepte l'autorité du souverain tigréen. Le couple n'a pas d'enfant (Araya a cependant un fils illégitime (Mengesha Yohannes) avec une autre femme). Araya meurt en 1888 et Zewditou quitte Meqelé pour retourner auprès de son père, dans le Shewa. En dépit du conflit qui oppose Ménélik et Yohannes IV, Zewditu tente de continuer à maintenir de bonnes relations entre les deux hommes.

Elle contracte deux autres courts mariages, avant d'épouser ras Gougsa Wellé, neveu de Taytu Betul, sa belle-mère. Contrairement à ses unions antérieures, celle-ci est heureuse.

Ascension au pouvoir[modifier | modifier le code]

À la mort de Yohannes IV en mars 1889, Menelik arrive sur le trône impérial. Vers le début du XXe, frappé par une maladie, il doit préparer sa succession en prenant en considération l'absence d'héritier mâle direct. Il décide donc que le trône doit échoir aux branches féminines de la dynastie impériale. À la mort de Menelik II en 1913, Iyasu, fils de la demi-sœur de Zewditou, devient ainsi negusse negest [1]. Auparavant, en 1909, il a fait exiler, loin de la capitale, Zewditou et son époux, qu'il considérait comme des rivaux potentiels pour le trône. Rapidement, ledj Iyasu est accusé de proximité avec les milieux musulmans et les puissances européennes craignent une alliance avec les puissances centrales.

Le 27 septembre 1916, un coup d'État renverse Iyasu accusé d'apostasie ; Zewditou devient negiste negest d'Éthiopie. Elle est alors secondée dans sa tâche par le jeune Täfäri Makonnen, futur Hailé Sélassié, nommé prince-régent et héritier du trône.

Règne[modifier | modifier le code]

Son couronnement eut lieu le 3 février 1917. Sous son règne, l'Éthiopie connut de grandes évolutions. En tant que partisane très modérée de la modernisation du pays et de ses institutions, Zewditou ne gérait que les affaires protocolaires et déléguait beaucoup au régent qui exerçait la réalité du pouvoir.

Manœuvres politiques[modifier | modifier le code]

Alors que l'aristocratie éthiopienne était généralement favorable à Zewditou, elle l'était moins à l'égard de nombre de ses proches. Belle-mère de Zewditou et tante de son mari, Taytu Betul s'était retirée de la capitale après le décès de Menelik. Pour tenter de limiter son influence, l'aristocratie dominée par son neveu (le mari de Zewditou, ras Gougsa Wellé) la met à l'écart. Cette mesure, conçue surtout contre Taytu, a considérablement bouleversé Zewditu. Elle souffrait également de la culpabilité d'avoir pris le trône de Iyasu, croyant aller là contre la volonté de son défunt père.[réf. nécessaire]

Alors que la negiste negest se retire de plus en plus de ses responsabilité pour le jeûne et la prière, le régent et héritier Teferi Mekonnen accroît son influence à la Cour.

Guerre contre Iyasu[modifier | modifier le code]

Le début du règne de Zewditou est marqué par une guerre contre Iyasu qui s'était échappé de son lieu de captivité. Soutenu par son père Negus Mikaél, l'ancien souverain tente de reprendre le trône. Mais après quelques victoires, le père de Iyasu est vaincu et capturé à la bataille de Segalé. Il défile dans les rues d'Addis-Abeba enchaîné, transportant un rocher de repentir sur ses épaules, avant d'entrer dans la salle du trône et de baiser les chaussures de la souveraine pour implorer pour sa miséricorde. Iyasu, lui, s'est enfui. Quand Iyasu est capturé, Zewditou, éplorée, plaide pour qu'il soit seulement placé en résidence surveillée, où il pourrait recevoir un ministre du culte. Täfäri Mekonnen et le fitawrari Habte Giorgis y sont opposés et elle abandonne. Elle veille toutefois a lui assurer un certain luxe, par des vêtements et de la nourriture de qualité.[réf. nécessaire]

Ascension de Tafari Makonnen[modifier | modifier le code]

Au fur et à mesure du règne de Zewditou, la différence entre elle et son héritier désigné, Täfäri Mekonnen se fait de plus en plus constante. Ce dernier se présente comme un partisan de la modernisation du pays, afin que l'Éthiopie s'ouvre au monde dans le nouveau contexte international. En cela, il avait le soutien de nombreux jeunes nobles. Zewditou de son côté est plus conservatrice, croyant dans la préservation de la tradition éthiopienne. Elle a ainsi le soutien ferme de l'Église. Lentement, toutefois, elle commence à se retirer de la vie politique, laissant le pouvoir de plus en plus à Täfäri Mekonnen. Sous sa direction effective, l'Éthiopie entre ainsi à la Société des Nations et abolit une nouvelle fois l'esclavage. Zewditou est elle critiquée pour sa trop grande ferveur religieuse[réf. nécessaire], qui la pousse notamment à faire bâtir un nombre très conséquent d'Eglises.

En 1928, un soulèvement contre les réformes de Täfäri Mekonnen échoue. Zewditou est alors obligée d'accorder à ce dernier, qui contrôle désormais l'essentiel du gouvernement, le titre de negus. Bien qu'il reste de jure sous la tutelle de la negiste negest, il est de facto à la tête du pays. Un certain nombre de tentatives pour l'écarter du pouvoir n'aboutissent pas. En 1930, l'époux de Zewditou, Gougsa Wellé, conduit ainsi une rébellion contre Täfäri dans le Bégemeder, dans l'espoir de mettre fin à la régence. Il est néanmoins battu et tué à la bataille d'Anchem, par une armée éthiopienne modernisée, le 31 mars 1930.

Décès et succession[modifier | modifier le code]

Le 2 avril, deux jours après la mort de son époux Gougsa Wellé, la negeste negest Zewditou décède. Il semble qu'elle souffrait de diabète et avait été malade de la typhoïde. Mais cela n'est pas totalement accepté. Selon certaines histoires populaires, son décès serait dû au choc occasionné par celui de son mari: d'autres prétendent qu'elle n'avait pas été informée de l'issue de la bataille. Certaines sources diplomatiques[Lesquelles ?] présentes à Addis-Abeba ont signalé à l'époque que la fièvre avait frappé l'impératrice et qu'elle s'immergeait dans un grand conteneur d'eau bénite froide pour tenter de se guérir, mais son corps n'a pas surmonté le traitement. D'aucuns prétendent que Täfäri Mekonnen ou ses partisans l'aurait empoisonnée.

Le lendemain, 3 avril, Teferi Mekonnen est proclamé negusse negest d'Éthiopie, sous le nom de Haile Selassié Ier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sohier (Estelle), Portraits controversés d'un prince éthiopien, Iyasu 1897-1935, L'Archange Minotaure, Apt, 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandra Pascal, Taytu et Zäwditu, impératrices d'Éthiopie, Université de Provence, 2000, 216 p. (mémoire de maîtrise d'Histoire)
  • (en) David H. Shinn et Thomas P. Ofcansky, « Zawditu Menelik », in Historical Dictionary of Ethiopia, Scarecrow Press, 2013 (2e éd.), p. 435-436 (ISBN 9780810874572)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]