Croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Croix de guerre.
Croix de guerre des théâtres d'opérations extérieurs
Illustration.
Avers
Seconde illustration.
Revers
Croix de guerre des théâtres d'opérations extérieurs
Conditions
Décerné par Drapeau de la France France
Type Médaille
Décerné pour Citation pour faits d'armes
Éligibilité Militaires et civils
Détails
Statut arrêtée depuis 1992
Campagne Théâtres d’opérations extérieurs
Statistiques
Création 1921
Ordre de préséance
Précédent Inférieur
Croix de la Valeur militaire
Équivalent
Supérieur
Croix de guerre 1939-1945
Suivant
Illustration.
Ruban de la croix de guerre des théâtres d'opérations extérieurs

La croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs est une décoration française, conférée aux militaires et aux civils qui ont obtenu, pour fait(s) de guerre, une citation individuelle au cours d’opérations exécutées sur des théâtres d’opérations extérieurs.

Historique[modifier | modifier le code]

L'armistice du 11 novembre 1918 avait mis fin à la guerre entre la France et l'Allemagne, mais les soldats français poursuivaient le combat sur des théâtres extérieurs à la métropole, comme en Syrie, en Palestine, à Constantinople, au Maroc, en AOF, en AEFetc. Il parut donc légitime de permettre au commandement de récompenser les soldats qui se distinguaient dans ces actions de guerre.

Une loi fut votée le 30 avril 1921, créant une nouvelle Croix de Guerre dite des « Théâtres d'opérations extérieurs ». Elle était destinée à commémorer les citations individuelles obtenues aux divers échelons des armées de terre et de mer, au cours des opérations exécutées depuis le 11 novembre 1918 ou qui auraient lieu dans l’avenir, pour services de guerre caractérisés, directement liés à l’expédition. Les modalités d'attribution furent les mêmes que pour celle de 1914-1918.

Ultérieurement, la Croix de Guerre des TOE fut attribuée en Indochine, à Madagascar, en Corée et pour l'expédition de Suez.

Après une interruption de trente-cinq années dans son attribution, elle a de nouveau été décernée, entre le 17 janvier 1991 et le 5 mai 1992, à un certain nombre des 15 000 militaires français des trois armes ayant pris part aux opérations de libération du Koweït au cours de la guerre du Golfe (arrêté du ministre de la Défense du 17 janvier 1991). Par un arrêté du 5 mai 1992, il a été décidé que cette décoration ne serait plus décernée. Néanmoins, sa remise fut étendue aux opérations de guerre effectuées au Kosovo en 1999.

Description[modifier | modifier le code]

La médaille[modifier | modifier le code]

Croix pattée en bronze florentin du module de 37 mm, à quatre branches, avec entre celles-ci deux épées croisées, pointes en haut.

Gravure du sculpteur Albert Bartholomé.

Sur l’avers : dans un médaillon circulaire, l’effigie de la République coiffée d’un bonnet phrygien orné d’une couronne de laurier, est entourée par un anneau portant la légende : « RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ».

Sur le revers : dans un médaillon circulaire, l’inscription : « THÉÂTRES D’OPÉRATIONS EXTÉRIEURS ».

Un modèle de fabrication locale se différencie du modèle officiel par l’inscription du revers : "TOE".

Elle se porte sur la poitrine, à gauche, juste après la Croix de guerre 1914-1918 où après la Croix de guerre 1939-1945.

Les agrafes (citations)[modifier | modifier le code]

Citations : Identiques à celles de la Croix de guerre 1914-1918.

  • Une étoile de bronze pour une citation à l’ordre de la brigade, du régiment ou unité assimilée.
  • Une étoile d’argent pour une citation à l’ordre de la division.
  • Une étoile de vermeil pour une citation à l’ordre du corps d’armée.
  • Une palme de bronze en forme de branche de laurier pour une citation à l’ordre de l’armée.
  • Une palme d’argent en forme de branche de laurier remplace cinq palmes de bronze.

Le ruban[modifier | modifier le code]

Largeur de 36 mm. Une bande centrale bleu clair de 18 mm est encadrée par deux raies verticales rouges de 9 mm.

Attribution[modifier | modifier le code]

Citation à l'ordre de la région du capitaine Brébant dans la région de Fez le 10 juillet 1925 du col.Brébant

Les modalités d’attribution de cette Croix de guerre des TOE sont sensiblement les mêmes que celles régissant la Croix de Guerre 1914-1918 : les citations à l’ordre de l’armée sont prononcées par le ministre, sauf délégation spéciale aux généraux commandant les corps expéditionnaires.

La Croix de Guerre des TOE est attribuée aux militaires et aux civils qui ont obtenu, pour fait de guerre, une citation individuelle au cours d’opérations exécutées sur des théâtres d’opérations extérieurs :

Croix de guerre des TOE dans l'héraldique des régiments espagnols (Guerre du Rif)
  • en Indochine de 1918 à 1922 et de 1945 à 1954 ;
  • pour des missions militaires dans les pays baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie), en Haute-Silésie, en Pologne, en Tchécoslovaquie, en Russie, au Caucase, en Sibérie, en Hongrie et en Roumanie ;
  • à Madagascar en 1947 ;
  • en Corée de 1950 à 1953 ;
  • au Moyen-Orient (Égypte du 30/10/1956 au 31/12/1956 et guerre du Golfe du 17/01/1991 au 05/05/1992) ;
  • en République fédérale de Yougoslavie (Kosovo du 24/03/1999 au 21/06/1999).

En ce qui concerne la Marine, les différentes citations à l’ordre du jour, peuvent être prononcées, sous réserve des délégations nécessaires, par les autorités maritimes suivantes :

  • citation à l’ordre de l’armée par un vice-amiral commandant en chef une armée navale ;
  • citation à l’ordre du corps d’armée par les vice-amiraux commandant une escadre ;
  • citation à l’ordre de la division par un contre-amiral commandant une division indépendante ;
  • citation à l’ordre de la brigade par les contre-amiraux commandant une division en sous-ordre ou une formation à terre ; capitaines de vaisseau, chef de division ;
  • citation à l’ordre du régiment par les officiers supérieurs commandant un bâtiment, une force navale autre que celles prévues précédemment, une formation à terre.

Les invalides cités pour blessure au combat ont leur citation élevée à l’ordre de l’armée lorsque de la Légion d’honneur ou la Médaille Militaire leur sont remises au titre de l’invalidité.

L'attribution de la croix de guerre ne s'accompagne d'aucun cérémonial obligatoire. La remise à l'intéressé d'un extrait de l'ordre le citant suffit à établir ses droits au port de cette distinction.

En ce qui concerne l'armée de terre, la procédure officielle :

  • Premièrement un acte officiel écrit sur la demande du chef de corps du régiment auquel appartiennent l'officier, le sous-officier et soldat concernant son acte de bravoure donnant droit à une citation puis à l'attribution d'une médaille (Croix de la Légion d'honneur, Médaille Militaire, Croix de guerre, Croix de la valeur militaire, etc.)
  • Deuxièmement la demande doit passer devant une commission chargée de l'octroi des récompenses. Cette commission présidée par un officier supérieur épaulé par d'autres officiers.
  • Troisièmement la demande sera envoyée sur rapport au ministre de la guerre (maintenant au ministre de la défense) qui lui donnera son avis.
  • Quatrièmement un extrait de l'arrêté sera publié pour prendre rang à compter du … sur le journal officiel.(Seulement les citations qui octroient la remise de la Légion d'honneur où de la Médaille militaire) autrement elles ne sont pas publiées au journal officiel. Elles sont archivées aux bureaux des archives militaires de Pau.
  • Cinquièmement l'intéressé peut porter sa décoration.

Les citations à l’ordre de l’armée sont exclusivement décernées par le ministre de la Défense. Celles concernant les autres degrés allant du corps d’armée au régiment relèvent de la compétence exclusive du général, Chef d’État-major des Armées. À savoir que cela n'a pas toujours été le cas. Exemple (pendant la Première Guerre mondiale les citations à l'ordre de l'armée, elles étaient décernées exclusivement par un général d'armée. Pour les citations à l'ordre du corps d'armée, elles étaient décernées exclusivement par un général de corps d'armée, ainsi de suite).

Si la croix est remise au cours d'une prise d'armes, le récipiendaire vient se ranger dix pas en avant du drapeau. Le commandant des troupes commande le « garde-à-vous ». L'autorité chargée de la remise fait ouvrir le ban et prononce après avoir indiqué le grade, le nom et le prénom du récipiendaire, la formule suivante :

« Au nom du ministre de la Défense, nous vous décernons la Croix de la Légion d'honneur au grade de chevalier ainsi que la croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieures avec palme pour les motifs suivants.

Commandant de compagnie de haute valeur. Perpétuellement en contact avec l’ennemi pendant huit jours de bataille, a réussi à plusieurs reprises dans des conditions difficiles, à rompre le combat, sans laisser un homme, même blessé, aux mains de l’ennemi, s’est distingué plus récemment par son entrain à la tête de sa compagnie qui a fait une centaine de prisonniers. Une blessure deux citations » Après la remise, ladite autorité fait fermer le ban. Le récipiendaire rejoint les rangs. À savoir que pour toutes autres décorations le cérémonial est le même[1].

Unités militaires[modifier | modifier le code]

Elle a pu être attribuée de manière collective à 140 formations militaires (unités, navires ou escadrilles).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Association Nationale des Croix de guerre et de la Valeur Militaire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]