Médaille des évadés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Médaille des évadés
Illustration.
Avers
Seconde illustration.
Revers
Médaille des évadés
Conditions
Décerné par Drapeau de la France France
Type Médaille
Décerné pour Actes et tentatives d’évasion, de militaires ou de civils, pendant la guerre
Statistiques
Création 20 août 1926
Ordre de préséance
Précédent Inférieur
Croix du combattant volontaire 1914-1918
Équivalent
Supérieur
Ordre des Arts et des Lettres
Suivant
Illustration.
Ruban de la médaille des évadés

La médaille des évadés est une décoration militaire française, attribuée aux évadés français des lieux de détention ennemis lors des conflits de la période 1870-1945.

Création[modifier | modifier le code]

La médaille a été créée à la suite de la demande de plusieurs associations d'évadés. C'est le député Léon Delsart[1] qui a déposé une proposition de loi en 1925, démarche qui aboutit au vote de la loi du 20 août 1926. Un décret du 2 octobre 1926 précise les dispositions et modèle de l'insigne et du ruban.

La médaille a été accordée aux évadés de la seconde guerre mondiale par une ordonnance du 7 janvier 1944. Son attribution a été arrêtée en 1968, avant d'être rouverte en 1992, mais uniquement pour des faits d'évasion remontant à la seconde guerre mondiale.

La médaille des évadés est considérée comme un titre de guerre.

Bénéficiaires[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Ruban : Vert d'une largeur de 36 mm, coupé dans le sens de la longueur de trois bandes orange. Celle du milieu d'une largeur de 7 mm, celles des bords de 2 mm.
  • Médaille : Œuvre du graveur Dubois, l'insigne est rond, en bronze, et porte à l'avers l'effigie de la République française et au revers une couronne de feuilles de chêne avec au centre l'inscription « Médaille des évadés ».
  • Citations : La Croix de guerre 1914-1918 ou des T.O.E., accompagne la médaille des évadés pour la Première Guerre mondiale et des opérations qui ont suivi dans les T.O.E. Par contre, pour la Seconde Guerre mondiale, la citation ne fut accordée que très exceptionnellement.


Attribution collective[modifier | modifier le code]

Un seul régiment a reçu la médaille des évadés : le 2e régiment de dragons

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire des parlementaires français. Notes biographiques sur les ministres, députés et sénateurs français de 1889 à 1940, publié par Jean Jolly, 8 vol., Paris, Presses universitaires de France, 1960–1977. Page 1365

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]