Édouard de Rothschild

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Édouard de Rothschild, son grand-père.

Édouard de Rothschild

Naissance
Neuilly-sur-Seine (France)
Nationalité française et israélienne
Diplôme
Ascendants
Famille

Édouard de Rothschild, né le à Neuilly-sur-Seine, membre de la famille Rothschild, est un homme d'affaires franco-israélien.

Il est le fils du baron Guy de Rothschild et de la baronne Marie-Hélène van Zuylen van Nyevelt van de Haar[1], et le demi-frère de David de Rothschild, fondateur de la banque d'affaires Rothschild & Cie. Il s'est marié à Mathilde Coche de la Ferte en 1981, puis en secondes noces à Arielle Malard en 1991, dont il est aujourd'hui séparé. Il est père de trois enfants : les jumeaux David et Aliénor suivis de Ferdinand[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Il étudie au lycée Condorcet.

Il est licencié de droit de l'université d'Assas, et obtient un MBA finance à l'université de New York[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1987, il entame une carrière de banquier d'affaires dans un petit établissement financier de Wall Street, Wertheim & Co., avant d'intégrer Rothschild & Cie dont il deviendra l'un des associés-gérants en 1993. Il participe à d'importantes opérations de fusions-acquisitions aux côtés de son demi-frère, notamment le rachat de Pathé par Jérôme Seydoux et de la banque Rivaud par l'homme d'affaires breton Vincent Bolloré.

En 2003, après une année sabbatique, il quitte les fonctions opérationnelles pour prendre la présidence de son conseil de surveillance.

En 2006, par l'intermédiaire du holding financier Jean Goujon, qu'il contrôle, il devient l'actionnaire de référence du journal Libération, exigeant le départ de Serge July (son directeur historique) et de Louis Dreyfus (son directeur général).

Fortune[modifier | modifier le code]

La fortune de David de Rothschild et d'Édouard de Rothschild est estimée par le magazine Challenges à 315 millions d'euros en 2007[4].

Cavalier international[modifier | modifier le code]

Il poursuit la vocation hippique paternelle. Il est cavalier international de concours de saut d'obstacles (CSO) et entretient une quinzaine de poulinières confiées principalement à l'entraîneur André Fabre. Il a d'autre part, gagné de belles victoires aux États-Unis dont la course du Beverly D. avec le cheval England's Legend entrainé par Christophe Clement. Ses chevaux courent, depuis 1985, sous les couleurs inversées (casaque jaune toque bleue) de celles de son père (casaque bleue toque jaune).

Le , il succède à Jean-Luc Lagardère à la présidence de France Galop. Il a été nommé au conseil d'administration des Haras nationaux en qualité de personnalité qualifiée en 2006[5] puis en 2009[6].

Membre de différents clubs[modifier | modifier le code]

Il a fait partie de la commission exécutive du CNPF.

Commanditaire et ami[7] de Nicolas Sarkozy, il est membre du Polo de Paris, du Cercle Interallié et du club Le Siècle.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le , le quotidien israélien Yediot Aharonot annonce qu'Édouard de Rothschild vient d'acquérir la nationalité israélienne, sans pour autant émigrer en Israël[8] et ce « uniquement pour des raisons sportives », en référence à sa volonté de participer aux épreuves équestres des Jeux olympiques d'été de 2012[9] auxquelles il ne participera finalement pas.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne Michel, « Édouard, un Rothschild atypique mais intraitable », Le Monde, 15 juin 2006

Lien externe[modifier | modifier le code]