Marché financier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un marché financier est un marché sur lequel des personnes, des sociétés privées et des institutions publiques peuvent négocier des titres financiers, matières premières et autres actifs, à des prix qui reflètent l'offre et la demande.

Les marchés financiers ont entre autres pour objectif de faciliter:

  • La collecte et l'investissement de capitaux (sur les marchés de capitaux)
  • Le transfert des risques (sur les marchés de produits dérivés)
  • L'établissement de valeurs et de taux (cotations)
Pit de cotation au Chicago Board of Trade, du temps de la "criée".

Types de marchés financiers[modifier | modifier le code]

Selon une définition restrictive, on inclut parfois sous le terme "marchés financiers" uniquement le marché des capitaux (actions et obligations) et le marché monétaire.
L'autre usage courant du terme « marchés financiers » recouvre tous les marchés du secteur de la finance :

Importance des différents marchés[modifier | modifier le code]

Il s'agit, par ordre de volumes négociés décroissants :

Marché de la dette monétaire et obligataire[modifier | modifier le code]

Marché des taux d'intérêt, c'est-à-dire du marché de la dette, qu'il est d'usage de séparer en :

- marché monétaire pour les dettes à court terme (moins d'un, deux ou même parfois trois ans à son émission)
- marché obligataire pour les dettes originellement à moyen ou long terme ;

Concernant le marché obligataire celui des obligations souveraines (le plus important étant celui des T bonds, obligations du trésor américain), et des contrats dérivés dont ils sont les actifs sous-jacents, est celui qui a connu le plus grand essor. Celui de la dette privée, moins représentatif de l'évolution des taux d'intérêts, est aussi moins actif, d'autant que la titrisation des dettes est un instrument nettement moins utilisé depuis la crise des subprime.

Il est difficile d'avoir une idée précise des volumes négociés globalement sur les marchés de taux d'intérêt. L'étude triennale de la Banque des règlements internationaux a montré qu'en 2004, les volumes quotidiens de produits dérivés de taux d'intérêt, et uniquement eux, étaient de l'ordre de 5 500 milliards de dollars US. Compte tenu des différentes statistiques éparses dont on dispose par ailleurs, un volume global quotidien de l'ordre de 8 000 milliards de dollars semble réaliste.

Certes, il faut bien avoir conscience qu'on additionne ainsi des grandeurs presque aussi hétérogènes que des choux, des automobiles et des T-shirts : 10 millions d'euros d'obligations à 30 ans représentent le même risque de taux que 6 milliards d'euros de taux au jour-le-jour mais un risque de crédit bien moindre.

Marché des changes ou Forex[modifier | modifier le code]

Marché des changes, ou Forex, on échange des devises les unes contre les autres ; Le Forex est le plus interbancaire des trois grands marchés financiers et l'essentiel des transactions y a lieu de gré à gré. C'est le premier marché à avoir développé le trading électronique. Les volumes quotidiens totaux du marché des changes étaient en 2004 de plus de 1 900 milliard de dollars dont 600 milliards au comptant et 1 300 milliard en produits dérivés. En 2007, ils atteignent, selon la dernière enquête de la BRI, 3 210 milliards de dollars soit une augmentation de près de 65 % par rapport à 2004. Cette augmentation est principalement due aux phénomènes de fusion-acquisition et aux mouvements spéculatifs. Le dollar est impliqué dans 86 % des opérations (sur un total de 200 %), l'euro dans 37 %, le yen et la livre dans, respectivement, 16,5 % et 15 %[1]. Nous pouvons nous attendre à un changement des proportions des devises au regard du cours du dollar par rapport à l'euro; de plus les pays asiatiques et les pays du Golfe tendent à diminuer leurs réserves en dollars au bénéfice de l'euro.

Marché des actions[modifier | modifier le code]

Marché d'actions, c'est-à-dire des titres de propriété des entreprises ; Les volumes quotidiens des marchés d'actions, d'indices boursiers et de leurs dérivés représentent moins de 500 milliards de dollars[réf. nécessaire]. Même si ceux-ci ont une volatilité naturelle légèrement supérieure à celle des autres marchés financiers[réf. nécessaire], leur taille est plus modeste. Ils sont très exposés aux dérèglements de la finance, comme lors de la crise financière de 2007 à 2011. Ce sont les seuls marchés financiers qui sont ouverts aux particuliers. Ils occupent une place importante dans l'information fournie par les médias au sujet des marchés financiers, importance disproportionnée par rapport à leur importance économique réelle[réf. nécessaire].

Autres marchés[modifier | modifier le code]

Les marchés de l'or et de l'argent, à la frontière avec les marchés organisés de produits de base (en anglais : commodities), sont minuscules[réf. nécessaire] en regard de la taille désormais atteinte par les autres marchés. Ces deux métaux précieux sont de moins en moins monétisés[réf. nécessaire].

Organisation des marchés[modifier | modifier le code]

Principes généraux de fonctionnement[modifier | modifier le code]

L'espérance d'un fonctionnement plus efficient[modifier | modifier le code]

Le mécanisme sur lequel reposent les marchés est celui de la répartition des risques : Les déséquilibres sont censés être mieux corrigés et les chocs mieux absorbés si le marché est plus liquide, les intervenants plus nombreux, avec des vues différentes. Les multiples ajustements sont réputés être plus efficaces face à de petits écarts constatés à court terme[réf. nécessaire]. Arbitrage et spéculation permettent tendanciellement de réduire le risque global et -en augmentant la volatilité à très court terme- permettent en fait de :

- d'amortir la volatilité à moyen terme[réf. nécessaire] ;
- donner un caractère continu et oscillatoire aux marchés, en minimisant l'occurrence de grandes ruptures univoques[réf. nécessaire].

La permanence de la liquidité sur les marchés génériques les plus importants permet l'émergence, quasiment en permanence, de nombreux nouveaux instruments peu liquides mais spécifiques à certains besoins.

Par ailleurs, les normes IFRS ont été établies internationalement dans les années 2000-2005, car censées fournir aux marchés une idée plus pertinente de la «juste valeur» (fair value) des sociétés cotées en application du principe du «mark-to-market» remplaçant la valorisation traditionnelle au « coût d'acquisition » .

L'ensemble des principes censés améliorer le fonctionnement des marchés financiers a été résumé dans les impératifs dits des 3D : «Décloisonnement, Déréglementation, Désintermédiation» .

Le constat des imperfections potentielles[modifier | modifier le code]

Ce type de fonctionnement « vertueux » peut cependant s'interrompre pendant de brèves périodes, généralement écartées de plusieurs années, qui manifestent un caractère « a-normal », . L'expérience montre qu'elles n'en sont pas moins dangereuses et marquées par une instabilité intense. Certains auteurs [2] pointent la non-applicabilité des modèles mathématiques habituels et, dans les cas les plus graves, l'apparition d'un risque systémique causé de manière endogène.

Ces crises sont amenées par la nature partiellement grégaire et autoréférentielle (le fameux concours de beauté dénoncé par Keynes) des processus de formation des prix. Lesquels obéissent dans leur développement à des lois mathématiques bien différentes de celles utilisées dans la plupart des modèles de mathématiques financières : Ceux-ci sont généralement basés sur la loi normale et bien adaptés à des périodes de calme relatif ou d'agitation moyenne, mais pas aux phénomènes d'emballements constatés lors de conjonctures « anormales ». (Voir critiques du Modèle Black-Scholes et analyses et propositions de l'économiste franco-américain Mandelbrot pour une meilleure prise en compte du risque et des informations essentielles dans les situations extrêmes).

Trois crises à développement endogène ont été particulièrement importantes depuis 1973 :

- le krach d'octobre 1987 : krach à la fois des marchés de taux et des marchés d'actions ;
- la quasi-faillite du hedge fund Long Term Capital Management en septembre 1998 ;
- la crise bancaire et financière de l'automne 2008.

Elles provoquent des tensions extrêmes dans les relations entre les différents instruments financiers, susceptibles d'amener rapidement un éclatement du système financier international, et n'ont pu être résolues que par une intervention vigoureuse de la banque centrale américaine, la Réserve fédérale des États-Unis.

Des fonctionnements inhabituels des systèmes informatiques ont été remarqués à diverses occasions :

- Lors des attentats du 11 septembre 2001, date à laquelle le système des paiements interbancaires américains est en partie détruit physiquement[réf. souhaitée].
- Lors du Flash Crash de 2010

Voir aussi : Crises monétaires et financières et Mathématiques financières

Typologie des acteurs[modifier | modifier le code]

Les participants acteurs sur les marchés financiers sont:

- des institutions financières (banques centrales, banques d'investissement, sociétés de gestion d'actifs, investisseurs institutionnels,assureurs, hedge funds),
- des sociétés (comme émetteurs, sur le marché primaire, ou comme investisseurs),
- et enfin les particuliers.

Typologie des transactions[modifier | modifier le code]

Les marchés financiers sont à la fois des marchés de gros et de détail. Le plus gros volume des échanges a maintenant lieu via des produits dérivés (forwards, futures, options, swaps, etc.) qui sont en forte croissance depuis le début des années 1980. Les transactions ont lieu :

- soit sur des marchés organisés : marchés à terme et bourses, où les transactions sont effectuées sur des actifs standardisés et où la bourse ou le marché à terme s'interpose, comme contrepartie universelle, entre les acheteurs et les vendeurs,
- soit de gré à gré: entre participants ou entre un participant et une contrepartie centrale.

Dématérialisation[modifier | modifier le code]

Les marchés financiers sont souvent dits « virtuels » ou « dématérialisés », à cause de leur caractère électronique : ils prennent la forme de réseaux informatiques entre institutions financières. Ainsi, les Bourses comme à Paris le palais Brongniart sont maintenant des bâtiments vides tandis que les sociétés qui gèrent les marchés organisés, comme Euronext Paris, anciennement dénommée Société des bourses françaises (SBF) ou Deutsche Börse, successeur de la Bourse de Francfort, se considèrent dorénavant avant tout comme des prestataires de services informatiques.

La "dématérialisation" fait alors référence à la disparition du titre papier (coupon de papier de format A5) représentant physiquement une action de la société, au profit d'une inscription dans un compte bancaire appelé compte-titres, ainsi qu'au développement concomitant de l'ordre d'intervention (ordre de bourse) informatisé, avec l'apparition d'internet et sa banalisation. Il est ainsi non seulement possible mais également fort simple pour un particulier, aujourd'hui, d'avoir à son domicile l'équivalent d'une salle de marché permettant d'intervenir en direct sur le marché des devises à Paris, sur le marché des actions à New York ou sur le marché des matières premières à Chicago.

Le terme "dématérialisation" est cependant grossièrement inapproprié, car le support informatique n'est pas "immatériel" ou "moins matériel" : il repose sur des infrastructures informatiques importantes, comme des parcs de serveurs, des dispositifs de transmission de données (lignes de transmission, antennes, satellites) et bien sûr, les multiples ordinateurs personnels, écrans, accessoires, etc. Le support papier a simplement été troqué contre un support plastique et métallique.

L'utilisation du terme "dématérialisation" peut également laisser entendre que l'existence et le fonctionnement des marchés financiers sont indépendants de l'économie dite matérielle, ce qui est évidemment faux.

Cette tendance ne signifie pas pour autant que ces marchés soient dépourvus de toute réalité. Elle pointe le fait que ces marchés n'ont plus besoin pour fonctionner d'être situés en un lieu précis, mais sont gérés au contraire et de plus en plus par des systèmes informatiques largement répartis donc plus accessibles dans le temps et dans l'espace. Ce qui accroît leur caractère de "marché ouvert" et contribue de ce fait à en améliorer la crédibilité. Une bonne image de cette progression est fournie notamment par l'évolution des outils standards utilisés par les marchés boursiers  : Cac, puis NSC, et aujourd'hui l'UTP.

Les transactions à haute fréquence[modifier | modifier le code]

Les transactions à haute fréquence, ou trading haute fréquence (THF ou HFT, de l'anglais High-frequency trading), réfèrent à l'exécution à grande vitesse de transactions financières faites par des algorithmes informatiques. Ces opérateurs de marché virtuels peuvent ainsi exécuter des opérations sur les marchés en un temps calculé en microsecondes[3]. Plusieurs affaires récentes ayant montré que certaines techniques de manipulation de marché pouvaient être obtenues, comme les techniques de «Quote stuffing», «Layering» ou «spoofing» [4].

THF aux États-Unis[modifier | modifier le code]

En juillet 2009, les transactions à haute fréquence génèrent 73 % du volume de négociation d'actions sur les marchés des États-Unis[5]. Ainsi en juillet 2011, le temps moyen de détention d'une action américaine est estimé à 22 secondes[6]. À elle seule, la Bourse de New York génère environ le tiers des transactions boursières mondiales[7].

THF en France[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Jouyet, président de l'AMF, estime le 5 octobre 2011 « qu'il était quasiment impossible de démontrer d'éventuelles manipulations de cours liées au High Frequency Trading (HFT) du fait de sa structure opaque et des manques de données durablement exploitables via le carnet d'ordres »[8]. En France, l'amendement visant à taxer les transactions haute fréquence, voté par le Sénat le 18 novembre 2011, a été rejeté par gouvernement Fillon, représenté alors par Valérie Pécresse[9].

Les raisons de la croissance des marchés financiers[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire des bourses de valeurs.

Après une période faste au XIXe siècle, au moment de la conquête coloniale, où les Bourses de Londres et de Paris entrent en rivalité pour attirer les capitaux, la situation se retourne vers les années 1930, lorsque le système financier a davantage recours au financement bancaire : en réaction au krach d'octobre 1929, les banques de dépôt se voient interdites d'y participer. En Europe, le principe était rappelé depuis 1914 (Cf la Doctrine Germain). Aux États-Unis, le Glass-Steagall Act de 1933 édicte des consignes strictes allant dans le même sens. En conséquence, le financement de l'économie s'effectue quasi-uniquement via le bilan des banques et notamment des banques d'affaires qui vont prendre le contrôle d'une partie du capital des grandes entreprises, particulièrement au Japon et en Allemagne. Les marchés financiers ont une importance résiduelle.

Mais, à partir de la fin des années 1970 et surtout des années 1980, un concours d'événements relance de manière décisive la forte croissance des marchés financiers et constitue la source du système actuel. Il s'agit de :

- la mise en place de règlements stricts de solvabilité des banques (ratio Cooke et maintenant Bâle III) qui ont durci les exigences de capitaux propres des banques. Plutôt qu'une "déréglementation" il y a eu sur ce plan un poids réglementaire accru qui a conduit à la désintermédiation en reportant une partie des financements vers les marchés. Un effet fut l'essor de la titrisation utilisée pour sortir certains crédits du bilan des banques pour respecter les ratios, et à les mettre sur le marché.
- la libéralisation mondiale des mouvements de capitaux depuis les années 1980[10] ;
- l'adoption du système des changes flottants en mars 1973 (voir : Dollar US), qui donne naissance à un véritable marché des changes ;
- le gonflement de la dette publique des pays industrialisés, et en particulier des États-Unis, et la fin des politiques d'encadrement du crédit, qui donne naissance au marché des taux d'intérêt ;
- le choix par les États-Unis de la retraite par capitalisation : l'ERISA (Employment Retirement Income Security Act) est adopté en 1974 ; cela crée donc une demande structurelle croissante de la part des fonds de pension en titres de placement à long terme, c'est-à-dire en obligations longues (10-30 ans) et en actions;
Taux au jour-le-jour (Fed Funds) du marché monétaire américain
- la suppression des commissions fixes sur les valeurs mobilières aux États-Unis le 1er mai (Mayday, en anglais) 1975, qui rend possible la liquidité des marchés d'actions et, surtout, d'obligations ;
- les très forts mouvements de taux d'intérêt à court terme (cf graphique ci-contre) décidés en octobre 1979 par la banque centrale américaine pour éradiquer l'inflation, qui vont créer pendant plusieurs années des mouvements désordonnés des taux d'intérêt réels et entrainer une activité considérable sur les marchés.

Aspects critiques[modifier | modifier le code]

Un marché imparfait[modifier | modifier le code]

Les imperfections de l’information, notamment l’information asymétrique, sont particulièrement répandues sur les marchés financiers[11]. Le développement de la titrisation aggrave ces asymétries[12]. La solvabilité des débiteurs est souvent incertaine. Les agences de notation ont souvent été prises en défaut. Les insuffisances d’information sont palliées par des comportements sommaires d’imitation[13]. Le marché n’est pas autorégulateur car prédomine la recherche du profit à très court terme[14]. Les incertitudes informationnelles, le mimétisme et la nature spéculative des opérateurs du marché[15] entraînent la formation de bulles à l’origine des krachs[16],[17].

La sphère réelle perturbée[modifier | modifier le code]

Vu les interactions entre la sphère financière et la sphère réelle, l’économie réelle est de plus en plus à la merci des dysfonctionnements de l’économie financière et virtuelle[18]. Lors d’un krach financier les pertes subies par les banques les contraignent à réduire les crédits. La restriction des crédits alloués est l’une des principales voies de transmission des crises financières à la sphère réelle[19]. Le poids de la sphère financière est tel que les opérations et la spéculation qui s’y déroulent modifient dans une certaine mesure les prix dans la sphère dite réelle, notamment concernant les monnaies ou les matières premières, soit en corrigeant les déséquilibres soit en les aggravant. Cette incertitude qui concerne la valeur future des taux de change et du prix des matières premières perturbe les échanges commerciaux[20]. La sphère financière, publique comme privée, essentielle pour nourrir la sphère économique, peut aussi si elle s'hypertrophie accaparer des capitaux au détriment de celle-ci. Elle peut offrir temporairement une meilleure rentabilité. Les investissements dans la sphère réelle se limitent alors à des niches où la rentabilité est plus prometteuse[21].

Les États et la mondialisation financière[modifier | modifier le code]

L'impuissance des États[modifier | modifier le code]

L’interférence des capitaux financiers dans le cadre de la libéralisation financière rend caduque toute gestion autonome de l'État en matière d’économie. Par exemple l'augmentation des taux d’intérêt par la banque centrale destinée à freiner l’économie en cas de surchauffe attire les capitaux étrangers ce qui stimule l’économie. Et vice-versa[22]. L‘impuissance des gouvernements face à la montée des déséquilibres économiques et sociaux serait une des causes, selon François Morin, de la crise du politique que traversent nos sociétés[23].

La responsabilité des États[modifier | modifier le code]

En fait les États ont contribué aux dérives financières les plus graves[réf. nécessaire] (autorités financières américaines dans les subprime, politique budgétaire de nombreux pays pour les dettes souveraines). L'absence d'un véritable système monétaire mondial et d'autorités financières supranationales (plutôt qu'intergouvernementales) se fait lourdement sentir[réf. nécessaire].

Des relations incertaines avec la croissance[modifier | modifier le code]

Les marchés financiers ont détourné de l’épargne vers des placements improductifs tels que les innovations financières ou les transferts de propriété. Ces placements improductifs ont affecté défavorablement la croissance[24]. Les études empiriques concernant le lien entre développement financier et croissance aboutissent à des conclusions qui sont différentes selon les pays. Le sens de la causalité est lui-même discuté[25]. Selon Joseph Stiglitz « il n’y a guère de preuve que la libéralisation des marchés des capitaux contribue à la croissance économique, en particulier pour les pays moins avancés » [26].


Références[modifier | modifier le code]

  1. rapport triennal de la BRI
  2. Mandelbrot par exemple
  3. (en) Irene Aldridge, High-Frequency Trading: A Practical Guide to Algorithmic Strategies and Trading Systems, Wiley,‎ 2009 (ISBN 978-0-470-56376-2)
  4. "Trading haute fréquence vue par l'AMF, page 10/14"
  5. (en) Rob lati, « The Real Story of Trading Software Espionage », sur http://advancedtrading.com, United Business Media,‎ 10 juillet 2009
  6. « Pour quelques microsecondes de moins », La Tribune, juillet 2011
  7. (en) Jeff Hecht, « Light is not fast enough for high-speed stock trading », sur http://www.newscientist.com, New Scientist,‎ 1er octobre 2011
  8. "5 octobre 2011, COLLOQUE DE LA COMMISSION DES SANCTIONS DE L'AMF"
  9. "Débat du Sénat 18 novembre 2011"
  10. Chesnais, p. 111 à 113
  11. Stiglitz, p. 111
  12. Stiglitz, p. 153
  13. Banque de France, p. 48, 53 et 54
  14. Orléan, p. 297
  15. Chesnais, p. 114
  16. Voir Krach
  17. Banque de France, p. 48
  18. Morin, p. 165
  19. Banque de France, p. 149 et 150
  20. Morin, p. 63
  21. OFCE, n°110, p. 44
  22. Economie internationale, n° 84, p. 78
  23. Morin, p. 228 et 229
  24. Aglietta, p. 16
  25. Economie internationale, n°64, p. 46
  26. Stiglitz, p. 180


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dittrich, M. (2009) The physical dimension of international trade, 1962-2005, in: Bleischwitz, R., Welfens, P.J.J., Zhang, Z.X. (Ed.), Sustainable growth and resource productivity. Economic and global policy issues. Greenleaf Publishing, Sheffield, UK.
  • François Chesnais (Sous la coordination de), La mondialisation financière, La Découverte & Syros, 1996
  • Joseph Stiglitz, Le rapport Stiglitz, Les liens qui libèrent, 2010
  • Revue de l'OFCE, no 110, juillet 2009
  • Économie internationale, no 64, 4e trimestre 1995
  • Économie internationale, no 84, 4e trimestre 2000
  • André Orléan, L'empire de la valeur, Seuil, 2011
  • Banque de France, Cahiers économiques et monétaires, no 36, 1989
  • François Morin, Le nouveau mur de l'argent, Seuil, 2006
  • Michel Aglietta, Macroéconomie financière, La Découverte, 1995
  • Attac, Que faire du FMI et de la Banque mondiale ?, Mille et une nuits, 2002

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

À noter et à voir afin de mieux comprendre l'évolution des marchés financiers au XXe et début du XXIe siècle : le documentaire Noire finance en deux parties (1er volet : La Grande Pompe à phynances, 2e volet : Le Bal des vautours) réalisé par Jean-Michel Meurice et Fabrizio Calvi, diffusé sur ARTE en octobre 2012.