Gold Exchange Standard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Gold Exchange Standard, étalon de change-or en français, est une organisation du système international des changes qui limite la conversion en or des monnaies pour la compensation des soldes de balances de paiement. Il tente d'instaurer un nouveau système monétaire international à la suite de l'arrêt en 1914 du Gold Standard ou étalon-or, avec lequel il ne faut pas le confondre.

Il s'oppose au gold standard, où toutes les monnaies sont convertibles en or et au système des changes flottants où le prix des devises se détermine au jour le jour sur le marché des changes (le système qui prévaut de facto depuis 1971 et de jure depuis la conférence de Kingston et les accords de la Jamaïque de 1976).

Le Gold Exchange Standard de 1922[modifier | modifier le code]

Le Gold Standard disparaît en 1914 à cause de la guerre car des pays comme l'Allemagne suppriment la convertibilité de leur monnaie en or. À la fin de la guerre, il faut essayer de remettre en place un système monétaire international : le Gold Exchange Standard. Il faut prendre des monnaies de référence : il s'agit des monnaies des pays qui tirent profit de la guerre, les États-Unis avec le dollar et le Royaume-Uni avec la livre sterling. Il s'agit d'échanger sa monnaie contre des dollars et des livres pour les échanger ensuite en or.

Le Gold Exchange standard de 1922 (accords de Gênes) prévoyait que seules les monnaies américaines et britanniques seraient convertibles en or (monnaies des pays qui tirent profit de la guerre), les autres étant définies par rapport à l'or. Dans la pratique, il n'était pas nécessaire pour des pays comme la France par exemple de donner de l'or en règlement de leurs soldes : ils pouvaient fournir de la livre ou du dollar, acceptés comme réserve par leur banque centrale respective.

Le 21 septembre 1931, le gouvernement britannique décide d'abandonner la convertibilité de la livre en or, ce qui permet de dévaluer la livre (baisser sa valeur). La spéculation sur la livre n'est plus possible donc les spéculateurs spéculent sur le dollar, qui lui est convertible en or.

En 1933, Roosevelt décide à son tour de suspendre la convertibilité du dollar en or pour le dévaluer (il le dévalue à nouveau en 1934).

Le système monétaire international, institué à Gênes en 1922, le « Gold Exchange Standard », ne peut plus fonctionner.

Création de zones monétaires dans les années 1930[modifier | modifier le code]

Il faut préciser que la création de zones monétaires intervient à la suite de la crise de 1929 dont les conséquences ont été une baisse de la production, du taux de croissance et surtout des mesures protectionnistes ayant contribué par exemple du bloc sterling.

Chaque pays essaie de développer ses exportations en dévaluant sa monnaie. Cela crée les zones monétaires, annonce la fin du Gold Exchange Standard qui s'inscrit alors dans le repli sur soi.

Zone Livre Sterling ou Bloc Sterling[modifier | modifier le code]

Il y a alors création de zones monétaires. La zone Livre Sterling ou Bloc-Sterling est créée en 1931 au moment où le Royaume-Uni décide de mettre fin à la convertibilité de la livre en or, pour dévaluer la livre de 30 %.

Le Brésil, les pays scandinaves, le Portugal, l'Égypte ainsi que tous les pays du Commonwealth excepté le Canada en font partie. Il s'agit de pays qui entretenaient des relations commerciales avec la Grande-Bretagne et qui avaient alors avantage à rattacher leur monnaie à la livre sterling plutôt que de maintenir la parité à l'égard de l'or.

Ce bloc s'opposait à celui du Bloc-or.

Zone Dollar[modifier | modifier le code]

La zone Dollar est créée en 1933 quand la convertibilité du dollar en or est suspendue et que le dollar est dévalué. Le dollar est à nouveau dévalué en 1934 de 40 %. Une équivalence en or est fixée mais il reste inconvertible. 1 once d'or = 35 $. Les Philippines et les pays d'Amérique sans le Brésil en font partie.

Zone Bloc Or[modifier | modifier le code]

En 1933 est créé le bloc or autour du franc. La monnaie de ces pays reste convertible en or jusqu'en 1936 lorsque le franc est dévalué (Belgique, France ainsi que toutes ses colonies, Italie, Pays-Bas, Pologne et Suisse).

Les pays du Bloc-or connurent tout d'abord une intensification de la déflation, en raison de la pression à la baisse qu'exerçait sur les prix-or la dépréciation des monnaies du Bloc-sterling.

Lorsque les seuils socialement insupportables de la déflation furent atteints, les pays-or se détachèrent successivement du Bloc-or, soit en dévaluant leur monnaie, comme la Belgique en 1935, soit en la laissant flotter avant de choisir une nouvelle parité, comme aux États-Unis en 1933-34. En France, le gouvernement du Front populaire choisit la dévaluation du franc Poincaré en 1936, conséquence logique des politiques de déflation menées par Laval. Le flottement du franc fut d'abord permis à l'intérieur d'un large intervalle, après quoi il fut finalement rattaché à livre sterling, en 1937 après la dévaluation du gouvernement Chautemps. Sous le gouvernement Daladier, le franc est dévalué une troisième fois.

Gold Exchange Standard de 1944[modifier | modifier le code]

Le Gold Exchange Standard mis en place dans le cadre des accords de Bretton Woods après la guerre de quarante réduisit la convertibilité au seul dollar américain.

Dans un tel système, les États « défendent » leur parité, aidés éventuellement par des prêts mutualisés (c'était le rôle du FMI) ; cependant, avec l'accord général, des ajustements restent possibles, si les dévaluations restent raisonnables.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]