Amédée III de Genève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Amédée III de Genève
Image illustrative de l'article Amédée III de Genève

Titre Comte de Genève
(13201367)
Successeur Aymon III de Genève
Faits d'armes Bataille de Varey
Biographie
Dynastie Maison de Genève
Naissance 1311
Comté de Genève
Décès 18 janvier 1367
Père Guillaume III de Genève
Mère Agnès de Savoie
Conjoint Mathilde d'Auvergne
Enfants Aymon III ; Amédée IV ; Jean ; Pierre ; Robert devenu l'antipape Clément VII ; Marie ; Jeanne ; Blanche ; Catherine ; Yolande ; Agnès religieuse ; Louise

Amédée III de Genève, vers 1300 et mort le 18 janvier 1367, fut comte de Genève vers 1320 à 1367. Il était fils de Guillaume, comte de Genève, et d'Agnès de Savoie, fille du comte de Savoie Amédée V.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il installe sa résidence principale à La Roche (1320-1322), ancienne capitale du comté (1124 à 1219), suite à l'incendie d'Annecy en 1320, dont la ville et le château sont rebâtis.

Pris dans le conflit entre les comtes de Savoie aux dauphins du Viennois, Amédée III participe à la bataille de Varey, qui eut lieu le 7 août 1325, entre Édouard de Savoie, dont il est le neveu, et Guigues VIII du Viennois, qu'il soutient. Il devient vassal du comte de Savoie, Aymon, en 1329[1].

Il fait une donation de Vésenaz, en 1336, aux religieuses de l'abbaye de Bellerive[2].

En 1356, il obtient de l'empereur Charles IV, le droit de battre monnaie[3], sur le palais de l'Isle. Le comté de Genève prend le nom sous son règne de Genevois.

En 1362, il devient le premier chevalier de l'ordre de l'Annonciade créé par le Comte Vert Amédée VI de Savoie.

Famille[modifier | modifier le code]

Il épouse en 1334 Mathilde d'Auvergne dite Mahaut d'Auvergne, dite aussi de Boulogne, avec qui il aura une nombreuse descendance :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Ménabréa, Histoire de la Savoie, éd. Grasset,‎ 1933, 1960, 1976, p. 63.
  2. in Georges Curtet, 1986, Collonge-Bellerive. Notes d'histoire cité par le site personnel de swisscastles.ch. Voir aussi « Vésenaz » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  3. Cité par le site du « Pierre d'Arras » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  4. Histoire généalogique de la maison de Joux, seigneur de Saint-Georges, page 71

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]