Chibougamau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chibougamau
Chibougamau
Image illustrative de l'article Chibougamau
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Nord-du-Québec
Comté ou équivalent Eeyou Istchee Baie-James
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Manon Cyr
2013 - 2017
Constitution
Démographie
Gentilé Chibougamois, oise
Population 7 656 hab. (2014)
Densité 7,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 53′ 22″ N 74° 20′ 15″ O / 49.889326, -74.337616 ()49° 53′ 22″ Nord 74° 20′ 15″ Ouest / 49.889326, -74.337616 ()  
Superficie 104 197 ha = 1 041,97 km2
Divers
Fuseau horaire EST (UTC-5)
Indicatif +1 418
Code géographique 99025
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Chibougamau

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Chibougamau

Chibougamau est une ville du Québec (Canada) située dans la région administrative du Nord-du-Québec, à la frontière de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean[1]. Elle compte environ 7 500 habitants et est la plus grande ville de la Jamésie[2].

Toponyme[modifier | modifier le code]

L'origine du toponyme « Chibougamau » est encore discutée. Le mot amérindien contient les racines cries « shabo » (au travers) et « gamaw » (lac), de sorte que Chibougamau signifierait : lac traversé de bord en bord par une rivière. La Commission de toponymie du Québec penche au contraire pour le sens montagnais « lieu de rendez-vous », ou encore : « détroit, là où l’eau est bloquée ». Les interprétations autochtones donnent aujourd'hui leur préférence au sens de « lieu de rencontre »[3].

Économie[modifier | modifier le code]

Cette ville vit presque exclusivement de l'exploitation forestière et minière, comme la plupart des villes à cette latitude. Il ne faut toutefois pas exclure les retombées économiques de la présence d'Hydro-Québec dans le secteur.

Situation[modifier | modifier le code]

Vue sur le lac Gilman, près de la 3e rue.

Située à environ 230 km du Lac Saint-Jean au sud et à 400 km de l'Abitibi à l'ouest, il n'y a pas d'autres villes à proximité, sauf Chapais, ce qui fait sa particularité.

Chibougamau a longtemps été la fin de la route asphaltée au Québec. En effet, elle est la toute dernière ville avant les territoires amérindiens du nord.

La ville de Chapais est à une distance d'au moins 30 minutes (41 km) et Oujé-Bougoumou à environ 45 minutes. Il y a des sentiers pour les piétons ou les cyclistes.

Chibougamau est juste à côté du lac Gilman, dont une plage qui est sur le bord de la ville et un sentier pédestre qui fait le tour du lac pour un total de 7,5 km.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première exploration officielle de la région date de 1870. James Richardson, de la Commission géologique du Canada, découvre des indices de minerais dans les environs de la « Paint Mountain » sur le lac Chibougamau. D'autres explorations confirment le potentiel minier, mais c'est en 1904, sous l'impulsion de Peter McKenzie et de l'ingénieur français Joseph Obalski, que commence l'exploitation des ressources. Dans les années 1930, Chibougamau fait l'objet de prospection intensive et une communauté de mineurs, de trafiquants d'alcool, de prospecteurs et de géologues y vit à l'écart de toute loi et de toute autorité policière. Il faudra attendre le début des années 1950 pour que des routes permettent le transport des minerais vers l'Abitibi et le Lac Saint-Jean. En 1952, la « municipalité du village de Chibougamau » est instituée. Elle accède au statut de ville le 1er septembre 1954[4].

Ses maires[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Laflamme (1954 à 1958)
  • Godefroy De Billy (1958 à 1975 et 1979 à 81)
  • Jean-Paul Lanctôt (1975 à 1979 et 1981 à 1987)
  • Ronald Blackburn (1987 à 1999)
  • Donald Bubar (1999 à 2009)
  • Manon Cyr (2009 à aujourdh'ui)

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de Chibougamau se blasonnent ainsi: D’or à la fasce enregrelée de gueules accompagnée en chef de trois sapins arrachés de sinople et en pointe d’une pickaxe de bois.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Répertoire des municipalités : Ville de Chibougamau (Hors MRC) », Ministère des Affaires municipales, régions et occupation du territoire (consulté en 2011-06-28)
  2. (en) « Profils des communautés de 2006 : Chibougamau », Statistiques Canada (consulté en 2011-06-28)
  3. (en) « Fiche descriptive : Chibougamau », Commission de toponymie du Québec (consulté en 2011-06-28)
  4. Hubert Mansion, Chibougamau, dernière liberté. La saga du Nord, Michel Brulé, 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Eeyou Istchee Baie-James Rose des vents
Eeyou Istchee Baie-James N Eeyou Istchee Baie-James
O    Chibougamau    E
S
Eeyou Istchee Baie-James Lac-Ashuapmushuan