Chevalier Ardent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chevalier Ardent
Série
Scénario François Craenhals
Dessin François Craenhals

Personnages principaux Chevalier Ardent, le Roi Arthus, Gwendoline
Lieu de l’action Le domaine de Rougecogne
Époque de l’action Moyen Âge

Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Langue originale française
Éditeur Casterman
Première publication 1966 dans journal de Tintin
Nb. d’albums 20 parus depuis 1966

Chevalier Ardent est une série d'albums de bandes dessinées, dont l'auteur est François Craenhals, apparue dans les pages du journal de Tintin en 1966.

Les albums sont parus aux éditions Casterman.

Les intrigues se déroulent au Moyen Âge et Ardent est un jeune chevalier fougueux qui va devoir faire ses preuves au service de son suzerain, le roi Arthus. Il est amoureux de Gwendoline, la fille de celui-ci et cet amour sera toujours empêché par le roi. Ardent, bien que maître en son domaine de Rougecogne, va parcourir certaines régions de l'Europe et même de l'Orient.

Albums[modifier | modifier le code]

  1. 1970 : Le Prince noir
  2. 1970 : Les Loups de Rougecogne
  3. 1971 : La Loi de la steppe
  4. 1972 : La Corne de brume
  5. 1973 : La Harpe sacrée
  6. 1974 : Le Secret du roi Arthus
  7. 1975 : Le Trésor du mage
  8. 1976 : La Dame des sables
  9. 1977 : L'Ogre de Worm
  10. 1978 : La Princesse captive
  11. 1979 : La Révolte du vassal
  12. 1980 : Les Cavaliers de l'apocalypse
  13. 1981 : Le Passage
  14. 1983 : Le Champion du roi
  15. 1985 : Le Piège
  16. 1987 : L'Arc de Saka
  17. 1989 : Yama, princesse d'Alampur
  18. 1991 : Retour à Rougecogne
  19. 1995 : La Fiancée du roi Arthus
  20. 2001 : Les Murs qui saignent
  21. 2003 : Lettres de noblesse (Galagrenant le magnifique et Famine à Rougecogne.)

Recueil d'histoires courtes :

1981 : Sang de bœuf, éditions Magic Strip, Bruxelles

Hors séries :

  1. 1979 : La salamandre
  2. 1979 : La tour sarrasine
  3. 1979 : Les loups-garous
  4. 1979 : Le chien des Arboë

Repères historiques[modifier | modifier le code]

Peu de renseignements sont donnés dans les 20 albums. Cependant, dans l'album No 7, Le Trésor du mage (1975), à la planche 5, le lecteur en apprend un peu plus quant à la période moyenâgeuse à laquelle Chevalier Ardent vit.

Un moine commente en effet au héros que "Byzance (…) vient de consommer le schisme d'avec l'église de Rome", puis mentionne "notre savant pape Sylvestre II".

Ainsi, Chevalier Ardent semble vivre ses aventures dans la seconde moitié du XIe siècle. Son fief de Rougecogne est situé dans les Ardennes : cette localisation est attestée plusieurs fois au fil des albums. Par contre, rien n'indique expressément le nom du royaume ou de l'État où se trouve ce domaine, même s'il semble clairement sous-entendu qu'il s'agit du royaume de France. Le souverain régnant qui apparait dans la série, le "Roi Arthus", est bien entendu un roi de fiction dont le nom fait référence à la légende arthurienne. Historiquement, à cette époque, ce sont les rois Henri Ier (1031-1060) et Philippe Ier (1060-1108), appartenant à la dynastie des Capétiens directs, qui règnent sur le royaume de France.

Le lecteur se perd cependant en conjectures en lisant l'album No 15, Le Piège (1985), où, à la planche 6, le roi Arthus fait référence au roi de France Henri Ier et à son épouse Anne de Kiev. Plus loin dans ce même album, à la planche 17, un personnage clame la grandeur "du plus grand roi d'Occident… le roi Arthus" alors que c'était le roi de France qui réclamait cette qualification. Le domaine royal du roi Arthus reste donc mystérieux.

Dans l'album No 19, La Fiancée du roi Arthus, la fiancée en question se nomme Iñes et est la fille du roi Fernand de Castille (planche 12). Il s'agit en fait du roi Ferdinand Ier (Fernando) qui fut roi de Castille de 1037 à 1065. Il semble ne pas avoir eu de fille nommée Iñes. (Voir Tableau chronologique des royaumes de la péninsule Ibérique.)

Par ailleurs, dans le recueil d'histoires courtes Sang de bœuf, Chevalier Ardent mentionne l'an 1011 dans l'histoire Le Pari, concernant un de ses prédécesseurs à la seigneurie de Rougecogne.