Bande dessinée belge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La bande dessinée est considérée comme un art à part entière en Belgique. Un grand nombre de bandes dessinées francophones sont d'origine belge, d'où l'expression bande dessinée franco-belge.

Histoire[modifier | modifier le code]

La bande dessinée belge démarra réellement en 1929 avec Hergé (inventeur de la « ligne claire ») qui fit voyager son jeune reporter nommé Tintin aux quatre coins du monde (et même sur la Lune !).

Ont suivi entre autres : Spirou (1938), Blake et Mortimer (1946), Lucky Luke (1947), Bob Bang (1947), Félix (1949), Achille et Boule-de-Gomme (1949), Jerry Spring (1954), La Patrouille des Castors, Gil Jourdan (1956), Gaston Lagaffe (1957), les Schtroumpfs (1958), Boule et Bill, Luc Orient, Achille Talon, Buck Danny, Dan Cooper, Bob et Bobette, Tif et Tondu, Modeste et Pompon, Bob Morane, Chick Bill, Ric Hochet, Corentin, Cubitus, Natacha, Yoko Tsuno, Bernard Prince, Comanche, Olivier Rameau, le Chat, Les Tuniques bleues, Thorgal, Jeremiah, XIII, IR$, Largo Winch, Gord, Fox, Albert Lombaire, Docteur Poche, Jeannette Pointu

En tout, la Belgique compte pour le moment plus de 650 auteurs de bande dessinée « la plus grande concentration au monde de héros de papier au kilomètre carré » s'amusent à dire certains.

Bande dessinée belge francophone[modifier | modifier le code]

Après la seconde guerre mondiale, la bande dessinée belge francophone est marquée par la prédominance de journaux destinés à la jeunesse, comme Le Journal de Tintin (Bruxellois) et Le Journal de Spirou (à Marcinelle), qui donnent naissance à l'école dite de bande dessinée franco-belge. Cette BD s'est vue offrir les possibilités du marché français, elle a été amenée à se franciser, c'est-à-dire non pas à s'exprimer en français, ce qu'elle faisait déjà, mais à renoncer aux référents belges: Les différentes maisons d'édition wallonnes et bruxelloises imposent aux auteurs dès les années cinquante un standard français pour des raisons commerciales (...) les uniformes et les panneaux de signalisation adoptent des critères hexagonaux... [1] Des références récurrentes aux paysages et à l'imaginaire wallons sont cependant notables chez des auteurs aussi différents que Comès ou Peyo (décors de Johan et Pirlouit). Il y a aussi les paysages qui apparaissent en quelque sorte par hasard comme la cathédrale Saint-Aubain de Namur, les langues parlées chez certaines tribus exotiques de la Natacha de François Walthéry (souvent du wallon ou picard, on retrouve aussi le même procédé chez Hergé en patois flamand de Bruxelles), les bateaux touristes le long de la Meuse à Dinant, etc.

Bande dessinée belge flamande[modifier | modifier le code]

Moins connue en territoire francophone, la bande dessinée flamande présente une riche tradition et sa popularité auprès du grand public est remarquable au regard de la taille du territoire. La série Jommeke de Jef Nys a vendu 45 millions d'albums en Flandre[2]. Des auteurs comme Marc Sleen sont extrêmement populaires dans le monde néerlandophone sans pour autant avoir le même niveau de notoriété auprès du public belge francophone ou français. Des ponts existent cependant entre la BD belge francophone et la BD flamande : Willy Vandersteen, en intégrant l'équipe du Journal de Tintin, a fait de Bob et Bobette un succès auprès du public francophone et Bob de Moor, auteur de séries longtemps inédites en langue française et collaborateur d'Hergé, s'est parallèlement imposé comme un vétéran de la bande dessinée franco-belge.

L'expansion de la Bande Dessinée belge après 1945[modifier | modifier le code]

À partir de la seconde moitié des années 1940, plusieurs journaux voient le jour. En lançant Le Journal de Tintin et les Éditions du Lombard, l'éditeur Raymond Leblanc remporte un grand succès éditorial et contribue à faire de la Belgique le centre de gravité de la bande dessinée francophone. Une autre publication belge, Spirou, lui apporte une concurrence sérieuse. Le terme de Bande dessinée franco-belge prend alors tout son sens, du fait de l'imbrication des univers professionnels de ces deux pays. A la grande époque du Journal de Tintin, des auteurs comme Jacques Martin ou Tibet viennent travailler en Belgique et sont, bien que français, associés à la bande dessinée belge.

Alors que la bande dessinée belge francophone accède au marché français dans les années 1950, les auteurs de Bande Dessinée francophone renoncent à tout référent belge trop visible pour proposer à leur lecteur des histoires plus "universelles". Tel n'est pas toujours le cas et certaines productions peuvent donner l'impression d'une véritable annexion au marché éditorial le plus important : alors qu'en 1950 (dans "Fantasio et son Tank"), Franquin dessine des policiers portant la bombarde argentée des forces de l'ordre du royaume, celle-ci fait place (dans, par exemple, Parade à Chapignac) au képi caractéristique de l'uniforme français. Les éditeurs comme Le Lombard, Dupuis et Casterman dominent aujourd'hui en grande partie le secteur de la bande dessinée. Et ils ont à bien des égards contribué à définir la figure de l'auteur de bande dessinée moderne[3].

Centre belge de la bande dessinée[modifier | modifier le code]

Le Centre belge de la bande dessinée se trouve dans un bâtiment Art nouveau qui fut dessiné par Victor Horta. Des bandes dessinées historiques (Tintin, Spirou, Lucky Luke) aux nouvelles créations, tout ce qui traite de la bande dessinée en Belgique s'y trouve. Le centre abrite aussi la plus grande bédéthèque du monde ainsi que de nombreuses expositions temporaires.

Auteurs[modifier | modifier le code]

Quelques-uns des auteurs les plus connus :

Marc Wasterlain

Maisons d'éditions belge renommées[modifier | modifier le code]

Petits éditeurs belges (d'albums de BD rares)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arnaud Pirotte, Paysage mental et patrimoine wallon, in L'imaginaire wallon dans la Bande dessinée, p. 65-71, p. 65
  2. Actuabd : à la découverte de la BD Flamande
  3. Benoît Berthou, « La bande dessinée franco-belge : quelle industrie culturelle ? », Textyles [En ligne], 36-37 | 2010. URL : http://textyles.revues.org/1398

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Liste de publications universitaires.
  • Benoît Berthou, « La bande dessinée franco-belge : quelle industrie culturelle ? », Textyles [En ligne], 36-37 | 2010, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 20 décembre 2013. URL : http://textyles.revues.org/1398
  • Patrick Gaumer, « Belgique francophone », Larousse de la BD, Paris : Larousse, 2010, hors-texte p. 18-22.
  • Frans Lambeau, Dictionnaire de la bande dessinée en Belgique pendant la Seconde Guerre mondiale, Bruxelles, André Versaille éditeur, 2013, 350 p. (ISBN 978-2-87495-140-4)
  • Frédéric Paques, « La bande dessinée en Belgique francophone au XIXe siècle », Comicalités. Etudes de culture graphique, février 2012.
  • Jean Pirotte, Arnaud Pirotte et Luc Courtois (avec le concours de Jean-Louis Tilleul) Du régional à l’universel. L’imaginaire wallon dans la bande dessinée, Louvain-la-neuve, Publication de la Fondation wallonne, série Études et documents, Vol. 4, 1999 (ISBN 2-96000072-3-9[à vérifier : isbn invalide])