Taka Takata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Taka Takata est une série de bande dessinée humoristique mettant en scène le personnage éponyme créé par Jo-El Azara en 1965 sur un scénario de Vicq.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Taka Takata apparaît dans le Journal de Tintin en août 1965 où il est classé premier à un référendum par les suffrages de lecteurs de tout âge.

Taka Takata est un militaire japonais extrêmement myope. Pilote, il appartient au 4e groupe de l'aviation d'assaut impériale nippone. Doux et pacifique, il sert souvent d'exutoire à son colonel.

Taka Takata évolue dans le Japon des années 1960, un pays parfaitement reconstitué quoique quelque peu idéalisé. La puissante émergente de l'industrie nippone est suggérée par une multitude de gadgets technologiques allant des postes radios aux téléviseurs en relief ! Les particularités de l'archipel, les tremblements de terre, l'insularité du pays ou l'omniprésence de la montagne sont présents en permanence dans les décors. De même, l'histoire japonaise, réelle ou mythologique, est systématiquement mise en scène, permettant au lecteur de découvrir Taka Takata en rōnin ou encore quelques dragons ou démons. Les personnages revêtent parfois la tenue traditionnelle et Jo-El Azara réutilise, avec beaucoup de bonheur, les estampes japonaises. Vicq emprunte de nombreuses expressions à la langue nippone et les idiotismes extrême-orientaux tels que Banzaï ou Honorable Maman fleurissent à longueur de page. Enfin, la science-fiction n'est pas oubliée et de multiples extraterrestres parsèment les histoires.

Jo-El Azara et Vicq parodient les grandes préoccupations de la guerre froide. Les vieux militaires ressassent leurs souvenirs de la Seconde Guerre mondiale. Des armes suprêmes fleurissent telles le frangipanol, puissant gaz mutagène, faisant irrésistiblement penser aux radiations ayant décimé Hiroshima. Les nombreux démêlés de Taka Takata avec le super-vilain, Mâchoires d'or, évoquent les films de James Bond. De même, les planches où des extraterrestres se promènent, cachés sous un déguisement humain, rappellent la série américaine Les Envahisseurs. Que dire encore de l'astronaute Taka Takata qui, tel Youri Gagarine ou Neil Armstrong, explore la Lune, Mars ou Vénus ? Sous une apparente légèreté, rien n’est gratuit et les scénarios des nombreux gags et aventures sont cohérents entre eux, esquissant un univers crédible, loufoque, drôle et tendre.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Taka Takata : soldat deuxième classe de l'aéronavale nippone, myope et calme.
  • Colonel Rata Hôsoja : irascible et mégalomane, avide de pousser l'armée nippone vers la gloire.
  • Adjudant Haté Jojo : second de Hôsoja.
  • Kakao Suri : savant dont les inventions, toutes plus délirantes les unes que les autres, plongent l'armée nippone dans des ennuis sans fin.
  • Toushpa Hamamoto : ministre des armées, souvent victime des innombrables catastrophes causées par le 4e groupe de l'aviation d'assaut.
  • Hassi Hamoto : général.
  • Hobuzié Along Porteï : aviateur de seconde classe, spécialiste des blagues stupides.
  • Mandarine Odorante : fiancée de Taka Takata, rarement ponctuelle à leurs rendez-vous.
  • Tar Tang Piong : lama tibétain doté de pouvoirs psychiques lui permettant de faire léviter les objets.
  • Habriko Konfi : garnement capricieux, fils du général.
  • Mâchoires d'or : super-vilain, grand amateur de gadgets.
  • Chang Poueng : pirate, bête et méchant.
  • Taga Tagada : cousin de Taka Takata dont l'obsession est de regarder la télévision gratuitement chez ses voisins.
  • Taga Taga : oncle de Taka Takata, vivant à la campagne.

Le recours à une lecture phonétique des noms dévoile les nombreux jeux de mots utilisés par Vicq pour construire les noms.

Albums[modifier | modifier le code]

  1. Le batracien aux dents d'or (Le Lombard, 1969). Réédition en 2000 chez Azeko.
  2. Kamikaze cycliste (Rossel, 1973). Réédition en 1995 chez Azeko.
  3. Le lévitant lama (Rossel, 1973). Réédition en 1997 chez Azeko.
  4. Opération survie (Rossel, 1974). Réédition en 2000 chez Azeko.
  5. Le karatéka (Rossel, 1974). Réédition en 2003 chez Azeko.
  6. Le caméloscaphe (Dargaud, 1977)
  7. Silence, on vole (Azeko, 1994)
  8. Takabossé monoto (Azeko, 1994)
  9. Le petikado (Azeko, 1995)
  10. Gare aux cigares (Azeko, 1997)
  11. Ne perdons pas la tête (Azeko, 2002)
  12. Opération boomerang (Azeko, 2005)
  13. Taka Takata se mutine (Azeko, 2004)

Liens externes[modifier | modifier le code]