Chefs des Zoulous avant 1816

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les chefs des Zoulous avant 1816 sont les dirigeants de la tribu zoulou avant la formation du Royaume zoulou par Chaka kaSenzangakhona en 1816. Très peu d'informations sont disponibles sur eux car ils sont connus uniquement grâce à la tradition orale, le peuple zoulou n'ayant pas développé l'écriture jusqu'à l'arrivée des missionnaires européens à la fin du XVIIe siècle.

Mnguni[modifier | modifier le code]

Inkosi Mnguni est le père historique du peuple Nguni à qui le folklore donne quatre descendants, Zoulou, Swazi, Ndebele et Xhosa, dont ont émergé les communautés des Zoulous, des Swazis, des Ndébélés et des Xhosas[1]. Il est inscrit dans la lignée des rois zoulous par leur monarque actuel[2]. Selon la tradition, il est venu du Nord-Est il y a environ 1 000 ans.

Nkosinkulu[modifier | modifier le code]

Mdlani[modifier | modifier le code]

Luzumana[modifier | modifier le code]

Malandela kaLuzumana[modifier | modifier le code]

Malandela kaLuzumana est un chef nguni dont on ne connait pas les dates de naissance et de décès. Il succéda à son père Luzumana au début du XVIIe siècle.

Ntombela kaMalandela[modifier | modifier le code]

Ntombela kaMalandela est un chef nguni dont on ne connait pas les dates de naissance et de décès. Il succéda à son père Malandela à la fin du XVIIe siècle.

Zulu kaNtombela[modifier | modifier le code]

Zulu kaNtombela, fils de Ntombela kaMalandela, est le fondateur et le chef du clan zoulou vers 1709.

Quand son père meurt, son frère aîné Qwabe revendique sa terre, ce qui l'oblige à partir avec sa mère Nozinja pour trouver un endroit où s'établir. Il conduit ses partisans au sud du bassin de la rivière Mkhumbane, près de la rivière Umfolozi (en) où il crée le KwaZulu ou « Lieu du ciel ».

Gumede kaZulu[modifier | modifier le code]

Gumede kaZulu est le chef des Zoulous qui succède à son père Zulu au début du XVIIIe siècle.

Phunga kaGumede (?-1727)[modifier | modifier le code]

Phunga kaGumede est le chef des Zoulous qui succède à son père Gumede au début du XVIIIe siècle. Il meurt en 1727.

Mageba kaGumede (vers 1667-1745)[modifier | modifier le code]

Mageba kaGumede est le fils de Gumede, il naît vers 1667. Il succède à son frère jumeau Phunga à la mort de celui-ci en tant que chef des Zoulous et règne d'environ 1727 à environ 1745. Cette succession entre frères proches est reflétée par des références dans la poésie zouloue comme Zulu ka Phunga no Mageba ! (en français : « Zoulous, fils de Phunga et Mageba ! »). Il a au moins deux fils : Ndaba qui lui succéda comme roi et Mpangazitha. Ce dernier épouse sa cousine et c'est de ce mariage que le clan Ntombela descend. Mageba meurt vers 1745.

Ndaba kaMageba[modifier | modifier le code]

Ndaba kaMageba est le chef des Zoulous qui succède à son père Mageba aux environs de 1745. Il règne jusqu'en 1763.

Jama kaNdaba (vers 1757-1781)[modifier | modifier le code]

Jama kaNdaba, né vers 1757, est le chef des Zoulous qui succède à son père Ndaba en 1763. Il règne jusqu'à sa mort en 1781. Il épouse, entre autres, Mthaniya Sibiya qui lui donne son successeur Senzangakhona.

Son nom est dérivé du mot zoulou qui signifie « contenance sévère ».

Senzangakhona kaJama (vers 1762-1816)[modifier | modifier le code]

Article principal : Senzangakhona kaJama.

Senzangakhona kaJama, né vers 1762, est le chef des Zoulous qui succède à son père Jama en 1781. Il règne jusqu'à sa mort en 1816.

Sigujana kaSenzangakhona (mort en 1816)[modifier | modifier le code]

Sigujana kaSenzangakhona, est le chef des Zoulous qui succède à son père Senzangakhona en 1816. Sa mère est Bhibhi kaSompisi (vers 1780-1840)[3]. C'est le successeur légitime de son père, mais il est tué par son demi-frère Ngwadi alors qu'il se baigne dans une rivière sur la demande de son demi-frère Chaka, afin que ce dernier puisse prendre sa place à la tête des Zoulous[4].

Références[modifier | modifier le code]

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

Liens externes servant de sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]