Cap-Occidental

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cap-Occidental
Wes-Kaap, Western Cape, Ntshona-Koloni
Localisation de la province du Cap-Occidental (en rouge) à l'intérieur de l'Afrique du Sud
Localisation de la province du Cap-Occidental (en rouge) à l'intérieur de l'Afrique du Sud
Administration
Pays Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
Type Province
Capitale Le Cap
Autres villes Hermanus, George, Stellenbosch, Paarl, Wellington, Worcester, Robertson, Knysna, Swellendam, Oudtshoorn, Montagu
Premier ministre Helen Zille (DA)
Date de création 1994
Démographie
Population 5 356 000 hab. (2009)
Densité 41 hab./km2
Langue(s) Afrikaans (55,3 %)
Xhosa (23,7 %))
Anglais (19,3 %)
Groupes ethniques Coloureds (50,2)
Noirs (30,1)
Blancs (18,4 %)
Asiatiques (1,3)
Géographie
Altitude Min. 0 m – Max. 2 325 m
Superficie 129 370 km2

Le Cap-Occidental est une province située dans le sud-ouest de l'Afrique du Sud. Issue de la partie occidentale de l'ancienne province du Cap (1910-1994), sa capitale est Le Cap.

Histoire[modifier | modifier le code]

La colonie du Cap a été donnée à la Grande-Bretagne en 1814 suite au Traité de Paris[1].

En 1994, à l'occasion des premières élections générales multiraciales et de l'entrée en vigueur d'une Constitution nationale intérimaire, la province du Cap est divisée en 4 nouvelles provinces :

Lors des premières élections multiraciales, les électeurs du Cap-Occidental apportent une large majorité de leur suffrage au Parti national (59 %), celui-là même qui avait conceptualisé et mis en application la politique d'apartheid au niveau national en 1948 et gouverné le pays jusqu'en 1994. Hernus Kriel, ancien ministre de la loi et de l'ordre, devient alors le premier Premier ministre de la province.

Après avoir été gouvernée par une coalition dominée par l'ANC en 2004, la province est de nouveau dirigée par l'opposition formée par l’Alliance démocratique, issue d'une fusion entre l'ancien parti national et le parti démocratique.

Économie[modifier | modifier le code]

Ville agricole de Tulbagh

La province du Cap-Occidental est la plus riche en termes de revenu par habitant et fourni plus de 15 % du PIB national, ce qui la classe en 3e position parmi les provinces sud-africaines. Le chômage y est beaucoup plus bas que dans le reste du pays (tout de même 18 %).

De plus, la province de Cap-Occidental dispose de nombreux atouts pour se développer comme un superbe patrimoine architectural, de nombreuses vignes, une affluence de touristes régulière, un bon réseau d'infrastructures, une industrie puissante (textile principalement) et enfin un pouvoir d'achat relativement élevé. Il faut rajouter également le rayonnement culturel et économique du Cap, cité portuaire, qui reste une route commerciale de première importance.

Infrastructures au Cap avec l'autoroute N2

Démographie[modifier | modifier le code]

Carte montrant la répartition linguistique au Cap-Occidental
Bâtiments du gouvernement de la Province du Cap-Occidental au Cap.
Écoliers Coloureds au Cap

Région d’Afrique australe où les Européens d'origine néerlandaise se sont implantés à partir de 1652, la langue de la majorité est l’afrikaans. Une concentration d’anglophones est notablement présente au Cap, et la minorité xhosa y est également importante.

La province du Cap-Occidental est l'une des deux provinces sud-africaines, avec le Cap-Nord, où les noirs (30,1 %) sont minoritaires et où les coloureds sont majoritaires (50,2 %). Longtemps second groupe majoritaire, les Blancs représentent aujourd'hui 18,4 % de la population soit encore largement plus que la moyenne nationale (9,2 %).

Le Cap-Occidental est aussi une des provinces où la population s'accroit le plus rapidement. Ainsi est-elle passée de 3,9 millions d'habitants en 1994 à 5,3 millions aujourd'hui.

Depuis 1994, on peut également citer une importante immigration en provenance du Cap-Oriental, plus pauvre, qui a eu comme conséquence la formation d'une minorité Xhosa significative. Cette affluence de Xhosas a eu comme conséquence une poussée des tensions ethniques entre d'une part les métis, réputés plus proche des blancs, et les nouveaux arrivant à qui l'on reproche d'être un réservoir de voix pour l'ANC.

Politique[modifier | modifier le code]

Le Cap-Occidental et le KwaZulu-Natal sont les seules provinces sud-africaines où la politique est compétitive.

La Constitution de la province date de 1998 et stipule que les trois langues officielles locales sont l'afrikaans, l'anglais et le xhosa. Le Parlement de 42 élus est situé au Cap.

L'opposition a dominé le Cap-Occidental entre 1994 et 2002 en faisant une citadelle pour le Parti national puis pour l’Alliance démocratique (DA).

En 2002, le Nouveau Parti national (NNP) rompt l'alliance avec les libéraux pour un nouveau pacte avec l'ANC.

En 2004, avec 19 sièges, l'ANC s'empare de la province avec l'aide des 5 sièges du NNP contre 12 élus à l'Alliance démocratique, 3 aux démocrates indépendants, 2 au parti chrétien-démocrate et 1 élu à l'UDM. En juillet 2008, une crise politique au sein de l'ANC affaiblit le parti au pouvoir qui l'amène à exclure le premier ministre provincial Ebrahim Rasool à qui est reproché la dégradation des infrastructures locales, de la situation sociale et la hausse de la criminalité. Il est remplacé par Lynne Brown, également issue comme son prédécesseur de la communauté des coloureds.

Le 7 août 2004, le NNP annonce sa fusion avec l'ANC et sa disparition administrative pour septembre 2005.

La DA l'emporte à la majorité absolue dans les municipalités d'Overstrand (Hermanus) et de Swartland (Malmesbury). Lors de l'élection des conseils exécutifs, elle remporte les municipalités du Cap, de George, de Mossel Bay, de Stellenbosch, de Swellendam et de Theewaters-kloof (Caledon).

Grâce à leur alliance avec la DA, les Démocrates indépendants remportent la mairie d'Oudtshoorn, celle de Matzikama (Vredendal) et la direction du district municipal d'Eden (qui sera finalement repris par la DA en 2006). À chaque fois, le grand gagnant reste néanmoins la DA qui enlève la majorité des postes des exécutifs municipaux.

Enfin, à Kannaland, Knysna, Prince Albert, Beaufort West, Laingsburg et dans le district du Central Karoo, c'est finalement un exécutif composé paritairement d'élus de l'ANC et de la DA qui est mis en place.

Aux élections du 22 avril 2009, la DA obtient la majorité absolue des sièges avec 22 sur 42 sur l'ensemble de la province, la DA obtient 51,46 % des suffrages contre 31,55 % à l'ANC, 4,68 % aux Indépendants démocrates et 1,47 % du ACDP.

Composition du Parlement du Cap-Occidental (2014)[modifier | modifier le code]

Répartition des sièges au parlement provincial depuis les élections du 22 avril 2009
Carte par circonscription municipale de la province du Cap-Occidental
Bulletin de vote
dm
Résultats de l'élection provinciale du Cap-Occidental (Wes Kaap-Western Cape (2014)
Partis Chef(fe) Votes  % Sièges +/-
Cap-Occidental
Alliance Démocratique (DA) Helen Zille 1,259,645 59.38 26 + 4
Congrès National Africain (ANC) Jacob Zuma 697,664 32.89 14 =
Congrès du Peuple (COPE) Mosiuoa Lekota 12,520 0.59 0 - 3
Economic Freedom Fighters (EFF) Julius Malema 44,762 2.11 1 + 1
Parti chrétien-démocrate africain (ACDP) Kenneth Meshoe 21,696 1.02 1 =
Mouvement démocratique uni (UDM) Bantu Holomisa 10,199 0,48 - -
Al Jama-Ah 13,182 0,62 - -
Vryheidsfront + (VF+) Pieter Mulder 11,587 0,55 - -
Total 2,121,153 100,0 % 42

Premiers ministres du Cap-Occidental[modifier | modifier le code]

Nom Prise de fonction Fin de fonction Parti
Hernus Kriel 7 mai 1994 11 mai 1998 Parti national
Gerald Morkel 11 mai 1998 12 novembre 2001 Parti national/Nouveau Parti national
Cecil Herandien
(intérim)
12 novembre 2001 5 décembre 2001 Nouveau Parti national
Peter Marais 5 décembre 2001 3 juin 2002 Nouveau Parti national
Piet Meyer
(intérim)
3 juin 2002 21 juin 2002 Nouveau Parti national
Marthinus Van Schalkwyk 21 juin 2002 23 avril 2004 Nouveau Parti national
Leonard Ramatlakane
(intérim)
23 avril 2004 30 avril 2004 Congrès national africain
Ebrahim Rasool 30 avril 2004 25 juillet 2008 Congrès national africain
Lynne Brown 25 juillet 2008 6 mai 2009 Congrès national africain
Helen Zille 6 mai 2009 - Alliance démocratique

Sécurité[modifier | modifier le code]

En 2005, la province du Cap-Occidental arrive en tête des statistiques pour le nombre de meurtres pour 100 000 habitants et les crimes liés à la drogue. Cependant, Helen Zille maire du Cap puis premier ministre de la province, aurait fait d'abord baisser de 80 % la criminalité au Cap puis entamé des politiques sécuritaires pour toute la région.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Paysage du Cap-Occidental
Paysage du Petit Karoo au Cap-Occidental

Le style architectural « néerlandais du Cap », particulier aux manoirs du Cap-Occidental, est l’un des trésors de l’architecture sud-africaine.

Il faut ajouter les grands espaces du Cap de Bonne-Espérance, les villégiatures de la baie du Cap et les pentes escarpées de la Montagne de la Table.

Enfin, grâce aux Huguenots français établis au Cap après la révocation de l’Édit de Nantes, le Cap-Occidental est un centre important de la viticulture, en particulier à Paarl et Stellenbosch.

Découpage administratif[modifier | modifier le code]

La province du Cap-Occidental est divisée en 29 municipalités depuis 2000 (dont cinq districts et 24 municipalités locales)[2]:

Montagne de la Table vue de Bloubergstrand

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cap-Occidental », Trésor de la langue française au Québec, sur Université Laval (consulté en 16 decembre 2012)
  2. « Cap-Occidental: Portrait », Relations Internationales, sur Gouvernement de Québec,‎ 2012 (consulté le 15 fevrier 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]