Élections générales sud-africaines de 2004

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1999 Drapeau de l'Afrique du Sud 2009 Suivant
Élections générales sud-africaines de 2004
Les 400 sièges de l'Assemblée nationale sud-africaine
14 avril 2004
Type d’élection  parlementaire
SthAfrica.ThaboMbeki.01.jpg
Congrès national africain - Thabo Mbeki
Voix 10 880 915
  
69,69 %
Sièges obtenus 279 Green Arrow Up.svg 13
TonyLeon.jpg
Alliance démocratique - Tony Leon
Voix 1 931 201
  
12,37 %
Sièges obtenus 50 Green Arrow Up.svg 12
Mangosuthu Buthelezi (1983).jpg
Parti Inkatha de la liberté - Mangosuthu Buthelezi
Voix 1 088 664
  
6,97 %
Sièges obtenus 28 Red Arrow Down.svg 6
Silver - replace this image male.svg
Mouvement démocratique uni - Bantu Holomisa
Voix 355 717
  
2,28 %
Sièges obtenus 9 Red Arrow Down.svg 5
Patricia de Lille.jpg
Démocrates indépendants - Patricia de Lille
Voix 269 765
  
1,73 %
Sièges obtenus 7
Marthinus van Schalkwyk crop.jpg
Nouveau Parti national - Marthinus van Schalkwyk
Voix 257 842
  
1,65 %
Sièges obtenus 7 Red Arrow Down.svg 21
Président
Sortant
Élu
Thabo Mbeki
African National Congress
Thabo Mbeki
African National Congress

Les élections générales sud-africaines du 14 avril 2004 sont remportées pour la troisième fois consécutives, et largement, par le congrès national africain (ANC) et pour la deuxième fois par Thabo Mbeki en tant que chef du parti.

Ces élections sont également marquées par le crépuscule du Nouveau Parti national, désormais allié et supplétif de l'ANC et par la consolidation de l'alliance démocratique (constitué à partir de l'ancien parti démocratique et d'une fraction de l'ancien parti national), en tant que première force politique d'une opposition parlementaire très fragmentée.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le mode de scrutin en vigueur depuis 1994 est le scrutin proportionnel plurinominal [1]: Que ce soit au niveau national ou provincial, les électeurs votent pour un parti. Les sièges sont ensuite attribués aux différents partis proportionnellement au nombre de voix qu'ils ont obtenues. Les candidats élus sont ceux figurant dans chacune des listes dans leur ordre d'apparition. Dans ce système, le parti est mandataire du siège et non l'élu.

La procédure du floor crossing, instituée en 2001, permet cependant pendant une brève période à un membre du parlement de changer d'affiliation politique sans perdre son siège. Cette disposition a notamment profité en 2003 à l'ANC.

L'institution parlementaire[modifier | modifier le code]

L'assemblée nationale comprend 400 sièges. Ses membres sont élus par les sud-africains âgés de plus de 18 ans.

Les élections à l'Assemblée nationale s'effectuent en même temps que celles dans les neuf parlements provinciaux (chaque province comprend un parlement unicaméral). Ce sont ces parlements provinciaux qui élisent ensuite proportionnellement les membres du conseil national des provinces.

Le Conseil national des provinces (National Council of Provinces - NCOP), composé de 90 membres, représente les provinces au niveau national. La délégation de chaque province se compose de dix membres, quelles que soient la démographie et la taille de la province. Les membres de chaque délégation ne sont pas élus mais nommés, après chaque élection législative, par les partis politiques représentés dans le parlement provincial, proportionnellement à leurs poids politique dans ladite assemblée.

Résultats nationaux[modifier | modifier le code]

Résultats à l'assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Résultats dans les assemblées provinciales[modifier | modifier le code]

Les neufs provinces d'Afrique du Sud comprennent un parlement unicaméral. Elles ont toutes pour la première fois été remportée par le congrès national africain. L'ANC remporte notamment pour la première fois la province du Cap-Occidental grâce à son alliance avec le Nouveau Parti national qui lui permet d'atteindre la majorité absolue des sièges.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nada Youssef, La transition démocratique et la garantie des droits fondamentaux: esquisse d'une modélisation juridique, Publibook, 2011, p 406 à 408

Liens externes[modifier | modifier le code]