Banque Lazard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lazard est une banque d'affaires franco-américaine dont le siège social se trouve à Hamilton aux Bermudes et les trois principaux bureaux à New York, Paris et Londres, par ordre d'influence. Les services actuels fournis aux entreprises, gouvernements et particuliers comprennent des conseils en matière de fusions-acquisitions, restructuration, collecte de fonds et gestion d'actifs.

Historique[modifier | modifier le code]

Bureaux de Lazard au 30 Rockefeller Center à New York (GE Building).

Anciennement connu sous le nom de Lazard Frères & Co., dont les origines remontent à 1848, la banque a été fondée aux États-Unis en 1876 par trois banquiers juifs ashkénazes émigrés aux États-Unis depuis leur ville natale de Frauenberg en Lorraine : Alexandre, Élie et Simon Lazard, bientôt associés à leur cousin germain et beau-frère Alexandre Weill, originaire de Phalsbourg.

Bien que son métier historique soit la gestion d'actifs, Lazard est surtout connue pour son activité de conseil en fusions-acquisitions. Son caractère secret, la qualité des connexions de ses associés-gérants et de ses conseils, et dans une moindre mesure, ses tarifs plutôt en dessous de ceux du marché lui ont permis pendant longtemps de maintenir une influence sans commune mesure avec la taille de la banque elle-même. Sur le marché français, elle a même été incontournable jusqu'en 1997, date de son dernier classement comme numéro un des banques-conseils en fusions-acquisitions. Certains de ses associés-gérants, parmi lesquels Antoine Bernheim, Felix Rohatyn, Raymond Philippe et André Meyer, sont à l'origine d'empires industriels tels que Citroën, LVMH ou Cap Gemini, ou ont été décisifs dans des dossiers très délicats tels que la remise en ordre des finances de la ville de New York, la défense du franc dans les années 1930 et le Franc Poincaré, ou encore la gestion du portefeuille de valeurs mobilières de Jackie Kennedy.

La culture de la banque Lazard, sa structure de capital (société de personnes), ses légendaires conflits entre associés ont fini par limiter les options de la société et écorner l'image de toute-puissance dont a longtemps bénéficié la banque. Son PDG pendant presque 25 ans, Michel David-Weill (1977-2001), qualifié de « Dernier Empereur » à Wall Street tant son influence a été décisive jusque dans les années 1980, et dernier héritier d'une fabuleuse dynastie de banquiers, a dû finalement céder sa place à Bruce Wasserstein, un deal-maker américain qui a pris une part active à la restructuration des entreprises américaines dans les années 1980 et 1990 au sein de First Boston (devenu CSFB) puis de Wasserstein, Perella & Co (devenu Dresdner Kleinwort Wasserstein). Wasserstein a pris « à la hussarde » le contrôle capitalistique de la banque en introduisant certaines de ses activités en Bourse, afin de racheter la participation au capital des familles historiques, non sans difficultés puisque cette opération s'est soldée par le départ de certains associés décisifs, tel Gerardo Braggiotti (qui avait propulsé Lazard au rang de numéro un des banques-conseils en Italie en quelques années).

En 1989, Jean-Marie Messier travaille comme banquier d'affaires pour le compte de l'entreprise[1] avant de diriger la Générale des Eaux (Vivendi).

La banque d'affaires a clos l'année 2007 sur un résultat net record de 155 millions de dollars, en hausse de 67 % par rapport à 2006. La banque a récemment recruté, comme directeur exécutif senior de sa division banque d'investissement, l'ancien directeur général du Fonds monétaire international, Rodrigo Rato. Matthieu Pigasse est directeur de la banque Lazard[2].

En août 2012 la Banque Lazard est choisie par le gouvernement français pour conseiller l'État dans la création de la Banque publique d'investissement[3].

Direction[modifier | modifier le code]

Bureaux[modifier | modifier le code]

Drapeau des Pays-Bas Amsterdam
Drapeau des États-Unis Atlanta
Drapeau de Bahreïn Bahreïn
Drapeau de la Belgique Bruxelles
Drapeau de la Colombie Bogota
Drapeau de l'Inde Bombay
Drapeau de la France Bordeaux
Drapeau des États-Unis Boston
Drapeau de l’Argentine Buenos Aires
Drapeau des États-Unis Charlotte
Drapeau des États-Unis Chicago
Drapeau des États-Unis Dallas
Drapeau des Émirats arabes unis Dubaï
Drapeau de l'Allemagne Francfort
Drapeau de l'Allemagne Hambourg
Drapeau de Hong Kong Hong Kong
Drapeau des États-Unis Houston
Drapeau du Pérou Lima
Drapeau du Royaume-Uni Londres
Drapeau des États-Unis Los Angeles
Drapeau de la France Lyon
Drapeau de l'Espagne Madrid
Drapeau de l'Australie Melbourne
Drapeau de l'Italie Milan
Drapeau des États-Unis Minneapolis
Drapeau de l'Uruguay Montevideo
Drapeau du Canada Montréal
Drapeau des États-Unis New York
Drapeau du Panama Panama
Drapeau de la France Paris
Drapeau de la République populaire de Chine Pékin
Drapeau de l'Australie Perth
Drapeau de l'Arabie saoudite Riyad
Drapeau des États-Unis San Francisco
Drapeau du Brésil São Paulo
Drapeau du Chili Santiago
Drapeau de la Corée du Sud Séoul
Drapeau de Singapour Singapour
Drapeau de la Suède Stockholm
Drapeau de l'Australie Sydney
Drapeau du Japon Tokyo
Drapeau du Canada Toronto
Drapeau des États-Unis Washington, D.C.
Drapeau de la Suisse Zurich

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1] Biographie de Jean-Marie Messier sur le site Zonebourse
  2. [2] « Matthieu Pigasse, un banquier d'influences » sur le site de Marianne
  3. http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/industrie-financiere/20120831trib000717275/moscovici-justifie-le-choix-de-la-banque-lazard-.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Martine Orange, Ces messieurs de Lazard, Albin Michel, 2006. ISBN 2-226-16802-8
  • Anne Sabouret, Lazard Frères et compagnie, une saga de la fortune, Olivier Orban, 2003. ISBN 2-85565-379-7
  • Laurent Chemineau, L'incroyable histoire de Lazard Frères : la banque qui règne sur le monde des affaires, éd. Assouline, 1998. ISBN 2-84323-071-3
  • Guy-Alban de Rougemont, Lazard Frères, Banquiers des Deux Mondes (1840-1939), éd. Fayard, 2011. ISBN 978-2-213-66125-4
  • Anne Sabouret, MM.Lazard Frères et Cie. Une saga de la fortune, Olivier Orban, 1987
  • William D. Cohan, The Last Tycoons: The Secret History of Lazard Frères & Co., 2008
  • Paul J. Newlon, Lazard Freres and Co. V. Rosenfeld (Judah) U.S. Supreme Court Transcript of Record with Supporting Pleadings, 2011
  • La Banques Lazard Frères depuis La Libération, 1954

Liens externes[modifier | modifier le code]