Ariano nel Polesine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ariano nel Polesine
Image illustrative de l'article Ariano nel Polesine
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Veneto.svg Vénétie 
Province Rovigo  
Maire Giovanni Chillemi
Code postal 45012
Code ISTAT 029002
Code cadastral A400
Préfixe tel. 0426
Démographie
Population 4 656 hab. (31-12-2010[1])
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 57′ 00″ N 12° 07′ 00″ E / 44.95, 12.11667 ()44° 57′ 00″ Nord 12° 07′ 00″ Est / 44.95, 12.11667 ()  
Superficie 8 000 ha = 80 km2
Divers
Saint patron Saint Gaétan
Fête patronale 7 août
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vénétie

Voir sur la carte administrative de Vénétie
City locator 14.svg
Ariano nel Polesine

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Ariano nel Polesine

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Ariano nel Polesine
Liens
Site web http://www.comune.arianonelpolesine.ro.it/
Plan de la commune d'Ariano nel Polesine

Ariano nel Polesine (Ariàn en dialecte de Ferrare) est une commune italienne de la province de Rovigo dans la région Vénétie en Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Polésine

La commune fait partie de la Polésine qui est une région géographique de la Vénétie, en Italie. Située entre le et l'Adige, elle comprend la totalité de la province de Rovigo, la partie méridionale de la province de Vérone et une partie de la commune de Cavarzere dans la province de Venise.
la commune donne aussi le nom à l'Isola di Ariano, un territoire compris entre les bras du Pô de Goro, du Pô de Venise et du Po di Gnocca, faisant partie du Delta du Pô. L'Isola di Ariano comprend les communes de Ariano nel Polesine, Corbola et Taglio di Po. La partie sud/ouest, longue d’environ 45 km, s’étend sur toute la longueur du Pô de Goro, lequel fait aussi frontière entre les régions de Vénétie et de l’Émilie-Romagne.

Territoire communal[modifier | modifier le code]

Ariano nel Polesine est la plus longue commune de la Province de Rovigo, à environ 41 km du chef-lieu. Le territoire communal s’étend sur une quarantaine de km entre le hameau de S.Maria in Punta jusqu’à la localité de Bacucco, sur la mer Adriatique, et du hameau de Rivà jusqu’à la mer sur environ 20 km, la largeur n’est que de quelques centaines de mètres. À l’est de Rivà, la relative jeunesse du territoire est due au taglio di Porto Viro à l’œuvre de la Sérénissime de 1600 à 1604 ; ce qui à provoqué l’ensablement du territoire dont l’expansion est encore active aujourd’hui et, avec les communes de Porto Tolle et Porto Viro, est un cas unique en Italie.
Grandes villes voisines :

  • Adria à 18 km par la SS495
  • Rovigo à 40 km par la SS495 et la SS443
  • Venise à 94 km

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom d’Ariano dérive probablement, comme beaucoup d’autres, de Atria (aujourd’hui Adria), antique cité étrusque sur la mer et la lagune à qui elle a aussi donné son nom.
. Au X siècle, on trouve le nom Adriano (Hadriani ou Radriani), mais aussi Atriano devenu Ariano au Moyen Âge, après la rupture de Ficarolo qui forma la partie ouest de l'isola di Ariano[2].

Époque romaine et Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Durant le IV siècle av.J.-C. San Basilio déclina et fut supplanté par les centres de Adria et Spina, dans la période d’expansion maximale des Celtes.
Entre le III et le II siècle av.J.-C., les Vénètes se fédérèrent aux Romains, avec lesquels ils s’opposèrent à leur ennemi commun, les Celtes ou Gaulois comme les nommaient les Romains.
Ariano était compris dans la Regio X Venetia et Histria au temps de l’empereur Auguste.

  • Un important centre habité à l’époque romaine était localisé près de l’actuelle hameau de San Basilio, sur la Via Popilia, débutée en 132 av.J.-C. par le consul Publius Popillius Laenas.
  • La carta la plus antique, la Table de Peutinger, indique Hadriani ou Radriani, relais de poste, entre Corniculani (Mezzogoro) au sud et Mària[3] au nord, le long de la via Popilia.
  • De récentes découvertes archéologiques en Polésine ont mis au jour des dépôts d’ambre de la Baltique, accréditant l’hypothèse que le centre portuaire de San Basilio (avec Atria et Spina) fut un terminal de la route de l'ambre qui de la Baltique rejoignait les antiques colonies grecques avec lesquelles s’échangeait entre autres la céramique grecque antique.
  • De la chute de l’Empire romain à la troisième guerre d'indépendance italienne, la commune a été une limite territoriale toujours sujet à conflits.
  • Au Moyen Âge une route du sel qui de Venise, à travers la Fossa Clodia (it) (lagune) et le Pô, rejoignait Ferrare et Ostiglia et de là, traversant la Fosse navigable (marais), se divisait en plusieurs réseaux sur les territoires milanais et mantovans[4].


Deux siècles de domination de Constantinople faisant suite à la sanglante et guerre des Goths (535-553) coïncidèrent avec un désastreux et long déclin économique et démographique, en présence d’une dure imposition fiscale. Le territoire faisait partie d’un domaine qui, au début des années 700, se réduisait progressivement à une bande de terre qui s’étendait de Chioggia à Comacchio (début des zones d’influence de Venise et Ravenne).

En 751, à la fin de l'exarchat byzantin, sous le roi Aistolf, le territoire comme tout le Nord de l’Italie passa dans le royaume lombard (sauf la Vénétie maritime) et se termina en 774 par la victoire des Francs conduits par Charlemagne. Ces descendants gouvernèrent jusqu’en 887 ce royaume d'Italie (888-1024).
Depuis cette époque, le pays connu l’anarchie féodale des évêques qui se succédèrent qui se succédèrent au pouvoir

La maison d'Este[modifier | modifier le code]

La période de domination de la Maison d'Este était caractérisée par une administration chaotique par rapport au pouvoir de l’archevêché d’Adria représentant l’état pontifical.
La double manière de gouverner des Este et les jeux d’alliance entre la politique impériale et papale, a occasionné de longs vides de pouvoir pendant le Moyen Âge, poussant les Este à s’approcher parfois du roi de France plutôt qu’avec l’empereur, avec des conséquences directes sur les rapports avec le pape, en présence d’une constante rivalité avec la république de Venise.
Au niveau géopolitique, l’absence de voies de communication viables rendait l’usage du fleuve indispensable pour le transport des hommes et des marchandises et depuis des temps très reculés, à proximité d’Ariano, se forma une petite communauté consacrée aux activités portuaires, à la pèche et activités économiques correspondantes.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

La borne frontière, localement appelée "La Torre"

Administrativement incorporé dans la département du Bas Pô (it), district de Comacchio, avec chef-lieu Ferrare, at au 22 décembre 1807, dans le département Adriatique, district d’Adria, chef-lieu Venise.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

  • Le 7 avril 1815, Ariano est inclus dans la province de Venise comme chef-lieu du district VI, comprenant aussi les communes de Corbola, Taglio di Po et San Nicolò (dénommé Porto Tolle en 1867)[8].
  • En 1851, avec d’autres communes du delta, Ariano se détache de la province de Venise et entre dans la province du Polesine, institué en 1815.
  • Par la résolution du 28 janvier 1853 qui définit le découpage territorial de la province Vénète, Ariano vient à être inséré dans la province de Rovigo en maintenant sa fonction de chef de district.
  • le 23 juin 1866, début de la troisième guerre d'indépendance italienne et abandon définitif du territoire par les troupes autrichiennes chassées par l’armée du général Enrico Cialdini. Ariano fut la première commune Vénète à être occupée et annexée au Royaume d'Italie (1861-1946).
  • Par décret du 13 octobre 1866, la commune entre dans la province de Rovigo.
  • En 1866, pour le distingué des autres Ariano, le nom fut complété par nel Polesine.
  • Le 8 février 1921, les fascistes assassinèrent Ermenegildo Fonsatti, maire socialiste de Ariano[9].

Économie[modifier | modifier le code]

Le marais et les îlots formés par les alluvions du Pô, selon une carte de 1570

Dans les temps antiques la nature des lieux déterminait directement l’économie. L'ambiance marécageuse était alimentée par le Pô qui apportait ses sédiments fertiles, utiles autant à l’agriculture que pour le développement de l’élevage ; d’un autre côté le manque d’opérations de canalisation des eaux rendait le sort de la communauté sujet aux aléas climatiques et aux caprices du fleuve.
L'expansion démographique maximum coïncide avec la grande alluvion du Polesine de novembre 1951. Si le territoire d’Ariano ne fut pas directement touché, le boom économique italien provoqua la grande migration interne vers le triangle industriel Milan, Turin, Gênes.

L'économie jusqu’au années 1970, principalement basée sur l’agriculture, passa progressivement vers l’artisanat, les petites entreprises et le secteur tertiaire. Industrie alimentaire, conserverie et de distribution commerciale des produits de la pèche. Activités manufacturières, mécanique, travail du marbre.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
08/06/2009 en cours Giovanni Chillemi Centre droit  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Bacucco, Crociara, Gorino Veneto, Grillara, Magazzini, Piano, Rivà, San Basilio, Santamaria in Punta

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Berra, Corbola, Goro, Mesola, Papozze, Porto Tolle, Taglio di Po

Population[modifier | modifier le code]

Évolution de la population en janvier de chaque année[modifier | modifier le code]

1871 1901 1921 1951 1961 1971 1981 1991 2001
4 377 6 688 10 911 12 770 8 333 6 299 5 584 5 239 4 882
2011 - - - - - - - -
4 608 - - - - - - - -


Jumelage[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux d’intérêt[modifier | modifier le code]

  • Il palazzo municipal,
  • Paroisse "Madonna della Neve", la plus ancienne de la commune (1600).
  • Paroisse "San Rocco" di Rivà,
  • Paroisse "Agostino d'Ippona" de Grillara;
  • Paroisse "S.Giovanni Evangelista" de Piano;
  • Paroisse "Natività della Beata Vergine Maria" de Santa Maria in Punta (1948).
  • Paroisse "San Basilio" de San Basilio, du IX siècle.
  • Paroisse "San Gaetano" de Gorino.

Sacre, foire et marché[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale et sacre de Ariano le 7 août.
  • Santa Maria in Punta: 13 juin,
  • San Basilio: 14 juin,
  • Rivà: 16 août;
  • Grillara: 28 août;
  • Crociara: 8 septembre "Natività della Beata Vergine Maria";
  • San Bellino: 26 novembre "San Bellino di Padova"
  • Le marché hebdomadaire le lundi à Ariano.
  • La foire de Ariano, d’origine médiévale, instituée en 1690 et fixée au mois de septembre

Infrastructure[modifier | modifier le code]

  • Transport public : d’Ariano et des principaux hameaux desservis par la ligne d’autobus qui relie le chef-lieu Rovigo, Padoue et Ferrare.
  • Aéroports :
    • aéroport de Bologne-Guglielmo Marconi (km 102)
    • aéroport de Venise-Tessera (km 87),
    • aéroport de Vérone (km 140),
    • aéroport de Padoue (km 75).

Note[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Dizionario di toponomastica, edizione UTET, 1990
  3. Miroir lagunaire défini par Pline l’Ancien "Arianorum Paludes quae Septem Mària appellantur" - Naturalis historia vol. III Cap. 16.
  4. En date de 1251, le premier document par lequel Venise, dont les salines commençaient à être insuffisantes pour répondre à la demande du marché, promettait de vendre à Ferrare, Mantoue et Milan, du sel de mer de la Méditerranée et non local. HOCQUET 1991, p. 27
  5. titolo=Este medioevale PERIODO QUARTO 1405 - 1850. consulté le 06-07-2010
  6. Le saline dei veneziani e la crisi del Medioevo, di J.C. Hocquet - Il Veltro (it), 1993
  7. Corografia dell'Italia - Giovanni Battista Rampoldi, pag 119 vol.I - Antonio Fontana - Milano MDCCCXXXII
  8. "La provincia di Venezia", A.Stangherlin, Venezia 1968
  9. http:(togli_questo) //cronologia.leonardo.it/fascismo/fasc000.htm

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Giuseppe Catalani, Lodovico Antonio Muratori. Annali D'Italia Dal Principio Dell'Era Volgare Sino All'Anno MDCCXLIX - Pubblicato da Gianbatista Pasquali, Milano 1756;
  • Antonio Frizzi. Memorie per la storia di Ferrara - Ferrara, M DCC XCI, 1791;
  • Jacopo Filiasi. Memorie storiche de' Veneti primi e secondi - 1ª ediz., Venezia 1796-1798;
  • Vito Violati Tescari. Gli scoli dell'isola di Ariano - Padova, 1867; ristampa Libreria Antiquaria Marchigiana-Porto Recanati MC 2010.
  • Gustavo Cristi. Storia del Comune di Ariano Polesine - Padova, 1934;.
  • Aldo Tumiatti. Lotte contadine nell'Isola di Ariano - Rovigo, 1984;
  • Ottorino Turolla. Statuta Terrae Adriani - Taglio di Po, 1986.
  • Ottorino Turolla. San Basilio tra storia e leggenda - Taglio di Po, 1986.
  • Ottorino Turolla. A t't'i to tuti ti, a t't'i to! : vocabolario della parlata arianese con riferimenti ad altri dialetti padani come contributo ad un vocabolario polesano - Taglio di Po, 1988 - 1993.
  • Valentino Zaghi. L'Eroica viltà. Socialismo e fascismo nelle campagne del Polesine. (1919-1926) - Franco Angeli editore - Milano, 1989.
  • Balsamo William. I santamarianti: storia di una comunità - Rovigo, 1990.
  • G. Romanato. Chiesa e società nel Polesine di fine Ottocento. Giacomo Sichirollo (1839-1991) - Associazione Culturale Minelliana - Rovigo, 1991.
  • M. Zunica. Civiltà del lavoro industriale in Polesine 1870-1940 - Associazione Culturale Minelliana - Rovigo, 1991.
  • Erminio Girardi. Dizionario dialettale dei vocaboli bassopolesani - Associazione Culturale Minelliana - Rovigo, 1991.
  • Valentino Zaghi. Povera it'alia in fama. Lettere di fuoriusciti polesani. (1923-1942) - Minelliana - Rovigo, 1991.
  • Ottorino Turolla. L'isola di Ariano e la sua Terra - Taglio di Po, 1992
  • Aldo Tumiatti. La questione del passo nell'ex frontiera austro-pontificia di Goro-Gorino (1854-1862) - Taglio di Po, 1992.
  • Aldo Tumiatti. Il distretto di Ariano tra il 1848 e il Primo Novecento - Taglio di Po, 1996.
  • Umberto Carzoli. Ariano nel Polesine e la sua storia - Taglio di Po, 1998.
  • Julik Zanellato. D.C. e P.C.I. nel Polesine del secondo dopoguerra (1945-1948) - Minelliana - Rovigo, 2000.
  • Aldo Tumiatti. Il Taglio di Porto Viro. Aspetti politico-diplomatici e territoriali di un intervento idraulico nel delta del Po (1598-1648) - Taglio di Po, 2005.
  • autori vari. Guida Turistico Stradale del Parco Regionale Veneto del Delta del Po - Lugo (RA), 2006.
  • Tino Sega. Il Mondo Contadino - "Poesie, leggende e racconti del Polesine" - Corbola, 2007.
  • Armando Parenti. Una voce nel coro canta il Ballo della Vecia - Ariano nel Polesine, 2008.
  • Valentino Zaghi. Lettere al Duce - I Polesani scrivono a Mussolini (1927 - 1941) - Minelliana - Rovigo, 2009.
  • Francesco Campaci. L'officina meccanica Campaci - La tecnologia meccanica in agricoltura nel delta del Po tra le due guerre mondiali - Pubblicato dall'autore - Porto Viro, 2011.

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]