Province de Rovigo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Province de Rovigo
Provincia di Rovigo
Carte de la province de Rovigo
Carte de la province de Rovigo
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Vénétie
Capitale Rovigo
Communes 50
Président Tiziana Michela Virgili
(PD)  (22/06/2009)
Code postal 45100, 45010-45039
Plaque d'immatriculation RO
Préfixe téléphonique 0425, 0426
Code ISTAT 029
Démographie
Population 247 884 hab. (31-12-2010[1])
Densité 139 hab./km2
Géographie
Superficie 178 900 ha = 1 789 km2
Localisation
Localisation de Province de Rovigo
Liens
Site web http://www.provincia.rovigo.it

La province de Rovigo est une province de Vénétie d’environ 247 500 habitants, avec chef-lieu Rovigo. Elle fait confins avec les provinces de Vérone, Padoue et Venise au nord, avec la province de Mantoue (en Lombardie) à l’ouest, et avec la province de Ferrare (en Émilie-Romagne) au sud. Elle borde la mer Adriatique à l’est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le fleuve Adige au début de la province, à Badia Polesine.

Le territoire de la province est entièrement en plaine (Plaine du Pô) est fait partie de la région géographique de l’actuelle Polésine, dont il occupe presque l’entière superficie (exception faite d’une portion des Valli Grandi Veronesi, à l’extrême ouest et une partie de la commune de Cavarzere au centre-est).

La province s’étend horizontalement sur environ 100 km, des confins de la province de Vérone au littoral adriatique, où se trouvent les embouchures du , dans les communes de Rosolina, Porto Viro, Porto Tolle et Ariano nel Polesine.

Sa largeur est d’environ 18 km, du nord au sud, avec une superficie de 1 789 km2 et une altitude comprise entre -2 et 15 mètres par rapport à la mer[2].

La limite sud est le fleuve , depuis la commune de Melara jusqu’à l’embouchure du Pô de Goro La limite nord est le fleuve Adige, de la commune de Badia Polesine à l’embouchure du fleuve. La partie orientale correspond au Delta du Pô qui s’étend constamment à cause des sédiments apportés par les fleuves.

Les fleuves Pô et Adige sont le premier et troisième fleuves italiens de par leur débit, avec lesquels il faut compter un troisième fleuve, le Tartaro-Canalbianco-Pô du Levant, qui traverse la province dans toute sa longueur. Ce qui fait que la plus grande quantité d’eau douce d’Italie passe par la province de Rovigo. La gestion de cette énorme quantité d’eau nécessite un grand nombre de canaux de drainage pour l’assainissement des terrains, dont certains sont sous le niveau de la mer.

D’autres cours d’eau, d’une importance actuelle plutôt historique, qui sont l’Adigetto (naviglo utilisé pour la navigation) et qui correspond à l’antique lit de l’Adige, le Poazzo l’antique lit du Pô et la Fossé Polesella (enterré par les crues de 1951.

La formation relativement récente du territoire, a été sujette aux phénomènes de subsidence, soit à cause des travaux d’assainissement, soit à cause de l’extraction des gaz méthanifères du sous-sol entre les années 1950-60 et suspendue en 1965[3].

Le climat est semi-continental et conditionné par une humidité notable, avec des étés étouffantes et hivers brumeux ; les précipitations rentrent dans la norme et se concentrent au printemps et automne.

La province est traditionnellement divisée en trois zones géographiques :

Les autres centres important de la province sont Porto Viro, Lendinara, Porto Tolle et Taglio di Po et Occhiobello.

Polésine

Voies ds communication[modifier | modifier le code]

La route principale à l’intérieur de la province est la Transpolesana (SS434) qui relie Vérone à Rovigo. La "Adriatica" (SS16) qui la traverse et qui relie Padoue à Ferrare, en passant par Rovigo. Le territoire est également traversé, nord-sud, par l’Autoroute italienne A13 (Bologne-Padoue), avec embranchement sur la Transpolesana (SS434). À l’est, en direction nord-sud, la SS Romea qui relie Venise à Ravenne.

Communes principales[modifier | modifier le code]

Les 10 principales communes avec Nb. Habitants, superficie, densité et altitude ([1] au 01/03/2010):

Pos. Commune Population
(hab)
Superficie
(km²)
Densité
(hab/km²)
Altitude
(m s.l.m.)
1er Rovigo 52 430 108,55 483 7
2e Adria 20 442 113,51 180,1 4
3e Porto Viro 14 696 133,37 110,2 2
4 e Lendinara 12 251 55,40 221,1 9
5e Occhiobello 11 433 32,62 350,5 8
6e Badia Polesine 10 907 44,52 245 11
7e Porto Tolle 10 200 227,63 44,8 1
8e Taglio di Po 8 528 79,01 107,9 0
9e Rosolina 6 481 73,07 88,7 1
10e Villadose 5 261 32,5 161,9 3

Démographie[modifier | modifier le code]

  • 1871 = 200 538
  • 1901 = 222 057
  • 1921 = 289 379
  • 1951 = 357 963 (sommet)
  • 1971 = 251 900
  • 2001 = 242 538

La province ressent encore aujourd’hui le phénomène de l’émigration, surtout des jeunes qui vont travailler dans des zones plus développées (industrialisées) d’Italie. Il existe aussi un phénomène migratoire des zones rurales vers les zones urbaines.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Polésine.

Antiquité[modifier | modifier le code]

À l’époque antique, le territoire de la province fut colonisé par les Grecs, qui aux XIIe et XIe siècless av. J.-C., fondèrent la cité d’Adria. Aux VIe et Ve siècles av. J.-C., la cité fut refondée par les Étrusques, qui occupèrent aussi la partie méridionale du territoire, alors que dans la partie septentrionale s’établirent les Vénètes, ensuite occupée par les Romains.

À l’époque médiévale, le territoire fut gouverné par la Maison d'Este, mais n’avait sa propre unité administrative, car divisée en podestats (unité administrative du Duché d’Este).

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Transpadane Farrarese

Les premiers à reconnaître l’unité administrative du territoire les vénitiens quand, à la suite de la guerre du sel (1482-1484), ils occupèrent la partie septentrionale de la Polésine dont le chef-lieu fut établi à Rovigo. Les limites furent établies sur le Canalbianco à l’exception de Polesella, Guarda Veneta et Adria, alors que la dite Transpadana Ferrarese resta à Este. Le delta du Pô (sauf Ariano nel Polesine et Corbola) faisait partie du Dogado.

Renaissance[modifier | modifier le code]

La Maison d’este une fois chassée, la domination vénitienne s’établit pour trois longs siècles sans apporter à la Polésine le développement espéré. Au terme d’une guerre féroce, entre la fin XVe et la première décennie du XVIe siècle, la situation économique de la Polésine devint désastreuse par une politique d’exploitation et d’expropriation de type colonial.

Ce fut seulement à la suite du Congrès de Vienne de 1815 que les confins méridionaux furent positionnés sur le Pô. Alors qu’en 1851, le Delta passa de la province de Venise à la province de Rovigo, tel qu’il est aujourd’hui.

Nature[modifier | modifier le code]

Le delta du Pô est reconnu au patrimoine mondial par l’UNESCO; la partie en province de Rovigo constitue le Parc régional du Delta du Pô (Vénitie) .

Économie[modifier | modifier le code]

Au point de vue économique, la province de Rovigo a maintenu une nette vocation agricole et n'a été que marginalement intéressée par le rapide développement industriel qui a touché, dans les années 1970-80, les autres provinces vénètes et le nord-est en général. Au niveau industriel, la zone la plus touchée est celle qui se situe sur l’axe routier SS Romea avec les centres de Porto Viro, Taglio di Pô, Rosolina.

Sur le territoire, la culture est principalement tournée vers les céréales avec le blé, maïs, riz et vers les fruits avec la pomme, pêche, poire, prune, et divers plantes potagères.

L'aquaculture, dans les marais ouverts sur la mer (valli) du delta du Pô, comme les anses de Scardovari, Bottonera, Canarin, Basson), ainsi que dans les nombreuses zones marécageuses comprises entre les barres du Pô (anguille, moule, ...), où la pêche se pratique à partir de « cabanons » ou de barques à fond plat. La pêche traditionnelle en mer est aussi représentée par de petits ports comme les hameaux de Scardovari et Pila de la commune de Porto Tolle, Porto Levante.

Les industries sont du type moyenne et petite qui concernent surtout le domaine agro-alimentaire (sucre de betterave), mécanique, travail du bois, textile-habillement, construction et matériaux de construction.

La centrale thermoélectrique de Porto Tolle, actuellement en phase de reconversion de pétrole au charbon, produit environ 8 % du besoin national en énergie électrique. Une centrale solaire de 72 Mw est construite en 2010, d'une surface de 850 000 m2, ce qui en fait la plus grande d'Europe[4].

Culture[modifier | modifier le code]

Comme d’autres administrations de Vénétie, la province de Rovigo, contrairement à d’autres régions voisines, manque d’autonomie au point que le Conseil Provincial a, en signe de provocation, voté à l’unanimité le passage de la province de la Vénétie au Trentin-Haut-Adige[5].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Outre le delta du Pô intéressant pour le tourisme vert, en province de Rovigo se trouvent de fameux centres touristiques et balnéaires comme Rosolina Mare et l'île d’Albarella. L’art est représenté à Rovigo, mais aussi à Fratta Polesine, pour ses riches villas visitables, comme la Villa Badoer, œuvre de l’architecte Andrea Palladio, et l'abbatial de la Vangadizza à Badia Polesine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]