Rovigo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rovigo
Image illustrative de l'article Rovigo
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Veneto.svg Vénétie 
Province Rovigo  
Maire Bruno Piva
Code postal 45100
Code ISTAT 029041
Code cadastral H620
Préfixe tel. 0425
Démographie
Gentilé rodigini
Population 52 793 hab. (31-12-2010[1])
Densité 489 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 04′ 00″ N 11° 47′ 00″ E / 45.06667, 11.78333 ()45° 04′ 00″ Nord 11° 47′ 00″ Est / 45.06667, 11.78333 ()  
Altitude Min. 6 m – Max. 6 m
Superficie 10 800 ha = 108 km2
Divers
Saint patron Saint Bellino
Fête patronale 26 novembre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vénétie

Voir sur la carte administrative de Vénétie
City locator 14.svg
Rovigo

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Rovigo

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Rovigo
Liens
Site web http://www.comune.rovigo.it
Map of comune of Rovigo (province of Rovigo, region Veneto, Italy).svg

Rovigo est une ville italienne d'environ 52 700 habitants située en Vénétie, dans la province du même nom, dans la région de la plaine du Pô.

Géographie[modifier | modifier le code]

Tartaro-Canalbianco-Pô du Levant

la commune de Rovigo s’étend entre l'Adige au nord et le Canalbianco au sud (sauf le hameau de Fenil del Turco) et se trouve à 41 km de la côte Adriatique.

C’est un territoire de Plaine qui émerge entre 5 et 8 mètres au-dessus du niveau de la mer ; qui est traversé par l'Adigetto et de noubreux autres canaux artificiels qui servent soit au drainage agricole soit à l’irrigation.
Le terrain, très fertile, est adapté pour la culture du maïs et des produits maraîchers de qualité.

Rovigo fait confins au Nord avec les communes de Barbona, Vescovana, Boara Pisani et Anguillara Veneta; à l’Est avec San Martino di Venezze, Villadose et Ceregnano; au Sud avec Crespino, Pontecchio Polesine et Bosaro; à l’Ouest avec Arquà Polesine, Costa di Rovigo, Villanova del Ghebbo et Lusia.

La cité est desservie par :

  • la route nationale SS16 Ferrare (34 km)-Padoue (31 km),
  • la route nationale SS434 pour Vérone (87 km),
  • la route nationale SS443 vers l’Est, pour Adria (21 km) et la jonction avec la SS309 Romea (36 km) et les lagunes du delta du Pô.
  • L’autoroute A13 Bologne-Padoue-Venise par l’échangeur à 3 km.

Histoire[modifier | modifier le code]

du Moyen Âge au XVe siècle[modifier | modifier le code]

Le premier document historique sur la cité date du 24 avril 838, par lequel Rovigo est défini en latin comme villa que nuncupatur Rodigo, c-à-d bourg rural dit Rodigo.
En 920, Paolo Cattaneo (évêque d’Adria) fit construire une fortification pour y transférer provisoirement le siège de l’évêché et se protéger des Hongrois.

Plan antique de Rovigo

Les ducs d’Este étaient déjà présents à Rovigo en 1117 et furent probablement à l’origine du renforcement des fortifications au XIIe siècle, quand la cité de Rovigo s’étendait déjà sur les rives de l'Adigetto, qui était un véritable fleuve à cette époque. La domination des Este (qui durant près de quatre siècles) fut officialisée par l’empereur Henri VI en 1194, qui nomma comte Azzo VI d'Este.

Domination vénitienne[modifier | modifier le code]

Le XVe siècle fut une période de troubles pour Rovigo et tout le Polesine, suite à désir d’expansion de la République de Venise vers la terre ferme.
Durant la guerre du sel (1482-1484), les Vénitiens entrèrent définitivement à Rovigo en 1482 et, mise à part la parenthèse de la Ligue de Cambrai (1508 – 1511), dominèrent la cité pendant environ trois siècle et édifièrent certains édifices :

– à la fin du XVIe siècle, la Sérénissime édifia le temple de la Beata Vergine del Soccorso connu sous le nom de Rotonda ;
– durant le XVIII siècle, construction de la cathédrale de Rovigo et le palazzo Roncale et le palazzo Angeli.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Au début du XIXe siècle, suite à la chute de la République de Venise et l’instauration de la domination française, Rovigo connu une notable impulsion sociale et culturelle, ainsi qu’un fort développement. L’église de Santa Giustina fut démolie en faveur d’une place nommée Mineure puis Garibaldi ; espace qui vit s’ériger, pendant l’occupation autrichienne, le théâtre social et le palis de la bourse de Rovigo. Quatre des six portes de la ville furent abattues pour permettre le libre passage public et favoriser la développement de la cité à l’extérieur des murs.
Grâce à l’annexion au Royaume d’Italie, la cité connu un nouvel essor en 1866 avec la construction de la ligne ferroviaire Padoue-Bologne.

En 1927, le territoire de la commune fut élargi en englobant Boara Polesine, Buso Sarzano, Sant'Apollinare con Selva, Borsea, Grignano di Polesine et Concadirame.
En 1938, le cours de l'Adigetto, devenu peu important, fut dévié vers l’Ouest.
À partir des années 1950 et 1960, Rovigo connu un nouveau développement soit comme marché agricole soit comme centre industriel, avec la réalisation du port de Rovigo sur le Canalbianco.

Monuments et lieux d’intérêt[modifier | modifier le code]

  • Architecture religieuse : plus de 15 églises et oratoires
  • Architecture civile : 23 palazzi (palais)
  • Architecture militaire :
    • Château de Rovigo avec deux tours dont une de 66 mètres (une des plus hautes tours médiévales d’Italie)
    • Murs de ceinture (presque entièrement disparus)
    • deux portes de la ville

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 2001 juin 2006 Paolo Avezzù Maison des libertés  
juin 2006 en cours Fausto Merchiori L'Olivier  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Barchessa Candiani, Basso Cavallo, Boara Polesine, Boaria San Marco, Borsea, Braga-Cantonazzo, Buso, Busovecchio, Ca'Bianca, Ca'Matte, Ca'Lunga, Campagna Terzi, Campagnazza, Cantonazzo, Capolavia, Ca'Rangon, Concadirame, Corte Lazzarini, Fenile Morosina, Fenil del Turco, Granzette, Grignano Polesine, Grompo, Grumolo, Le Casette, Le Giarelle, Le Sorbolaro, L'Olmo, Mardimago, Roverdicrè, San Sisto, Santa Libera, Santa Rita, Sant'Apollinare, Sarzano, Spianata.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Anguillara Veneta (Padoue), Arquà Polesine, Barbona (Padoue), Boara Pisani (Padoue), Bosaro, Ceregnano, Costa di Rovigo, Crespino, Lusia, Pontecchio Polesine, San Martino di Venezze, Vescovana (Padoue), Villadose, Villanova del Ghebbo.

Population[modifier | modifier le code]

Évolution de la population en janvier de chaque année[modifier | modifier le code]

1871 1901 1921 1951 1961 1971 1981 1991 2001
23 633 23 821 30 953 45 862 45 649 49 848 52 218 52 472 50 289
2011 - - - - - - - -
50 060 - - - - - - - -


Ethnies et minorités étrangères[modifier | modifier le code]

Selon les données de l’Institut national de statistique (ISTAT) au 1er janvier 2011 la population étrangère résidente était de 4 935 personnes. Les nationalités majoritairement représentatives étaient :

Pos. Pays Population
1 Drapeau de l'Albanie Albanie 725
2 Drapeau de la République populaire de Chine Chine 707
3 Roumanie Roumanie 705
4 Drapeau du Nigeria Nigeria 509
5 Drapeau du Maroc Maroc 469
6 Drapeau de la Moldavie Moldavie 446
7 Ukraine Ukraine 358
8 Drapeau de la Pologne Pologne 150
9 Tunisie Tunisie 105
10 Serbie Serbie 85

Sports[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]