André Tubeuf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierre-François Tubeuf.

André Tubeuf est un écrivain, philosophe et critique musical né à Smyrne, aujourd'hui Izmir, en Turquie le 19 décembre 1930.

Aperçu biographique[modifier | modifier le code]

Condisciple à Beyrouth de Salah Stétié et de Robert Abirached, il vient à Paris après la guerre et effectue sa khâgne au lycée Louis-le-Grand, où il se lie avec, entre autres Dominique Fernandez, Michel Deguy, Jacques Derrida ou son cousin Pierre-Jean Rémy.

En 1950, reçu à l'École normale supérieure, rue d'Ulm, il goûte d'abord l'enseignement de Michel Alexandre, lui-même élève d'Alain, puis celui de Louis Althusser et Maurice Merleau-Ponty, ainsi que son amitié avec Gérard Granel.

En 1951, il traduit avec Maurice Clavel, Électre de Sophocle pour Silvia Monfort.

Agrégé de philosophie, il enseigne cette matière en classe de philosophie puis de Première supérieure au lycée Fustel de Coulanges de Strasbourg de 1957 à 1992.

En 1972, il entre au ministère de la Culture au cabinet Jacques Duhamel, pour s'occuper des questions musicales ; expérience reconduite, en 1975, dans le cabinet de Michel Guy.

L'écrivain[modifier | modifier le code]

À partir de 1976, il collabore principalement au magazine Le Point, mais aussi à l’ Avant Scène Opéra, Harmonie et Lyrica, puis Diapason enfin Classica. À quoi s'ajoutent d'innombrables conférences (dont sept à Salzbourg dans le cadre du Festival) et autant d'émissions radiophoniques.

Après Romain Rolland, André Suarès et Vladimir Jankélévitch, dont il fut l'élève, il a renouvelé le genre de la littérature musicale en France, échappant au genre romanesque, sans pour autant verser dans la musicologie.

Outre ses essais sur Mozart, Ludwig van Beethoven, Richard Wagner, Giuseppe Verdi, Richard Strauss et le lied, il a écrit parmi les meilleurs portraits de ses amis Elisabeth Schwarzkopf, Dietrich Fischer-Dieskau, Claudio Arrau, Hans Hotter, Rudolf Serkin, Arthur Rubinstein, Régine Crespin, Daniel Barenboïm, Hélène Grimaud ou Cecilia Bartoli.

En 2009, l'Académie française lui décerne le Prix de l'essai.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Je crois entendre encore …, Plon, 2013
  • Dictionnaire amoureux de la musique, Plon, 2012
  • Le Lied, Actes Sud, 2011
  • Les Ballets russes, Assouline, 2011
  • L’Opéra de Vienne, Actes Sud, 2010
  • Hommage à Régine Crespin, avec Christophe Ghristi, Actes Sud/Opéra de Paris, 2010
  • Verdi, de vive voix. Biographie. Classica, Actes Sud, 2010
  • Beethoven. Biographie. Classica, Actes Sud 2009, prix de l’essai de l’Académie française 2009[1].
  • Les Amours du poète. La Pionnière, 2008
  • La Quatorzième Valse. Roman. Classica, Actes Sud, 2008
  • L'Offrande musicale. Portraits et essais. Bouquins, Robert Laffont, 2007
  • Divas. Livre avec CD. Assouline, 2005
  • Mozart, chemins et chant. Biographie. Classica, Actes Sud, 2005
  • Les Autres Soirs. Avec Elisabeth Schwarzkopf. Tallandier, 2004
  • Richard Strauss ou le Voyageur et son ombre. Biographie. Classica, Actes Sud 2004
  • Appassionata (Portrait de Claude Arrau), NiL, 2003
  • Damiel ou les Indifférents. Roman. Albin Michel, 2000
  • La Callas. Mémoire des Stars, Assouline, 1999
  • Wagner, le chant des images. L'opéra des images, Chêne, 1993
  • Les Enfants dissipés. Roman. Gallimard, 1987
  • Le Chant retrouvé. Fayard, 1979

Décoration[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Prix de l'essai de l'Académie française »
  2. Décret du 15 mai 2009