Aleurites moluccana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Aleurites moluccana est une espèce d'arbre tropicale de la famille des Euphorbiaceae originaire de différentes zones du Pacifique (Indonésie, Malaisie, Nouvelle-Calédonie). Elle est parfois appelée « noyer des Moluques », « noyer de bancoule », « bancoule » ou « bancoulier ». À Tahiti, on l'appelle Ti'a'iri, Tutui, Tutui ma'ohi ou Tuitui.

Le Noyer des Moluques est l'arbre officiel de l’État d'Hawaï.

Description[modifier | modifier le code]

Détail des fleurs

C'est un arbre à croissance rapide pouvant atteindre 18 m de haut. Ses grandes feuilles peuvent avoir jusqu'à 23 cm de longueur. Elles ont une forme globalement ovale mais ont des bordures irrégulièrement dentées et/ou ondulées, et sont portées par un long pétiole pouvant atteindre 35 cm de longueur[1].

L'inflorescence est une cyme de petites fleurs blanchâtres. Les fruits, sphériques, mesurent environ 5 cm de diamètre et contiennent une ou deux graines. Ces graines sont oléagineuses et peuvent contenir 60 % d'huile[1], appelée huile de bancoulier. On appelle ces fruits noix de bancoulier.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Cet arbre est originaire de différentes zones de l'Asie tropicale (notamment la Malaisie) et de certaines îles du Pacifique (Indonésie, Nouvelle-Calédonie).

Il nécessite une humidité importante, et des températures tropicales, mais n'est guère exigeant sur la qualité du sol.

Utilisation[modifier | modifier le code]

C'est un arbre cultivé dans les pays tropicaux pour sa noix, pouvant être consommée grillée, mais leur usage principal est l'extraction à partir des graines d'une huile utilisée de différentes manières (éclairage, peintures, vernis gras, mastic à bois, pharmacopée...)

Les souches en décomposition de cet arbre abritent des vers comestibles appelés « vers de bancoule ».

L'arbre est très répandu dans les rues de Hong Kong car il y est utilisé comme arbre d’alignement.

Synonyme[modifier | modifier le code]

  • Jatropha moluccana L.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Juan-Alberto Rodriguez Pérez, Flore exotique dans les îles Canaries, Leon, Espagne, Editorial Everest,‎ 1990, 236 p. (ISBN 84-241-4668-9), p. 13

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes =[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :