Abbaye d'Averbode

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye d'Averbode
Image illustrative de l'article Abbaye d'Averbode
Abbaye d'Averbode (vue du sud)
Présentation
Nom local Abdij van Averbode
Culte Catholicisme
Type Abbaye
Rattachement Ordre des Prémontrés
Début de la construction 1134
Style dominant Architectures baroque et néoclassique
Site web www.abdijaverbode.be
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Département Drapeau du Brabant flamand Province du Brabant flamand
Commune Montaigu-Zichem
Coordonnées 51° 02′ 00″ N 4° 58′ 47″ E / 51.033318, 4.97976851° 02′ 00″ Nord 4° 58′ 47″ Est / 51.033318, 4.979768  

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Abbaye d'Averbode
Cour intérieure de l'abbaye, avec le palais abbatial (à gauche) et l'église abbatiale (au centre)

L’abbaye d’Averbode est un monastère prémontré situé dans la commune de Montaigu-Zichem (section d'Averbode), au nord-ouest de Diest, dans la province du Brabant flamand, en Belgique. Fondé au XIIe siècle, il fut supprimé en 1796 par les lois de sécularisation de la République française. Dès l’indépendance de la Belgique (1830) il reprit vie et est encore occupé par une large communauté de chanoines prémontrés.

Histoire[modifier | modifier le code]

Débuts et premiers siècles[modifier | modifier le code]

Vers 1131 Arnould, comte de Looz, invite des chanoines prémontrés de l’abbaye Saint-Michel d’Anvers à s’installer dans ce coin retiré de son comté. Il s’y trouve déjà une chapelle ancienne (1107) dédiée à saint Jean-Baptiste. Le site, non loin du Démer, est légèrement élevé et les terres sont fertiles. Les chanoines acceptent. La fondation date de 1131-1134. L’abbaye est exactement à la frontière du duché de Brabant et du comté de Looz (plus tard ‘Principauté de Liège'). Cette situation délicate lui crée souvent des problèmes. Elle a ses avantages également.

La croissance est rapide. Durant les XIIe et XIIIe siècles des donations de terres permettent aux chanoines de développer des centres agricoles et surtout d’assumer, comme le veut leur vocation de chanoines prémontrés, des responsabilités pastorales dans de nombreuses paroissedes environs. Une trentaine de paroisses au moins reçoivent à demeure des petits groupes de trois ou quatre chanoines. Dans le Province de Brabant (d’aujourd’hui) : Messelbroek, Rotselaar, Testelt, Wezemaal. Oostmalle et Veerle dans la province d’Anvers. Zolder, Brustem, Tessenderlo et Rummen dans le Limbourg, Quelques paroisses dans le Brabant-Septentrional (des Pays-Bas).

La première église est consacrée en 1194. La communauté féminine de chanoinesses prémontrées fondée parallèlement, quitte Averbode pour s’installer à Keizerbos. Elle disparaîtra lors de la révolution française.

Fondée au XIIIe siècle la bibliothèque de l’abbaye s’enrichit de livres théologiques (quelques auteurs profanes latins également), particulièrement nécessaire à la formation intellectuelle et pastorale des jeunes chanoines. En 1454 Jan Baudewijns reçoit les privilèges épiscopaux (il devient abbé ‘mitré’). En 1499 un grave incendie causé par la foudre détruit l’église et une partie des bâtiments monastiques. Elle est rapidement reconstruite par l’abbé Gérard van der Schaeft (1501-1532) mais les temps sont durs. L’abbaye est pillée quatre fois en un demi-siècle.

La situation s’aggrave au XVIe siècle avec les conflits et guerres religieuses qui ravagent les Pays-Bas méridionaux. Les chanoines ont leurs ‘refuges’ urbains à Saint-Trond et Diest, où ils se retirent lorsque la situation devient intenable. À la fin du XVIe siècle ils passent pas moins de trente ans hors de chez eux: de 1578 à 1604. En 1579, 12 chanoines meurent victimes de la peste bubonique. Ils ne sont plus que 28 en 1584.

Nouveau départ au XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

Finalement, en 1604 les prémontrés sont en mesure de réintégrer leur monastère... ou ce qu’il en reste! Sous l’impulsion de l’abbé Mathias Valentijns, considéré par les historiens comme le second fondateur d’Averbode, une grande restauration est entreprise. C’est l’époque de la réforme tridentine : la restauration est autant spirituelle que matérielle et intellectuelle. Le chroniqueur Gilles die Voecht rédige une histoire du comté de Looz qui fait autorité (XVIIe siècle). Les chanoines sont en rapport avec les bollandistes. L’abbaye fait œuvre de mécène dans les arts. La communauté s’élève de nouveau à 80 membres (1670).

Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, les abbés d’Averbode sont des bâtisseurs infatigables. Parmi eux : Servais Vaes (1647-1698) dont le nom reste attaché à la splendide église abbatiale édifiée de 1664 à 1672. Tous les bâtiments sont reconstruits durant ce XVIIIe siècle : cloître, bibliothèque, infirmerie, palais abbatial. Ce sont les bâtiments que l’on peut voir aujourd’hui.

Comme toutes les abbayes de la République française Averbode est sécularisée en 1796 par la loi. Cependant, au contraire d’autres, Averbode n’est pas moribonde: les chanoines sont encore au nombre de 92 lorsqu’ils sont chassés des lieux (1797) : 88 profès, dont une cinquantaine dans les paroisses environnantes, et 4 novices. Les biens sont vendus mais ne sont pas saccagés ou vandalisés (sauf le cloître).

Renaissance[modifier | modifier le code]

Dès que c’est possible, au début du XIXe siècle, quelques chanoines s’affairent à récupérer leur bien. Ce qui est fait en 1802 - Ignace Carleer est l’âme de cette initiative - et en 1803 Averbode devient paroisse. À cause de tracasseries anti-catholiques du pouvoir néerlandais ils ne peuvent réoccuper les lieux qu’en 1834, la constitution du nouveau royaume de Belgique accordant alors une liberté totale de religion et de culte. Sous la direction de Norbert Dierckx douze survivants de l’ancienne abbaye (ayant entre 61 et 86 ans) reprennent la vie canoniale à Averbode, malgré de grandes difficultés matérielles.

C’est un nouvel essor, faisant de l’abbaye un haut lieu de la pensée et de l’action catholique à la fin du XIXe et début du XXe siècle. Le père abbé Gommaire Crets (abbé de 1887 à 1942), plus tard abbé général de l’ordre de prémontré, en est une figure marquante. Les chanoines sont 60 à la fin du XIXe siècle.

Dans ce mouvement de rénovation catholique les chanoines se font éditeurs et imprimeurs : les éditions de la ‘Bonne Presse’ sont fondées en 1877. En 1930 quelque 230 000 exemplaires d’une vingtaine de périodiques différents, en flamand et en français, tels que la ‘Semaine d’Averbode’ et le ‘Petit Belge’ (pour ne parler que de la presse francophone) sortent de leurs presses. Cette activité s’est fort ralentie et la moitié de ces magazines (beaucoup d’entre eux pour la jeunesse) n’existe plus.

À la demande de Léon XIII un groupe de chanoines d’Averbode part en 1896 comme missionnaires au Brésil. C’est le point de départ d’un nouvel engagement de l’abbaye qui ne se ralentira pas durant le XXe siècle. En 1903 deux autres partent au Danemark.

En 1921 Averbode reprend comme ‘prieuré' l’abbaye de Bois-Seigneur-Isaac que quittent les prémontrés français de Mondaye rentrant dans leur pays, à la fin de leur exil en Belgique.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

  • L’église abbatiale, de style baroque, fut édifiée sous l’abbatiat de Servais Vaes, de 1664 à 1672. Elle remplace un édifice antérieur romano-gothique. Jan van den Eynde en est l’architecte et Corneille Lowies, le géomètre. Elle fut consacrée le 16 juillet 1672, fête de Saint Norbert, fondateur de l’ordre de Prémontré. À une seule nef, elle est construite en grès ferrugineux de la région. Une restauration complète de l’église eut lieu de 1969 à 1979.
    • L’élégante tour carrée de trois étages, achevée en 1700, domine la vallée du Démer passant à quelques kilomètres au sud de l’abbaye.
    • Les stalles du chœur sont l'œuvre de Octave Herry, artiste anversois.
    • Un splendide retable (dit Retable de la passion d’Averbode), fait de deux panneaux peints (à gauche: la Crucifixion, et à droite la Résurrection) avec partie centrale en bois finement sculpté (la Mise au tombeau) fut créé pour l’abbaye d’Averbode en 1514. L’abbé Nicolas Huybs, le commanditaire, est visible à gauche sur la prédelle. Ce retable se trouve à présent à la Halle aux bouchers (Vleeshuis) d’Anvers.
    • Les anciennes orgues construites par Guillaume Robustelly entre 1770 et 1772 ont été vendues en 1822 à l’église Saint-Lambert de Helmond aux Pays-Bas.
  • Le portail d’entrée de la propriété, datant du XIVe siècle est le plus ancien bâtiment de l’ensemble monumental. À gauche du portail se trouve le presbytère de la paroisse d’Averbode, construit en 1651.
  • La porte de Pikkel, construite en 1659 est la porte arrière de l’abbaye conduisant aux jardins et aux champs.
  • La buanderie, datant de 1623, est un des bâtiments anciens les mieux conservés de l’ensemble.
  • Le palais abbatial est un bâtiment de style néo-classique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]