2,5-diméthoxy-4-méthylamphétamine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir DOM.
DOM
Structure du DOM
Structure du DOM
Identification
Nom IUPAC 2,5-diméthoxy-4-méthylamphétamine

ou

1-(2,5-diméthoxy-4-méthylphényl)-2-aminopropane
No CAS 15588-95-1, 26011-50-7 (RS)
43061-13-8 (R)
43061-14-9 (S)
15589-00-1 (HCl)
Apparence poudre blanche
Propriétés chimiques
Formule brute C12H19NO2  [Isomères]
Masse molaire[1] 209,2848 ± 0,0117 g/mol
C 68,87 %, H 9,15 %, N 6,69 %, O 15,29 %,
Propriétés physiques
fusion 61 °C
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le 2,5-diméthoxy-4-méthylamphétamine ou DOM ou STP pour Sérénité-Tranquillité-Paix est une drogue hallucinogène psychédélique de la classe des phényléthylamines, parfois utilisé comme enthéogène.


Historique[modifier | modifier le code]

Il a été synthétisé pour la première fois par Alexander Shulgin.

Durant l'été 1967, des hippies distribuent gratuitement dans les rues de San Francisco des tablettes de STP initialement dosées à 20 mg. Les consommateurs, habitués aux drogues à action rapide pensaient qu'il s'agissait de faibles doses de LSD, ce qui conduisit à des surdosages sérieux. De nombreuses hospitalisations feront suite à cette distribution[2].

Le DOM est inscrit au Tableau I de la convention sur les substances psychotropes de 1971.

Chimie[modifier | modifier le code]

Le DOM a un atome de carbone chiral et possèdent donc deux énantiomères. Le (R)-DOM est la forme la plus active.

Effets[modifier | modifier le code]

Dans son livre PIHKAL (Phényléthylamines que j'ai connu et aimé), Shulgin indique un dosage psychédélique de 3 à 10 mg. L'absorption se fait par voie orale.

À faibles doses (1 à 2 mg), il est légèrement euphorisant et psychostimulant. À doses plus élevées (plus de 5 mg), il induit un état hallucinatoire (illusions, hallucinations, distorsion)[2].

Les effets durent de 8 à 24 heures pour une dose de 5 mg[2].

Outre les effets psychédéliques, les effets physiques peuvent être crispation de la mâchoire, nausées, vomissements, hyperthermie, hypertension artérielle[2].

Les études cliniques ont mis en évidence l'apparition d'une accoutumance en trois jours[2].

Comme tout produit psychédélique, son usage peut générer des bad trips.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a, b, c, d et e Michel Hautefeuille, Dan Véléa, Les drogues de synthèse, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? »,‎ 2002 (ISBN 2-13-052059-6)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]