Mos Def

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Yasiin Bey)
Aller à : navigation, rechercher
Mos Def
Description de cette image, également commentée ci-après

Mos Def à l'avant-première française de Soyez sympas, rembobinez diffusée à l'UGC Ciné Cité Les Halles, à Paris, le .

Informations générales
Surnom Mos Def, Mos Definite, Pretty Flaco, Flaco Bey, Yasiin Bey, Bey, Black Dante
Nom de naissance Dante Terrell Smith
Naissance (42 ans)
Brooklyn, New York, État de New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Rappeur, producteur
Activités annexes Acteur, activiste
Genre musical Hip-hop, rap East Coast
Années actives 1994 - 2016
Labels Rawkus Records, Geffen, Downtown Records, GOOD Music

Mos Def, aussi surnommé Yasiin Bey, de son vrai nom Dante Terrell Smith, né le à Brooklyn, New York, est un rappeur, acteur, et producteur américain[1]. Mieux connu pour sa musique, Mos Def se lance dans le hip-hop en 1994, aux côtés du groupe Urban Thermo Dynamics (UTD), puis participe à des albums de Da Bush Babees et De La Soul. Il forme ensuite le duo Black Star, avec le rappeur Talib Kweli, et participe à leur album homonyme en 1998. Il devient une force majeure du hip-hop underground au milieu des années 1990 pendant sa période au label Rawkus Records. En 1999, Mos Def publie son premier album solo, Black on Both Sides, aux labels Rawkus et Priority Records. Il est suivi de The New Danger (2004), True Magic (2006) et The Ecstatic (2009)[2].

Avant sa carrière musicale, Mos Def se popularise en tant qu'enfant acteur, jouant dans des séries télévisées, sitcoms, et pièces de théâtre, sous le nom de Dante Beze[3],[4]. À 14 ans, il joue dans le téléfilm God Bless the Child, diffusé sur ABC en 1988. Il joue aussi dans You Take the Kids,. En 1995, il joue le rôle de Dante dans The Cosby Mysteries. Depuis le début des années 2000, Mos Def se fait connaître dans des films comme Something the Lord Made, Next Day Air, The Hitchhiker's Guide to the Galaxy, 16 Blocks, Be Kind Rewind, Braquage à l'italienne, Bamboozled et Brown Sugar. En février 2016, il annonce via un message vocal destiné a Kanye West qu'il mettra un terme a sa carrière, après la sortie de son dernier album courant 2016.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Dante Terrell Smith est né à Brooklyn, New York, fils de Sheron Smith et Abdul Rahman[5]. Aîné de 12 enfants, il est élevé par sa mère à Brooklyn, tandis que son père réside dans le New Jersey[6]. Son père étant membre de la Nation of Islam et plus tard Imam Warith Deen Mohammed. Mos Def se convertit à l'islam à l’âge de 19 ans[7],[8].

Mos Def devient élève du Philippa Schuyler Middle School 383 à Bushwick où il devient acteur[6],[9]. De retour du tournage pour You Take the Kids à Los Angeles, et devenu le compagnon d'une fille plus âgée que lui, Mos Def abandonne ses études[6]. Il vit des expériences particulièrement traumatisantes pendant son enfance, et voit l'un de ses frères percuté par une voiture. Denard Smith (DCQ), âgé de cinq ans, que Mos Def décrit comme son « premier partenaire rappeur » reste dans le coma pendant 6 mois[9].

Débuts avec Rawkus et Black Star (1994–1998)[modifier | modifier le code]

Mos Def en 1999.

Mos Def se lance dans le hip-hop en 1994, formant le groupe UTD (ou Urban Thermo Dynamics) avec son frère DCQ (Jashiya Illson ; né Derente Smith) et sa sœur Ces[10]. En 2004, ils publient Manifest Destiny, leur seul album. Il contient plusieurs chansons inédites enregistrées pendant la période UTD[11].

En 1996, Mos Def se révèle comme artiste solo en collaborant avec De La Soul et Da Bush Babees, avant de sortir son premier single, Universal Magnetic, qui rencontre le succès dans le milieu underground du hip-hop américain. Mos Def signe avec le label Rawkus Records et forme le groupe Black Star avec Talib Kweli. Le duo publie un album, Mos Def and Talib Kweli are Black Star, en 1998[12]. Produit par Hi-Tek, l'album contient les singles à succès Respiration et Definition, qui deviendront deux des 100 meilleures chansons hip-hop sur VH1[13].

Black on Both Sides, The New Danger et True Magic (1999–2006)[modifier | modifier le code]

En 1999, Mos Def publie son premier album solo, Black on Both Sides, qui contient notamment le single Umi Says[14]. Il fait parallèlement des apparitions sur les compilations du label Rawkus Soundbombing et Lyricist Lounge qui contient le tube Oh No. Après l'effondrement de Rawkus, Mos Def et Talib Kweli signent chez Interscope.

En 2003, il apparaît dans le film Braquage à l'italienne, au côté de Mark Wahlberg. Mos Def publie ensuite son deuxième album, The New Danger, en 2004[15], puis son troisième et album, Tru3 Magic en .

La chanson Crime and Medicine est une reprise du single de GZA, Liquid Swords publié en 1995. Aussi, la chanson Undeniable reprend une version de la composition de Barrett Strong/Norman Whitfield, Message from a Black Man. La chanson Dollar Day utilise le même beat que le titre de Juvenile Nolia Clap[16].

GOOD Music et genèse de Yasiin Bey (2007–2011)[modifier | modifier le code]

En , il sort Mos Definite, un album regroupant des sons inutilisés sur ses précédents projets. En 2008, il partage un premier rôle dans le film Soyez sympas, rembobinez aux côtés de Jack Black, Danny Glover et Mia Farrow. En , il chante sur la chanson America avec Chali 2na et K'naan sur l'album Troubadour de K'naan. Le , il sort The Ecstatic, produit par le musicien français Mr. Flash. En , il collabore avec le groupe de rock/blues The Black Keys pour le projet Blakroc ; on l'entend dans On the Vista et Ain't Nothing Like You (Hoochie Coo).

En 2010, il chante sur les chansons Stylo et Sweepstakes, sur le troisième album studio du groupe Gorillaz, Plastic Beach. En , il signe sur le label GOOD Music créé par Kanye West[17]. En 2011, il effectue une prestation sur le plateau du show américain The Daily Habit de Fuel TV, avec le titre World Premiere, produit par Madlib. Il joue également dans le rôle de Frère Sam dans la saison 6 de Dexter pour cinq épisodes[18].

Retour de Black Star et de Mos Def (depuis 2012)[modifier | modifier le code]

Depuis 2012, Mos Def change de nom de scène et se fait appeler « Yasiin »[19]. Son premier projet sous ce nouveau nom, dont la forme complète est Yasiin Bey, est une mixtape de freestyles revisitant une quarantaine de hits hip-hop de ces dernières années sous un angle engagé. Le premier titre à être révélé est Niggas in Poorest, un freestyle sur l'instrumentale de Niggas in Paris de Kanye West et Jay-Z.

En 2015, Mos Def participe au deuxième album d'A$AP Rocky, At. Long. Last. ASAP sur le titre Back Home avec Acyde et A$AP Yams[20]. Il revient pour deux chansons en août 2015 : Basquiat Ghostwriter et Sensei on the Block[21],[22].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

En , il accepte d'être alimenté de force devant les caméras du réalisateur Asif Kapadia et ce, en signe de solidarité avec les détenus de Guantánamo alors en grève de la faim[23].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums collaboratifs[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Comme compositeur[modifier | modifier le code]

Comme producteur[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2005 : Black Reel Award du meilleur acteur dans un film indépendant pour The Woodsman[25]
  • 2008 : Black Reel Award du meilleur casting pour les acteurs de Cadillac Records

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Yasiin Bey Would Like You To Quit Calling Him Mos Def », sur The Awl,‎ (consulté le 15 mai 2014).
  2. (en) Jason Birchmeier, « Mos Def | Biography », AllMusic,‎ (consulté le 9 août 2014).
  3. (en) « Mos Def Digital Biography », sur HipHopScriptures (consulté le 16 juin 2014).
  4. (en) « IMDb: Mos Def », sur IMDb (consulté le 16 juin 2014).
  5. (en) Ali Asadullah, « You're Gonna Serve Somebody », Beliefnet,‎ (consulté le 11 mars 2012).
  6. a, b et c « The SPIN Interview: Mos Def », sur spin.com,‎ (consulté le 16 juin 2014).
  7. (en) « Muslims in America: Mos Def », Muslims in American Hip Hop (consulté le 29 juin 2014).
  8. (en) « You're Gonna Serve Somebody », Beliefnet,‎ (consulté le 29 juin 2014).
  9. a et b (en) « From Brooklyn to Bo-Kaap », sur RollingStone.co.za,‎ (consulté le 17 juin 2014).
  10. (en) « About Mos Def », sur MTV.com (consulté le 14 juin 2014).
  11. (en) « Manifest Destiny Overview », sur AllMusic,‎ (consulté le 14 juin 2014).
  12. (en) David Drake, « Review: Black Star at the House of Blues », Chicago Tribune,‎ .
  13. (en) TheSavvySista on 6:52 AM, « VH1's 100 greatest Hip-Hop songs », The-savvy-sista.com,‎ (consulté le 20 février 2011).
  14. (en) Steve Huey, « Black on Both Sides – Mos Def | Songs, Reviews, Credits, Awards », AllMusic,‎ (consulté le 9 août 2014).
  15. (en) « New Music Report: Mos Def's The Ecstatic », Rolling Stone.
  16. (en) « Album Review » (version du 12 janvier 2009 sur l'Internet Archive).
  17. « Mos Def signe sur le label de Kanye West, GOOD Music », 2Kmusic (consulté le 29 juin 2014).
  18. « Mos Def rejoint le casting de la saison 6 », Addicted to Dexter (consulté le 29 juin 2014).
  19. (en) « Mos Def to Retire the Name 'Mos Def' », sur Rolling Stone'' (consulté le 29 juin 2014).
  20. (en) « Back Home Lyrics », sur Genius (consulté le 8 octobre 2015).
  21. (en) « Watch Yasiin Bey's Graffiti-Filled Video for 'Basquiat Ghostwriter' », sur Rolling Stone (consulté le 8 octobre 2015).
  22. (en) « Yasiin Bey Revives 'Mos Def' Moniker for 'Sensei on the Block' », sur Rolling Stone (consulté le 8 octobre 2015).
  23. « Un rappeur dénonce l'alimentation forcée à Guantánamo », Le Point (consulté le 29 juin 2014).
  24. (en) « Yasiin Gaye: The Departure », Bandcamp.com (consulté le 29 juin 2014).
  25. (en) Distinctions - Internet Movie Database

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :