The Black Keys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

The Black Keys

Description de cette image, également commentée ci-après

The Black Keys au South by Southwest 2010.

Informations générales
Pays d'origine Akron, Ohio, États-Unis
Genre musical Blues rock, rock alternatif, garage rock
Années actives Depuis 2001
Labels Alive Records, Fat Possum Records, Nonesuch Records
Site officiel www.theblackkeys.com
Composition du groupe
Membres Dan Auerbach
Patrick Carney

The Black Keys est un groupe de blues rock américain originaire d'Akron dans l'État de l'Ohio[1],[2]. Le groupe est composé du chanteur et guitariste Dan Auerbach et du batteur Patrick Carney. Le nom du groupe provient d'un artiste schizophrène nommé Alfred McMoore que le duo connaissait et qui aurait laissé des messages incohérents sur le répondeur de leurs pères se référant à eux comme des «notes noires» quand il était en colère[3].

Le groupe a sorti son premier album The Big Come Up en 2002 sur le label indépendant Alive Records, label spécialisé en musique underground, fondé par le Français Patrick Boissel. En 2003, ils rejoignent le label de blues Fat Possum Records basé dans l'État du Mississippi et rencontrent le succès mondial avec l'album Thickfreakness.

The Black Keys rendent un hommage appuyé au défunt guitariste Junior Kimbrough qu'ils considèrent comme leur principale source d'inspiration. Ils ont d'ailleurs réarrangé nombre de ses morceaux, Do the Rump sur The Big Come Up ou encore Everywhere I Go sur Thickfreakness. En 2006, ils lui ont même consacré un mini album, Chulahoma, comprenant 6 reprises du guitariste.

L'album Brothers, sorti le 18 mai 2010, s'est vendu à plus d'un million d'exemplaires[2].

Leur dernier album, El Camino, est sorti le 5 décembre 2011[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Début et The Big Come Up (2001-2002)[modifier | modifier le code]

Le groupe sort son premier album, The Big Come Up, au début de l'année 2002. L'album est une jolie réussite pour un groupe de rock indépendant. Sont tirés de cet album deux singles, Leavin' Trunk et She Said, She Said. Les deux chansons sont des reprises : Leavin 'Trunk est un standard de blues traditionnel et She Said She Said est un titre des Beatles. La chanson I'll Be Your Man a été plus tard utilisée comme thème de la série "Hung" sur HBO.

Thickfreakness (2003)[modifier | modifier le code]

Le groupe sort Thickfreakness en avril 2003, qui a été enregistré dans la cave du batteur Patrick Carney en 14 heures sur un magnétophone 8 pistes. L'album a été reçu positivement par les critiques et a engendré trois singles : Set You Free, Hard Row et une reprise de Richard Berry (musicien) Have Love Will Travel. La reprise de Junior Kimbrough est, cette fois, Everywhere I Go.

Rubber Factory (2004)[modifier | modifier le code]

Le groupe revient en 2004 avec son troisième album, Rubber Factory, enregistré dans une usine désaffectée. L'album contient les singles 10 A.M. Automatic, 'Til I Get My Way, et Girl Is On My Mind. Il reçoit des critiques très positives.

Magic Potion (2006)[modifier | modifier le code]

Magic Potion est leur quatrième album, publié sur Nonesuch Records le 12 septembre 2006. Il est leur premier disque à ne contenir que du matériel original.

Attack & Release (2008)[modifier | modifier le code]

Attack & Release, le cinquième album du groupe a été produit par Danger Mouse et publié le 1er avril 2008. Le disque reçoit des critiques parfois partagées mais Rolling Stone le classe à la 83ème place des plus grands albums des années 2000.

La chanson "I Got Mine" est utilisé dans la BO du film Homefront en sorti en 2014.

Brothers (2010)[modifier | modifier le code]

Brothers est publié le 18 mai 2010, comprenant 15 chansons. L'album a été produit par les Black Keys et Mark Neill et a été mixé par Tchad Blake. Les singles Tighten Up (produit par Danger Mouse) et Next Girl permettent à l'album de rencontrer un vif succès commercial avec plus d'un million de copies vendues à ce jour. L'album est récompensé par l'award du meilleur album dans la catégorie musique alternative. Il est aussi classé à la seconde place du classement des meilleurs albums de 2010 par le magasine Rolling Stone.

El Camino (2011)[modifier | modifier le code]

Le septième album du groupe sort le 5 décembre 2011[4]. Les références à l'histoire du rock américain y sont nombreuses[5]. Porté par les singles Lonely Boy, Gold On The Ceiling et Little Black Submarines il est comme son prédécesseur un triomphe commercial, vendant plus de 200 000 copies la semaine de sa sortie aux États Unis et se classant 2ème au Billboard. En 2013 il reçoit l'award pour le meilleur album de rock.

Turn Blue (2014)[modifier | modifier le code]

Le 21 mars 2014, les Black Keys annoncent la sortie de leur huitième album Turn Blue via le Twitter du boxeur Mike Tyson. Ce disque paraît le 12 mai 2014. Il est produit par Danger Mouse. Turn Blue est précédé du single Fever dévoilé le 24 mars 2014[6].

Matériels[modifier | modifier le code]

Dan Auerbach utilise du matériel Vintage : Guitare Harmony h78 que l'on voit le plus souvent, une Harmony stratotone, une thunderbird 64, une Supro Coronado blanche, une national noir. Il se branche sur deux amplis; un Marshall et un fender.

Il utilise également une pédale fuzz "Big Muff" de chez Electro harmonix ou sovtek.

Les claviers sont aussi vintages : Rhode, orgue farfisa.

Membres du groupe[modifier | modifier le code]

Membres permanents[modifier | modifier le code]

  • Dan Auerbach – guitare, voix, basse, piano (2001–present)
  • Patrick Carney – Batterie, percussion (2001–present)

Musiciens de tournée[modifier | modifier le code]

  • Nick Movshon – basse (2010)
  • Leon Michels – Claviers, percussion (2010)
  • Gus Seyffert – basse, voix (2010–present)
  • John Wood – claviers, guitare, chœurs, percussion (2010–present)

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums Studio[modifier | modifier le code]

EPs[modifier | modifier le code]

Collaborations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphane Deschamps, « The Black Keys : en route pour la gloire », Les Inrockuptibles,‎ 8 décembre 2011 (lire en ligne)
  2. a et b Philippe Brochen, « The Black Keys à pleins tubes », Libération, Next,‎ 25 janvier 2012 (lire en ligne)
  3. (en) Jim Carney, « Akron artist Alfred McMoore dies; cried for people he never met », Ohio.com,‎ 28 septembre 2009 (lire en ligne)
  4. a et b Pierre Ancery, « C'est quoi, être blues en 2011? », Slate.fr,‎ 3 décembre 2011 (lire en ligne)
  5. « El Camino The Black Keys », 3230, sur Télérama,‎ décembre 2011
  6. The Black Keys: Fever, un nouveau morceau sans âme, Eléonore Prieur, Le Figaro, 25 mars 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :