Projet:Hip-hop/Lexique du hip-hop

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

B[modifier | modifier le code]

  • Babtou : blanc.
  • B-Boy : surnom utilisé pour représenter tout breaker (danseur de break-dance), désignant au départ ceux qui dansaient lors des block-parties de Kool Herc, fondateur du hip-hop.
  • Babylone : Babylone symbolise le système idéologique occidental passé et présent : la domination coloniale et raciale, les magouilles politicardes, le flicage, l'église de Rome, le travail, la propriété, etc.
  • Balnav : quelqu'un qui fait style / draguer.
  • Bar : de l'anglais pour mesure (exemple : « J'ai écrit seize bars »).
  • Battle : littéralement, « bataille » ; confrontation verbale entre deux rappeurs ou breakers.
  • Beatboxing : discipline où le corps, notamment la bouche, sert d’instrument. Le terme human beatbox signifie littéralement « boîte à rythmes humaine ».
  • Bédave : fumer.
  • Beef : embrouille, accrochage entre des personnes.
  • Bicrave : vendre (principalement de la drogue).
  • Bicraveur : dealeur.
  • Bling-bling : désigne les bijoux, l’accoutrement mais aussi le style ostentatoire et excessif du mode de vie des rappeurs matérialistes, en particulier dans le G-Funk et le crunk par exemple et le plus souvent dans le « mainstream rap ». Selon The Urban Dictionary, ce terme provient du jargon jamaïcain se référant à l'onomatopée des bandes dessinées.
  • Block : chrome obligatoirement réalisé de manière rectangulaire. Peut aussi désigner une cité HLM dans les pays anglo-saxons.
  • Block party : littéralement « fête de quartier ». Endroit où venaient se réunir tous les acteurs du hip-hop pour se défier dans la bonne humeur. La rue était fermée par des barricades pour empêcher les voitures de passer, et le DJ se branchait sur l'éclairage public.
  • Blaze : pseudonyme dont se servent les tagueurs ou les graffeurs pour signer.
  • Bomboclat : « fils de pute » en Jamaïcain.
  • Boogaloo : danse reposant sur des ondulations et des contractions du corps.
  • Bootleg : c'est un vinyle pirate.
  • Boo ya kah : signifie « super ».
  • Bouillave : baiser, faire l'amour, vient de l'argot gitan.
  • Bounty : se dit d'un noir qui veut devenir blanc. Ce terme est utilise en référence a la barre chocolatée fourrée de crème blanche du même nom.
  • Break dance : danse enchaînant des figures acrobatiques et des pas de danses.
  • Bishop : style vestimentaire consistant à porter son pantalon bas.

C[modifier | modifier le code]

  • Caillasse : argent, biff.
  • Carotte : arnaque.
  • Cess' / C.C : cocaïne.
  • Chacha : les chachas sont les sucker MC’s, les mauvais.
  • Chourave : voler.
  • Chnikave : sucer.
  • Chouf : signifie « regarde » en arabe.
  • Choker : verbe utilisé en battle et qui veut dire oublier son texte, avoir un trou de mémoire, crouler sous la pression.
  • Christian hip hop : hip-hop chrétien.
  • Chrome : lettrage réalisé en noir et chrome. Un "chrome" peut aussi désigner une arme à feu, par métonymie d'une armé chromée mais aussi une vente à crédit de drogue.
  • Clash : rap sous forme d'attaque moqueuse envers un adversaire.
  • Classique : chanson de rap "à l'ancienne" considérée comme un chef-d'oeuvre ou un modèle par les fans ou les autres rappeurs tant par ses textes que par son instrumentale.
  • Condé : commissaire de police, agent de sécurité ou flic.
  • Courave : bagarre.
  • Crate-digger : To dig in the crates (littéralement « creuser dans les caisses »). Allusion aux caisses dans lesquelles les disquaires entreposent les disques vinyles. Terme étroitement lié aux DJs et turntablists, les crate-diggers sont des fouilleurs de bac à disques, CD ou cassettes. Constamment à la recherche de la perle rare, souvent dans le but de la sampler, ils y dépensent beaucoup de temps et d'argent. Ce terme à une connotation puriste et underground car une grande partie du hip-hop commercial moderne ne sample pas (ou plus) au grand désarroi des passionnés qui voient le sample se faire remplacer par des sons de synthétiseur et plus encore dans le rap français (même underground), jugés sans grande noblesse, tandis que l'underground américain n'a, à part quelques exceptions, jamais cessé de sampler. Le collectif D.I.T.C. tient cet acronyme de Diggin' in the Crates.
  • Crew : littéralement, « équipe » ; groupe d’amis réunissant rappeurs, graffeurs, DJ, etc. Dans le domaine criminel, le terme désigne un gang. Synonyme anglophone : posse.
  • Criave : manger.
  • Crook : « escroc ». « He ain't a crook son, he's just a shook one... » (in Shook Ones de Mobb Deep), « You shook, cuz it ain't such thing as halfway-crook » (in Shook Ones part II de Mobb Deep).
  • Crunk : style de rap américain jouant sur des basses puissantes et des paroles répétitives.
  • Cul de chatte : femme, meuf.
  • Cut : « coupure » ; technique de DJ qui consiste à couper et rétablir très rapidement le volume, par à-coups, pour obtenir une rupture franche dans la musique.

D[modifier | modifier le code]

  • Daron : père.
  • Daronne : mère.
  • Darwha : foutre le bordel.
  • Diss : rap pendant lequel un rappeur prend un autre rappeur à partie en l'insultant.
    • Diss song : titre voué à insulter ou rabaisser un autre MC.
  • Dirty South : style de rap venu du sud des États-Unis souvent destinés aux clubs.

E[modifier | modifier le code]

  • Élitiste : amateur de rap qui n'écoute que du rap underground, peu connu et considère tout titre de rap ayant du succès comme de la bouse commerciale. Plus extrémiste que le puriste de base car ce dernier peut aimer un rappeur ayant du succès mais ayant des textes travaillés.
  • Ego trip : style de morceau de rap dans lequel le rappeur se met en valeur (au plan musical, financier, sexuel...) et cherche à se distinguer des autres MCs.
  • EP : un « extended play » est un format musical plus long qu'un single mais plus court qu'un album. Il s'oppose au  LP ou « long playing », qui correspond au format d'un album complet.

F[modifier | modifier le code]

  • Fanatik : gros consommateur de hip-hop, généralement très pointu.
  • Flow : façon dont un MC pose les syllabes par rapport au rythme, la qualité d'élocution et le groove qui requiert une certaine écriture et récitation en vers et donc une structure métrique. La trop grande constance dans le flow nuit au groove, au principe de renouvellement et à la musicalité à laquelle s'attache le MCing. Le flow est à différencier du style, bien que la nuance entre les deux puisse être ambiguë. Simple mot passe-partout que beaucoup utilisent sans vraiment savoir le définir, le flow est en réalité le pilier de la musicalité du emceeing et un art à part entière.
  • Fond : arrière-plan d'un lettrage.
  • Foolek : bonhomme, mec chaud.
  • Freaknik : ancien événement culturel étudiant à Atlanta (1982-1999).
  • Freestyle : à l'origine un texte de rap, dans lequel l'artiste n'a aucun thème précis à respecter. Sert aujourd'hui couramment à désigner une improvisation d'un MC (sur une beatbox, une version instrumentale donnée où même a cappella).

G[modifier | modifier le code]

  • G : diminutif de « gangsta » (se prononce « dji »)
  • G-Funk : forme adoucie du gangsta rap (Snoop Dogg, Warren G,…) essentiellement lancée par le rappeur/producteur Dr. Dre.
  • Game (rap) : le Rap Game désigne la compétition fictive et interminable menant au titre de boss du Rap Game.

Le but d'un rappeur dans le game est de vendre un maximum et d'être le maître de l'égotrip.

  • Graffiti : inscription calligraphiée ou dessin, tracé, peint ou gravé sur un support qui n'est normalement pas prévu à cet effet.
  • Guénave : danser.
  • Guérave : cacher quelque chose.
  • Guetter : regarder.

H[modifier | modifier le code]

  • Haram : contraire à la religion (Islam).
  • Hardcore (rap) : tendance dure et violente du rap aussi bien dans les textes que dans la musique (Public Enemy, Wu-Tang Clan, Kaaris, etc.).
  • Hatai : homosexuel.
  • Hezza : mec.
  • Hip-hop : regroupement de manifestations artistiques très liées entre elles autant sur le plan musical (rap), chorégraphique (break dance) ou graphique (tags, fresques,…) et formant un mode de vie à part entière.
  • Hip-hop alternatif : alternative aux thèmes et façons de faire trop récurrentes ou également fusion entre rap et diverses rythmiques souvent électroniques (Cypress Hill, Beastie Boys, etc.).
    • Hip-hopper : acteur du mouvement hip-hop.
  • Hood : de neighbourhood, voisinage : quartier natal d'un rappeur, quartier que le rappeur représente.
  • Hoody : de hood, capuche ; désigne un sweat-shirt à capuche.
  • Hustle (to) : se démener dans le but d'obtenir quelque chose (exemple : argent, femmes, popularité, renommée) ou acquérir de l'argent par des moyens pas toujours recommandables.
    • Hustler : littéralement « escroc », personne qui acquiert de l'argent par des moyens pas toujours recommandables.

I[modifier | modifier le code]

  • Indépendant (rappeur) : un rappeur est dit indépendant si son label n'est pas sous-traitant d'une major.

J[modifier | modifier le code]

K[modifier | modifier le code]

  • Kerave : embrasser.
  • Kerdave : vomir.
  • Kickeur : un kickeur est un bon rappeur, un rappeur technique
  • Kiffer : aimer, apprécier quelqu'un ou quelque chose.
  • Kisdé : flic.

L[modifier | modifier le code]

  • Locking : danse debout inspirée du disco.
  • Lové : argent.

M[modifier | modifier le code]

  • Maille : argent.
  • Mainstream : adjectif désignant le rap populaire et commercial, vendant beaucoup d’albums.
  • Major : les majors du disque sont les trois grandes maisons de disques. Sony, Warner et Universal couvrent 71% du bizness mondial de musique.
  • MC : abréviation de Master of Ceremony, en français on utilise parfois « Maître de cérémonie ».
  • Mic : le MIC est une abréviation de microphone prononcé avec l'accent US (« maïk »).
  • Mixtape : compilation regroupant plusieurs chansons provenant de plusieurs artistes ou d'un seul artiste. Cette compilation est mixée par un ou plusieurs DJs et généralement distribuée de main en main, souvent dans un but promotionnel.
  • Moucave : fermer sa bouche.

N[modifier | modifier le code]

  • Nachave : casse-toi.
  • Name dropping (le): littéralement "lancement de nom", est une pratique consistant à citer oralement durant un morceau des noms d'artistes, par référence ou hommage de manière générale.
  • Narvalo : de l'argot gitan, il y a 2 sens : 1er sens = fou. / 2e sens = pote.
  • Néo-puriste : terme inventé par le YouTubeur Maskey. Puriste qui encense un rappeur underground mais le dénigre dès qu'il devient connu, estimant que sa musique a baissé en qualité.
  • New Old School : la new old school est une nouveau courant de rap qui a fait son apparition mi-2011 avec l'envie de certains rappeurs de la new school de faire du son comme à l'époque old school, avec des beats d'époque, des lyrics d'époque. Ils veulent donc créer une musique actuelle, mais avec les bases du hip-hop old-school.
  • New School : pour le rap américain : deuxième génération de rappeurs (début des années 1990) venue après la vague pop commerciale. Pour le rap français, elle apparaît au début des années 2000 avec le gangsta-rap et se popularise avec la pop-rap, la trap...
  • Nikoumouk : signifie « nique ta mère » en arabe.

O[modifier | modifier le code]

  • O.G. : abréviation de Original Gangster. Gangster qui a fait ses preuves, contraire de B.G. (Baby Gangster).
  • Old School : pour le rap américain, première génération de MC (années 1980 et même milieu des années 1970). Pour le rap français, elle désigne les rappeurs de fin des années 80 à début des années 2000 (avec l'apparition du gangsta-rap en France).
  • O.P : opérationnel, OK.

P[modifier | modifier le code]

  • Pachave : dormir.
  • Pélo : un mec.
  • Peura : verlans de rap.
  • Pillave : boire, vient de l'argot gitan.
  • Phase : une ligne de texte.
  • Pull-up : indication utilisés en live, quand le rappeur demande à son DJ de couper le son. Les raisons d'un pull-up sont variées : l'artiste rate son live, un problème survient et l'artiste doit couper son morceau, etc.
  • Pop-rap : fusion entre pop et rap (Vanilla Ice, MC Hammer, etc.).
  • Posse : synonyme de crew : gang criminel ou groupe d'artistes.
  • Poucave : balancer, dénoncer, vient de l'argot gitan.
  • Punchline : une punchline c'est littéralement une « phrase coup de poing », le genre de phrase bien formulée qui laisse sans voix, souvent de belles métaphores, ou des jeux de mots grinçants. Elles peuvent se trouver partout : dans les BD's, dans les films, etc.
  • Puriste : amateur de rap dit "à l'ancienne", préférant le fond et les textes travaillés que la forme, détestant le rap actuel, l'Auto-Tune et le Game.

R[modifier | modifier le code]

  • Raquer : débourser, payer cher.
  • Rap : texte scandé, improvisé ou non, souvent rythmé par les platines du DJ.
  • Rap à l'eau : rap dilué, sans message : rap commercial.
  • Rap politique (ou rap conscient) : un rap conscient est un rap qui parle de problèmes politiques et/ou de société, un rap engagé en somme.
  • (une/la) Rapta : une cuite / de l'alcool
  • Rate : fille.
  • Rotka : arnaque.
  • Ruff neck : qui ne se laisse pas faire.
  • Running mate : nom donné aux activistes hip-hop pratiquant plus de deux disciplines (par exemple, MC et beatmaker, auteur et producteur : Large Professor, Erick Sermon, (D.I.T.C.), etc.). On s'éloigne ici du sens premier de l'expression qui, dans le domaine politique, désigne le colistier d'un candidat à une élection.

S[modifier | modifier le code]

  • Sample : échantillon sonore emprunté à un disque ou tout autre bande sonore pour être incorporé à une nouvelle composition. Le procédé est le sampling et la machine est le sampler.
  • Scratch : onomatopée ; bruitage effectué, par le DJ, grâce à la manipulation en avant et en arrière du disque vinyle.
  • Schmitt : flic.
  • Shlass : lame.
  • Skeud : verlan du mot disque.
  • Skit : intermède entre deux morceaux, souvent constitué de dialogues.
  • Swag : Le « swag » c'est en quelque sorte le style. Ceci dit, il peut être utilisé comme un verbe ou une interjection.

T[modifier | modifier le code]

  • Tag : signature simple du graffeur.
  • Tanqueray : marque de gin très prisée par les gangsta rappeurs.
  • Tchai : fille.
  • Tchaller, tchalav : être content.
  • Tchoy : mec.
  • Timinik : problème.
  • Tiser : boire.
  • Throw-up : tag auquel on donne du volume en traçant un contour direct. Aussi appelé « flop » en terme courant.
  • Thug : littéralement, un voyou. De la secte d'assassins éponyme, les Thugs.

U[modifier | modifier le code]

  • Underground[1] : de l'anglais signifiant littéralement « souterrain ». Adjectif désignant les hip-hoppers travaillant hors des circuits commerciaux (production indépendante, aucun recourt à la promotion, etc.). Désigne aussi plus généralement un style moins accessible, par opposition au mainstream.

W[modifier | modifier le code]

  • Wack MC (un) : de l'anglais weak qui signifie « faible », un Wack MC ou un MC Wack, ou même un Wack est un rappeur « qui craint », qui est mauvais, mais qui se vante d'être bon. Ceux à qui on reproche un manque de créativité ou ceux qui disent des trucs stupides.
  • Work song : chant de travail ; c'était là le seul chant autorisé pour les esclaves noirs durant leur labeur.

Y[modifier | modifier le code]

  • Y'a R : abréviation de « ici y'a rien ».

Notes et références[modifier | modifier le code]