Valaurie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Valaurie
Valaurie
Porte des remparts de Valaurie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Canton Grignan
Intercommunalité Communauté de communes Enclave des Papes-Pays de Grignan
Maire
Mandat
Luc Chambonnet
2014-2020
Code postal 26230
Code commune 26360
Démographie
Gentilé Valauriens, Valauriennes
Population
municipale
589 hab. (2015 en augmentation de 11,55 % par rapport à 2010)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 25′ 24″ nord, 4° 48′ 52″ est
Altitude Min. 80 m
Max. 290 m
Superficie 12,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Valaurie

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Valaurie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Valaurie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Valaurie

Valaurie est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Roussas Roussas Réauville Rose des vents
La Garde-Adhémar N Chantemerle-lès-Grignan
O    Valaurie    E
S
Clansayes

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Valaurie est accessible par la RD 541 depuis Grignan, et la RD 133 depuis Montélimar. Les deux aéroports les plus importants sont ceux de Lyon et Avignon. Les gare TGV les plus proches sont celle d'Avignon et de Valence.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Roussas, Chantemerle-lès-Grignan et Les Granges-Gontardes.

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le Berre, affluent du Rhône, ainsi que par l'un de ses affluent, la Vence.

Relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

M. de Coston tire l'étymologie de Valaurie, soit de Vallée d'or, Vallis aureae, à cause de sa verdure et de sa fertilité, soit de vallée venteuse (Aura) à cause des vents qu'une autre vallée perpendiculaire à la Berre, la vallée de la Vence, y entretient d'ordinaire ; soit enfin de vallée de l'eau, par suite de la présence du radical ur, Ura signifiant eau et pluie. 1291 : Castrum de Valauria, Valauria ; 1297 : Castrum de Valle Auria ; 1298 : Castrum Vallis Aureae ; 1352 : Castrum et territorim de Vallearea ; 1442 : Castrum de Valloria ; 1512 : Locus Vallisauree ; 1525 : Valaury ; 1777 : Valaurie.

Fait divers[modifier | modifier le code]

Juin 1997. Le GIGN enregistre sa première perte lors d'une opération menée contre un forcené retranché dans sa maison à Valaurie

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Municipalité[modifier | modifier le code]

Mairie de Valaurie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Jean-Paul Raba    
mai 2008 en cours
(au 22 janvier 2015)
Luc Chambonnet[1] DVG Fonctionnaire

Intercommunalité et syndicats intercommunaux[modifier | modifier le code]

Valaurie est l'une des 14 communes de la communauté de communes du Pays de Grignan[2]. La commune participe également à plusieurs autres syndicats intercommunaux :
SI Valrousse, en partenariat avec le village voisin de Roussas, pour la gestion du groupe scolaire commun[3] ;
SI Télévision (n'existe plus, il a été fusionné avec celui du département), pour la gestion de la réception télévisuelle sur le canton[4] ;
SI de la Berre, pour l'aménagement et la gestion de la Berre[5] ;
SI du Clavon, pour la gestion de la zone d'activité artisanale[6]
.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Valaurie est jumelée avec la ville italienne de Longare, en Vénétie. Le jumelage entre les deux villages date de 2001[7]. Plusieurs voyages culturels et sportifs sont organisés, chaque année[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2015, la commune comptait 589 habitants[Note 1], en augmentation de 11,55 % par rapport à 2010 (Drôme : +4,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
425359388501552604587572563
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
581609589607562545520503486
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
448423388325336330295304284
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
262269278365386508540528589
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'une des productions agricole de la commune est tourné vers la vigne et ses dérivés : grignan-les-adhémar. le domaine viticole Rozel, famille de vignerons depuis 1464, est présent sur le terroir communal depuis 1920. La famille Rozel est donc une des plus vieilles familles vigneronnes de la région et sans doute de France[13].

Industrie[modifier | modifier le code]

  • Distillerie Eyguebelle : confection de sirops et liqueurs[14].

Commerces et artisanat[modifier | modifier le code]

  • Le marché le dimanche matin place de l'Église.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le musée de la distillerie Eyguebelle fait découvrir l'histoire entreprise locale. Ce tourisme industriel, montre la fabrication de sirops et liqueurs depuis 1711[15].

Plusieurs types d'hébergement touristique sont présents sur la commune : hôtels, gîtes et chambres d'hôtes, camping à la ferme[16].

Vie Locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Valaurie dépend de l'académie de Grenoble. Les élèves de Valaurie débutent leur étude au groupe scolaire Valrousse, situé sur la commune de Roussas. Elle est composée de 4 classes de maternelle et primaire, pour un total de 94 élèves[17]. Elle est gérée conjointement par les deux communes, via le syndicat intercommunal Valrousse[18]. Les collèges et lycées les plus proches se situent à Saint-Paul-Trois-Châteaux, Pierrelatte et Montélimar.

Santé[modifier | modifier le code]

Services, équipements[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église catholique de Valaurie dépend du diocèse de Valence, doyenné de Taulignan[19].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François Jullien : Ce sculpteur allie la terre le verre et le métal dans ses dernières créations, dans son atelier de Valaurie. Il crée avec le peintre Hannah, résidant tous deux à Valaurie depuis les années 1970, le collectif d'artiste é mouvances propose des expositions dans le village.
  • Lucien Duc (1849-1915) : poète félibrige, né à Valaurie.
  • Michel Stiévenart (1910-1991) : sculpteur qui réalisera la sculpture du jardin de la mairie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]