Église Saint-Jean-Baptiste de Megève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Église Saint-Jean-Baptiste de Megève
Église de Megève 1.jpg
Présentation
Type
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Haute-Savoie
voir sur la carte de Haute-Savoie
Red pog.svg

L'église de Megève est une église située à Megève, en France[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église est située dans le département français de la Haute-Savoie, sur la commune de Megève.

Historique[modifier | modifier le code]

Des moines bénédictins originaire de l'abbaye de Saint-Michel-de-la-Cluse arrivent sur le territoire vers la fin du XIIe siècle[2], vers 1085[3]. Ils élevèrent un prieuré dédié à saint Jean le Baptiste[3].

L'église est agrandie au XIVe siècle[3]. La nef semble avoir été reconstruite vers la fin du XVIIe siècle (entre 1687 et 1692)[3]. Elle aurait été détruite par un incendie en 1728, et de façon sur le , avec notamment la destruction du clocher. Ce dernier sera restauré par le megévand Muffat de Saint-Amour[4] et reconstruit en 1809[3]. D'autres incendies frappèrent le village, mais sans affecter l'édifice. La façade de l'église est reconstruite en 1879[3].

En 1956, l'artiste Georges Gimel (1898-1962) réalise un chemin de croix émaillé avec des oxydes métalliques précieux[5]. L'année suivante, l'édifice fait l'objet d'une restauration complète sous la conduite de l'architecte Henry Jacques Le Même, avec la collaboration de l'architecte savoyard Maurice Novarina[3].

L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques en 1988[1].

Description[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Il reste quelques traces de l'édifice de 1202[4].

La décoration intérieure fut confiée au peintre Italien Mucengo datant après 1827. Endommagée par l'humidité, elle est restaurée en 1859 par le peintre FerrarisJ.B Ferraris[6],[7]..

Les cloches[modifier | modifier le code]

L'église est dotée de 11 cloches, formant un carillon :

  • La plus grosse cloche de l'ensemble (Bourdon) pèse 3 000 kg (environ), coulée en 1886 par les frères Georges et Francisque Paccard[8], elle sonne le Si Bémol 2, et fait partie d'une des plus grosses cloches du département.
  • La deuxième cloche, pèse 2 000 kg , coulée en 1825 par Frèrejean Louis et Claude Paccard, elle sonne le Do3.
  • La troisième cloche en volée, pèse 1200 kilos, date aussi de 1825 par Frèrejean et Paccard, elle sonne le Mib3.
  • La quatrième cloche, de mêmes fondeurs et date, pèse 950 kg pour un Fa3
  • La dernière en volée, classée Monument-Historique, date de 1783 par les frères Lièvremont, de Pontarlier (Doubs). Elle pèse 650 kg et sonne le Sol3.
  • La sixième cloche, fixe (seules 5 sont en volée) date de 1924 par Alfred Paccard, pèse 400 kg pour un La3.
  • La septième cloche, pèse 300 kg , sonne un Sib3, signée Paccard en 1886.
  • Les cloches 8,9 et 10 datent de Paccard en 1896, pèsent autour de 300 kg, et sonnent le Do, Ré, Mib (octave 4).
  • La dernière se trouve sur le clocheton, du clocher. Et sonne un Mib4 faux (braillard).

Protections[modifier | modifier le code]

Le clocher du XIXe siècle est protégé[7]. Protection également pour un bénitier du XVIIIe siècle[9].

Processions[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, au deuxième jour des Rogations, la procession de Megève va à la rencontre de celle de Combloux pour se diriger vers l'église Saint-Nicolas de Combloux. Le lendemain, les deux processions reprennent mais cette fois pour se rendre à l'église Saint-Jean-Baptiste de Megève[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Église », notice no PA00118407, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Michelle Leroy et Geneviève de Montleau, En Beaufortain et Val d'Arly : Sur les Chemins du Baroque, La Fontaine de Siloé, , 190 p. (ISBN 978-2-8420-6108-1), p. 165.
  3. a b c d e f et g Inventaire général du patrimoine culturel de la région, 1996, p. 1.
  4. a et b Faucigny 1980, p. 522-523.
  5. Roger Devos, Pierre Pelou, L'arbre et le paysage : L'itinéraire d'un postier rouergat (1907-1981), Éditions L'Harmattan, , 165 p. (ISBN 978-2-2965-6462-6), p. 93.
  6. Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé, , 399 p. (ISBN 978-2-8420-6374-0), p. 365.
  7. a et b « Église Saint-Maurice », notice no PA00118407, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  8. Charles Socquet, Megève et son passé, France Couleur, , 380 p., p. 183.
  9. Notice no PM74000258, base Palissy, ministère français de la Culture.
  10. Roger Devos et Charles Joisten, Mœurs et coutumes de la Savoie du Nord au XIXe siècle : l'enquête de Mgr. Rendu, vol. Mémoires et documents, Volumes 87 à 88, Académie salésienne, , 502 p. (ISBN 978-2-9011-0201-4), p. 91.