Viaduc des Égratz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Viaduc des Égratz
Le viaduc des Egratz en juillet 2009
Le viaduc des Egratz en juillet 2009
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Commune Passy
Coordonnées géographiques 45° 55′ 13″ N, 6° 43′ 41″ E
Fonction
Franchit l'Arve et une centrale hydroélectrique
Fonction pont routier entre Passy et Servoz
(Route express entre Le Fayet et Les Houches)
Caractéristiques techniques
Type Pont en poutre-caisson[1]
Longueur 1 470 m
Portée principale 49 m
Largeur 11,20 m
Hauteur 68 m
Matériau(x) Béton armé - béton précontraint
Construction
Construction 1977 - 1981
Inauguration décembre 1981
Mise en service 1982
Maître(s) d'œuvre DDE de Haute-Savoie
Maître d'ouvrage Ministère des Transports (France)
Entreprise(s) Grands Travaux de Marseille (GTMBTP)

Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Auvergne-Rhône-Alpes)
Viaduc des Égratz

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Viaduc des Égratz

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Viaduc des Égratz

Le viaduc des Égratz est un viaduc routier situé sur la RN 205 à Passy en Haute-Savoie. Cette voie express construite en 1977 et inaugurée en 1981 était destinée à dédoubler l'ancienne route construite à flanc de montagne et faciliter ainsi la circulation entre la nouvelle autoroute A40 (Mâcon / Le Fayet, également appelée autoroute blanche) et le tunnel du Mont-Blanc[2], ouvert à la circulation en 1965. Le viaduc est emprunté par la voie express montante tandis que l'ancienne route, aujourd'hui à sens unique, sert de chaussée descendante.

Description[modifier | modifier le code]

Haute-vallée de l'Arve depuis Tête Noire, hauteurs de Cordon. Au centre le viaduc qui permet d'accéder à la vallée de Chamonix.

Le viaduc des Égratz, qui est l'un des trois ouvrages de la voie rapide longeant la vallée de l'Arve, relie la plaine du Fayet à l'éperon des Égratz. Il est formé de quatre tabliers comportant chacun 6 travées, sauf le dernier (12 travées). Chacun de ces tabliers est une poutre continue en béton précontraint. Ils ont été construits avec un cintre auto-lanceur.

Les piles, qui sont des tubes creux à section hexagonales, sont fondées tantôt sur semelles superficielles, tantôt sur des puits.

Le caisson des tabliers est d'une hauteur constante.


Curiosité[modifier | modifier le code]

Le projet de construction de ce viaduc prévoyait son utilisation dans le sens de la descente. Tous les ouvrages de liaisons ont été réalisés dans ce sens jusqu'au jour du contrôle de résistance, opération qui consiste à charger l'ouvrage avec des camions chargés. Une personne assistant à l'essai émis l'idée (saugrenue !) qu'un poids lourd puisse avoir une avarie de freinage et posa la question aux responsables de la DDE sur ce qu'il adviendrait sachant qu'en contrebas une usine classée Seveso était en activité.

Il fut alors décidé sur le champ que le viaduc serait utilisé dans le sens de la montée et que la route nationale serait adaptée pour être utilisée en double voie descendante. Les accès ont été rapidement modifiés en conséquence. L'ouverture à la circulation a été repousse de quelques mois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]