Tombebœuf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tombebœuf
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Villeneuve-sur-Lot
Canton Le Livradais
Intercommunalité Communauté de communes Lot et Tolzac
Maire
Mandat
Jean Bolzon
2014-2020
Code postal 47380
Code commune 47309
Démographie
Gentilé Tombebœuvois
Tombebœuvoises
Population
municipale
465 hab. (2014)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 30′ 28″ nord, 0° 27′ 08″ est
Altitude Min. 57 m
Max. 152 m
Superficie 18,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Tombebœuf

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Tombebœuf

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tombebœuf

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tombebœuf

Tombebœuf est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Tombebœuf
Laperche Lavergne Montignac-de-Lauzun
Tourtrès Tombebœuf Villebramar
Coulx Montastruc

Toponymie[modifier | modifier le code]

Pas de forme ancienne disponible.

Selon une légende, Tombebœuf doit son nom au pape Clément V d’Avignon. Pas de raison probante pour voir dans le premier élément le bas latin tumba « tumulus », ancien nom par exemple du Mont-Saint-Michel.

Par contre, il s'agit vraisemblablement d'un des nombreux noms de lieux basés sur le nom du bœuf. Albert Dauzat et Charles Rostaing[1] y voient un « tombe bœuf » métaphore désignant un abattoir. Il a la même signification que les différents Écorchebœuf et Tubœuf du nord de la France, ainsi Écorchebœuf à Sauqueville et à Lassy (Normandie) sans aucun rapport avec les noms en -beuf d'origine norroise de la même province ou encore Écorchebœuf à Gron (Cher, Pratum que dicitur Escorcheboue 1164).

Cette analogie est aussi motivée par les nombreuses métaphores basées sur le nom du bœuf que l'on trouve partout en France, de même dans le Sud-Ouest les nombreux Écornebœuf et Escornebœuf qui présentent tous des formes anciennes du type Escornabou, Scornaboue basées sur des formations occitanes signifiant précisément « écorne bœuf ».

Le nom du hameau de Malbec est un archétype commun dans le Midi de la France sous les formes Maubec ou Malbec référencées par Ernest Nègre[2] cf. Maubec (Vaucluse, Malbec 1269), Maubec (Isère, Malumbeccum 1200). À noter que l'occitan mal « mal, mauvais » est souvent associé à des appellatifs toponymiques tels que -bosc (cf. Malbosc, Ardèche), -mort (au sens de « défilé, passage » cf. Malmort, Corrèze ou Mallemort, Bouche-du-Rhône). L'élément -bec s'explique par l'occitan bèc « bec » d'origine bas latine beccum.

Le sens général est « mauvais relief », « mauvaise pente, difficile à monter » et par extension « château sur un relief ». Ce nom correspond bien à la situation de Malbec.

Histoire[modifier | modifier le code]

Tombebœuf est un ancien oppidum sur lequel on a trouvé un atelier de taille de silex.
Ce territoire appartint à la famille de Caumont du XIIIe siècle au XVIe siècle

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2001 François de Richemont[3]    
mars 2001 en cours René Corradini   Boucher retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 465 habitants, en augmentation de 4,49 % par rapport à 2009 (Lot-et-Garonne : 1,06 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 110 765 867 883 974 991 948 898 925
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
953 970 938 887 928 933 918 867 832
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
796 770 742 662 653 706 662 596 613
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
588 545 484 417 450 424 441 467 465
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Fontaine Louis-XIV.
  • Ruines du château de Tombebœuf (XIIe siècle).
  • Église Notre-Dame : L'église a été une dépendance de l'abbaye de Clairac de la seconde moitié du XVe siècle jusqu'à la Révolution. Elle a été construite sur une terrasse, avec un portail du XVe siècle et clocher du XIIIe siècle. L'église est en mauvais état en 1597 et doit être restaurée. Une chapelle est ajoutée en 1614. Le nef est restaurée au XIXe siècle. Ephraïm Pinètre, architecte à Agen, a proposé en 1903 un projet de construction de la sacristie. Il est peut-être intervenu sur la construction de la tribune[8].
  • Église Saint-Martin au lieu-dit Allemans[9].
  • Maison à empilage au lieu-dit Moulin de la Ville[10].
  • Lac en contrebas du village.
  • Le Vieux-Chêne, classé aux Arbres remarquables de France, avec 36 m d'envergure.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud 1979. p. 679.
  2. Toponymie générale de la France, Librairie Droz 1998. p. 1480.
  3. MairesGenWeb
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Visites en Aquitaine : Église Notre-Dame
  9. Visites en Aquitaine : Église Saint-Martin
  10. Visites en Aquitaine : Maison à empilage du Moulin de la Ville
  11. « Richemont (Louis-Gustave-Adolphe Lemercier de Maisoncelle-Vertille, vicomte de) », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition] [texte sur Sycomore]