Monbahus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monbahus
Vue générale.
Vue générale.
Blason de Monbahus
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Villeneuve-sur-Lot
Canton Le Haut agenais Périgord
Intercommunalité Communauté de communes Bastide et Châteaux en Guyenne
Maire
Mandat
Jean-Marie Gary
2014-2020
Code postal 47290
Code commune 47170
Démographie
Gentilé Monbahusiens
Population
municipale
606 hab. (2015 en diminution de 3,66 % par rapport à 2010)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 32′ 57″ nord, 0° 32′ 09″ est
Altitude 191 m
Min. 67 m
Max. 190 m
Superficie 31,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Monbahus

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Monbahus

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Monbahus

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Monbahus

Monbahus est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de Guyenne située à 7,5 km à l'ouest de Cancon et 28 km au nord-ouest de Villeneuve-sur-Lot.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Monbahus[1]
Montignac-de-Lauzun Monviel
Tombebœuf
(sur 100 m)
Monbahus Moulinet
Villebramar Montastruc Beaugas,
Pinel-Hauterive
(par un quadripoint)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le Tolzac, affluent de la Garonne, ainsi que par le Tolzac de Verteuil, le Tolzac de Mangane, le ruisseau de Salembert et le ruisseau de la Maure.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Monbahus est un carrefour routier modeste mais non négligeable. Le flux de circulation provenant de Fumel et Cancon par la RD 124 s'y divise en deux, vers Marmande d'une part, vers Miramont-de-Guyenne et Lauzun de l'autre.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a été chef-lieu de canton durant la Révolution.

Comme beaucoup de bourgades du Bassin aquitain de population réduite, Monbahus garde de son passé un aspect pratiquement urbain, mais à petite échelle. Les fonctions de commerce et de services, qui n'ont pas bénéficié à date récente d'un statut administratif avantageux, ont davantage périclité que dans les agglomérations comparables qui sont restées chef-lieux de canton.

Il existait au lieu-dit Gondon une abbaye cistercienne qui a été fermée à la Révolution et dont il n'en reste aucun bâtiment. Cette abbaye possédait la forêt de Gondon qui a été l'objet d'un conflit avec la Maîtrise des Eaux et Forêts de la province de Guyenne au XVIIIe siècle concernant sa gestion[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1992 mars 2014 Raymond Lanxade   Retraité
mars 2014 en cours
(au 30 avril 2014)
Jean-Marie Gary    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2015, la commune comptait 606 habitants[Note 1], en diminution de 3,66 % par rapport à 2010 (Lot-et-Garonne : +0,69 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 355 1 126 1 493 1 456 1 609 1 633 1 638 1 624 1 634
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 560 1 551 1 625 1 576 1 560 1 525 1 510 1 338 1 264
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 235 1 221 1 226 1 010 1 027 1 028 994 1 043 1 035
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
947 863 729 709 695 642 660 629 606
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Le maximum démographique a été atteint en 1841 avec 1638 habitants. Le minimum fut atteint en 1999 avec 642 habitants. En 2006 la population était de 660 habitants.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Monbahus Blason De gueules au léopard d’or accompagné de deux meules de moulin d’argent, une en chef et une en pointe[7].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Pierre Buffault, L'abbaye de Gondon et la Maîtrise des Eaux-et-Forêts , p. 92-100, Revue de l'Agenais, 1929, tome 56 (lire en ligne)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. Cercle Héraldique, Généalogique et Historique du 47