Steve Sem-Sandberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Steve Sem-Sandberg
Steve Sem-Sandberg 02.JPG
Fonction
Fauteuil 14 de l'Académie suédoise
à partir du
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (62 ans)
OsloVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Programme international d'écriture de l'Iowa (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Membre de
Genres artistiques
Distinctions

Steve Sem-Sandberg, né le à Oslo en Norvège, est un journaliste, romancier et traducteur suédois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses parents, norvégiens, installés aux États-Unis de 1953 à 1958, s'installent en 1958 à Vendelsömalm (Haninge), banlieue de Stockholm, comté de Stockholm, où il grandit.

Il travaille un certain temps à la bibliothèque technique de la société Ericsson, pour qui travaille également son père.

Steve Sem-Sandberg est d'abord journaliste, pour des quotidiens suédois sérieux, le Svenska Dagbladet (1995-2008) et, depuis 2008, pour le Dagens Nyheter. Il collabore aussi à des revues spécialisées, notamment dans les magazines littéraires Vår Lösen et Vinduet, où il a signé des articles sur Birgitta Trotzig, Marguerite Yourcenar, Katarina Frostenson.

Il commence sa carrière de romancier en 1976 avec deux textes de science-fiction : Sländornas värld et Sökare i dödsskuggan.

Sans renoncer à la fiction, il donne, à partir de 1987, dans le roman historique, ou roman-documentaire non fictionel, avec la publication de De ansiktslösa (Littéralement : Les Sans-visage).

Tre romane (Trois Romans, 2011) est la reprise cohérente de trois romans déjà publiés sur des personnages féminins : Ulrike Meinhof (1934-1976) (Theres, 1996), Lou Andreas-Salomé (1861-1937) (Allt förgängligt är bara en bild - littéralement : Tout ce qui est passager n'est qu'une image -, 1999) et Milena Jesenská (1896-1944) (Ravensbrück, 2003).

Il est lauréat du prix Dobloug en 2005.

Son roman De fattiga i Łódź, traduit en français sous le titre Les Dépossédés, publié en 2009, reçoit deux prix littéraires suédois, l'Augustpriset et le Grand prix des Neuf. Ce roman, traduit en français chez Robert Laffont en 2011, traite du personnage de Chaim Rumkowski et la vie dans le ghetto de Łódź pendant la Seconde Guerre mondiale. Finaliste pour le prix Médicis Étranger en 2011 et le prix Jan-Michalski de littérature en 2013, obtient le prix Transfuge du meilleur poche étranger en 2015.

Les Élus (De utvalda, 2014), qui évoque l'euthanasie des enfants sous le Troisième Reich, reçoit, en 2016, le prix Médicis étranger et le Prix Gerard-Bonnier (de).

En parallèle à son activité d'écrivain et de journaliste, il est également traducteur, notamment de John Berger et de Jon Fosse.

Il reçoit le prix de l'Académie suédoise en 2016.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Sländornas värld (1976)
  • Sökare i dödsskuggan (1976)
  • Menageriet (1977)
  • Carina : en kärleksroman (1978)
  • Glasets färger (1979)
  • De ansiktslösa (1987)
  • I en annan del av staden (1990)
  • Den kluvna spegeln (1991)
  • En lektion i pardans (1993)
  • Theres (1996), roman historique
  • Allt förgängligt är bara en bild (1999), roman historique
  • Prag (no exit) (2002), recueil d'essais et de textes critiques
  • Ravensbrück (2003), roman historique
  • Härifrån till Allmänningen (2005)
  • De fattiga i Łódź (2009) – Augustpriset et Grand prix des Neuf 2009
    Les Dépossédés, traduit par Johanna Chatellard-Schapira, Paris, Éditions Robert Laffont, coll. « Pavillons », 2011, 587 p. (ISBN 978-2-221-11601-2) ; réédition, Paris, 10/18, coll. « Littérature étrangère » no 4886, 2015 (ISBN 978-2-264-05288-9)
  • Tre romane (2011), réédition en un seul volume des romans de 1996, 1999 et 2003
  • De utvalda (2014) – Prix Médicis étranger 2016
    Les Élus, traduction par Johanna Chatellard-Schapira et Emmanuel Curtil, Paris, éditions Robert Laffont, coll. « Pavillons », 2016, 550 p. (ISBN 978-2-221-14635-4) ; réédition, Paris, 10/18, coll. « Littérature étrangère » no 5192, 2017 (ISBN 978-2-264-07097-5)
  • Stormen (2016)
    Lettres de pluie, traduction par Johanna Chatellard-Schapira, Paris, Éditions Robert Laffont, coll. « Pavillons », 2019, 288 p. (ISBN 978-2-221-21515-9) ; réédition, Paris, 10/18, coll. « Littérature étrangère » no 5613, 2020 (ISBN 978-2-264-07506-2)

Sur quelques ouvrages[modifier | modifier le code]

Les Dépossédés[modifier | modifier le code]

Le rêve du Président : Un État juif sous autorité allemande où la liberté a été gagnée honnêtement au prix d'un dur labeur p. 22.

Les Élus[modifier | modifier le code]

Le roman historique traite de l'eugénisme sous le régime nazi, pour l'euthanasie des enfants sous le Troisième Reich, Aktion Brandt (de), suite de l'Aktion T4 (1939-1941), et uniquement pour l'établissement Spiegelgrund (en) au Steinhof, à Penzing (Vienne) en Autriche, où 800 enfants environ ont été médicalement éliminés entre 1941 et 1944.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]