John Berger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir John Berger (fondeur).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berger (homonymie).
John Berger
Description de cette image, également commentée ci-après

John Berger (Strasbourg, 2009)

Naissance (88 ans)
Londres, Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Anglais britannique

John Berger, né le à Londres, est un écrivain engagé, romancier, auteur de nouvelles, poète, peintre, critique d'art et scénariste britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

John Berger vit en France à Quincy, petit hameau de Mieussy, Haute-Savoie. Il est le père du cinéaste Jacob Berger, du peintre Yves Berger et de Katya Andreadakis.

Il obtient le Booker Prize et le James Tait Black Memorial Prize en 1972 pour son roman G.

Il est membre d'honneur de la Société des auteurs savoyards depuis 1992 et membre de l'Académie des arts de Berlin depuis 1993[1].

Il reçoit en 2006 la Médaille d'Or du Círculo de Bellas Artes (Espagne)[2].

Il est membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine dont les travaux ont commencé le 4 mars 2009.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • La Réussite et l'échec de Picasso, Denoël, 1968.
  • Art et révolution, Denoël, 1970.
  • G, éditions de l’Olivier, 1972. Traduction d’Elisabeth Motsch.
  • Le Septième Homme, photographies de Jean Mohr, François Maspero, Voix, 1976 - rééd. Fage, 2010.
  • Voir le voir, Alain Moreau, 1976.
  • Un peintre de notre temps, François Maspero, Voix, 1978.
  • L'Air des choses, François Maspero, 1979.
  • La Cocadrille, une classe de survivants, Le Mercure de France, 1981. Réédition chez Champ Vallon/La Fontaine de Siloé en 1990 et au Seuil, Points en 1996.
  • Une autre façon de raconter, photographies de Jean Mohr, Éditions de la Découverte, Voix, 1981 - rééd. L'écarquillé, 2014.
  • Question de géographie, avec Nella Bielski, Éditions Jeanne Laffitte, 1984.
  • Grande Ourse dans la nuit d'hiver (précédemment paru sous le titre La Cocadrille), Curandera (Suisse), 1986.
  • Le Dernier Portrait de Francisco Goya, le peintre joué aujourd'hui, avec Nella Bielski, Champ Vallon, 1989.
  • Joue-moi quelque chose, Champ Vallon/Curandera, 1990. Réédition au Seuil, Points, en 1996.
  • Et nos visages, mon cœur, fugaces comme des photos, Champ Vallon, 1991.
  • Flamme et Lilas, Champ Vallon/La Fontaine de Siloé, 1992. Réédition au Seuil, Points, en 1996.
  • Calling out, poèmes et chroniques, Paroles d’Aube, 1993.
  • Drawings',' poèmes et chroniques, Pierre Fanlac, 1994.
  • Au regard du regard, L’Arche éditeur, 1995.
  • Fidèle au rendez-vous, recueil, Champ Vallon (1996). Traduction de Michel Fuchs et Mireille Gouaux.
  • Qui va là ?, Éditions de l’Olivier, 1996. Traduction de Elisabeth Motsch.
  • Dürer, Taschen, 1996.
  • King, Éditions de l’Olivier, 1999.
  • Photocopies, recueil (1999), Éditions de l’Olivier.
  • L'Oiseau blanc, Champ Vallon, 2000.
  • La Forme d'une poche, essais traduits de l'anglais par Michel Fuchs, Fage éditions, 2003.
  • Titien, la nymphe et le berger, avec Katia Berger Andreadakis, Fage éditions, 2003.
  • D'ici là, Éditions de l’Olivier, 2006.
  • Écrits des blessures : poèmes, dessins d’Yves Berger, Temps des Cerises, 2007, édition bilingue
  • De A à X, Éditions de l’Olivier, coll. Littérature étrangère, 2009. Traduction de Katya Berger Andreadakis.
  • Un métier idéal : Histoire d’un médecin de campagne, photographies de Jean Mohr, Éditions de l’Olivier, coll. Littérature étrangère, 2009. Traduction de Michel Lederer.
  • Tiens-les dans tes bras, essai, Le Temps des Cerises, 2009.
  • La Tenda Rouge de Bologne, dessins de Paul Davis, récit-promenade, Quidam Éditeur, coll. Made in Europe, 2009. Traduction de Pascal Arnaud.
  • Dans l'entre-temps, réflexions sur le fascisme économique, 24 pages, Indigène Éditions, collection : "Ceux Qui Marchent Contre Le Vent", mars 2009. Traduction de Jacques Crossman.
  • Le blaireau et le roi, avec Yves Berger, Éditions Héros-Limite et Fondation Facim, 2010.
  • Pourquoi regarder les animaux ?, anthologie de neuf récits, essais et poèmes écrits de 1971 à 2009, Éditions Héros-Limite, 2011.
  • Cataract, avec illustrations de Selçuk Demirel, 65 pages, Nothing Hill Éditions, 2011.
  • Le carnet d’esquisses de Bento, trad. de Pascal Arnaud, Éditions de l’Olivier, 2012
  • Rondo, avec Yves Berger, trad. de Katya Berger-Andreadakis, Éditions de l’Olivier, 2015

Cinéma (scénariste)[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • 1972 : Ways of seeing. Série de la chaîne BBC composée d'essais audiovisuels qui soulèvent des questions liées aux idéologies cachées des images visuelles. La série a donné naissance à un livre du même nom écrit par John Berger et sorti en 1976 en France sous le titre Voir le voir
  • 2010 : Les vivants et les morts de Gérard Mordillat (lui-même)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Dans Le Monde diplomatique, auquel John Berger collabore régulièrement :