Chaim Rumkowski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mordechai Chaim Rumkowski
Rumkowski testing soup.JPG

Rumkowski goûtant de la soupe au ghetto de Łódź.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
AuschwitzVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Lieu de détention

Chaim Mordechai Rumkowski né le en Russie et décédé le est un homme d'affaires juif polonais placé par les nazis à la tête des autorités juives du ghetto de Łódź.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant l'invasion de la Pologne par l'Allemagne nazie, Rumkowski dirige un orphelinat. Le , les autorités nazies le désignent à la tête des autorités juives du ghetto de Łódź. À ce poste, Rumkowski relève directement de l'administration nazie du ghetto dirigée par Hans Biebow mais est responsable, entre autres, du travail, de la nourriture, du logement et du service de santé au sein de celui-ci. Il intensifie bientôt son pouvoir tandis qu'il transforme le ghetto en un complexe industriel, convaincu que la productivité des juifs assurera leur survie. L'argent du ghetto, surnommé Rumki, parfois Chaimki dérive de son nom comme il l'avait souhaité[1] et des timbres-poste du ghetto sont imprimés à son effigie[2].

L'année 1942 est marquée par son discours Donnez-moi vos enfants à la suite de la volonté des nazis de déporter 20 000 enfants vers les camps de la mort. Il est également décrit comme un autocrate pédophile[3] et un tyran qui s'est bâti un empire personnel à l'intérieur même du ghetto.

En 1944, les Allemands procèdent à la liquidation du ghetto à la suite de leurs défaites à l'est. En août, Rumkowski et sa famille prennent volontairement le dernier convoi vers Auschwitz[4] et y meurent le 28 août 1944.

Bien que Rumkowski et d'autres Judenrat ont été considérés comme des collaborateurs et des traîtres, les historiens de la fin du XXe siècle ont réexaminé les faits à la lumière des conditions de l'époque. Un survivant du ghetto de Łódź a écrit dans ses mémoires que Rumkowski avait donné à des gens de Łódź davantage de chance de survivre même s'ils n'étaient que quelques milliers. Il écrit ainsi : « il s'agit d'un calcul horrible mais il donne à Rumkowski une victoire posthume »[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Horwitz et J. Gordon, Ghettostadt: Lodz and the Making of a Nazi City, Cambridge, Mass, Belknap Press
  • (de) Andrea Löw, Juden im Getto Litzmannstadt: Lebensbedingungen, Selbstwahrnehmung, Verhalten, Göttingen, Wallstein,
  • Isaiah Trunk (trad. Robert Moses Shapiro), Łódź Ghetto: a history, Bloomington, Indiana, Indiana University Press (en association avec le United States Holocaust Memorial Museum), , alk paper éd. (ISBN 0-253-34755-6, lire en ligne).
  • (en) Michael Unger, Reassessment of the Image of Mordechai Chaim Rumkowski, Jerusalem, Keterpress Enterprises,
  • Étienne Jaudel, La malédiction du pouvoir. L'histoire tragique de Modechaï Chaïm Rumkowski, président du conseil juif du ghetto de Lodz, Michel Houdiard Éditeur, 2005, (ISBN 978-2-9126-7345-9), notice éditeur.

Le marchand de Lodz / Adolf Rudnicki, Sillage ed., 2010 (ISBN 978-2-916266-66-4)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) S.J. Heart, « The Lodz Ghetto », Holocaust Research Project (consulté le 4 janvier 2014)
  2. (en) Carmello Lisciotto, Heart, « Chaim Mordechai Rumkowski », Holocaust Research Project (consulté le 4 janvier 2014)
  3. Rumkovski le bienveillant, Le Nouvel Observateur
  4. (en) Danuta Dombrowska, « Chaim Mordechai Rumkowski », dans Encyclopaedia Judaica, Détroit, Macmillan Reference USA, , 2e éd. (lire en ligne)
  5. (en) Michael Unger, Reassessment of the Image of Mordechai Chaim Rumkowski, Jerusalem, Keterpress Enterprises,