Soultz-sous-Forêts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Soultz.
Soultz-sous-Forêts
Image illustrative de l'article Soultz-sous-Forêts
Blason de Soultz-sous-Forêts
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Wissembourg
Canton Soultz-sous-Forêts
(chef-lieu)
Intercommunalité C.C. du Soultzerland
Maire
Mandat
Pierre Mammosser
2008-2014
Code postal 67250
Code commune 67474
Démographie
Population
municipale
2 970 hab. (2011)
Densité 196 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 56′ 22″ N 7° 52′ 53″ E / 48.9394, 7.8814 ()48° 56′ 22″ Nord 7° 52′ 53″ Est / 48.9394, 7.8814 ()  
Altitude Min. 137 m – Max. 508 m
Superficie 15,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Soultz-sous-Forêts

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Soultz-sous-Forêts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Soultz-sous-Forêts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Soultz-sous-Forêts

Soultz-sous-Forêts (originellement Sulz, nom allemand/alsacien actuel : Sulz unterm Wald) est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace. Le , la commune fusionne avec le village de Hohwiller.

La commune fait partie du parc naturel régional des Vosges du Nord et de la réserve de biosphère transfrontalière des Vosges du Nord-Pfälzerwald.

Géographie[modifier | modifier le code]

La localité se trouve au cœur de la région naturelle de l'Outre-Forêt[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des fouilles archéologiques ont permis de localiser un habitat gallo-romain à l'est de la ville[2]. Au XIIIe siècle, la localité fait partie de la seigneurie des Fleckenstein et en est le centre administratif. Le château fort du Fleckenstein se situait à l'entrée sud du village en 1274, il a aujourd'hui disparu.

En 1346 Soultz est érigée au rang de « ville » et est fortifiée d'une enceinte.

Soultz devient Soultz-sous-Forêts en 1750. Cette précision est nécessaire pour la poste.

À partir de 1790 Soultz-sous-Forêts devient chef-lieu de canton.

Le XIXe siècle est celui de « l'âge d'or » de la commune. Le bourg devient une vraie petite ville sur le plan urbanistique. L'activité commerciale et artisanale se développe et Soultz-sous-Forêts obtient l'autorisation de tenir un marché. L'administration cantonale joue pleinement son rôle. Le chemin de fer, soutenu par Frédéric Muntz, le maire de l'époque, entre pour la première fois en gare de Soultz le 25 août 1855 à 11 heures 30[3].

Le XXe siècle est plus difficile et plus contrasté. C'est le siècle du développement puis du déclin de l'exploitation pétrolière. La première partie de siècle est encore marquée par quelques avancées significatives comme l'adduction d'eau en 1924[3].

L'après-guerre est pleine de contrastes. L'implantation de deux usines importantes dans les années 1960 assure une prospérité qui ne se dément pas. Les années 1970 voient également s'ériger un nouveau concurrent au centre de l'Outre Forêt : la commune de Betschdorf. Après plusieurs fusions, elle devient la deuxième localité de l'arrondissement, après Wissembourg. En 1982 Hohwiller associe son destin à celui de Soultz-sous-Forêts[3].

La Seconde Guerre mondiale à Soultz-sous-Forêts[modifier | modifier le code]

La ville de Soultz-sous-Forêts a vécu cette guerre comme toute l’Alsace, et ce d’autant plus, qu’elle était à proximité de deux lieux stratégiques. À l’ouest de la commune, les puits de pétrole et la raffinerie de Pechelbronn étaient un moteur économique pour la région et permettaient une richesse énergétique. Au nord se situe la ligne Maginot qui témoigne encore aujourd’hui de l’arsenal militaire mis en place dans la région. La gare de transbordement de Soultz-sous-Forêts joua un rôle primordial dans la construction et le ravitaillement du fort de Schœnenbourg via une ligne de chemin de fer militaire dite voie de 60[4].

Les pasteurs de Soultz-sous-Forêts[modifier | modifier le code]

Liste des pasteurs de Soultz-sous-Forêts[5] :

  • Georg Keller, né en 1557 à Wildberg, Wurtemberg, 1582-1622, fils d'Andreas Cellarius. Il dut déménager à cause des troubles de la guerre (Wegen den Kriegswirren musste er wegziehen). Il décéda le 3 juin 1631 à Soultz-sous-Forêts, âgé de 74 ans.
  • Friedrich Keller, fils du précédent, instituteur à Soultz et pasteur à Drachenbronn, 1623-avant 1635, il fut pasteur à Wernersbeg, village au sud d'Annweiler am Trifels, Palatinat, d'où il fut expulsé en 1635, puis fut pasteur à Ober- et Niederbetschdorf 1635+1651, également pasteur à Hatten, 1648+1651.
  • Johann Burckard Gauckler, de Mötzingen, Wurtemberg, 1622-1635.
  • Hieronimus Bancowitz, pasteur de Hohwiller, administra toute la région de 1635-1664. Ses paroisses allèrent de Roedern jusqu'à Lembach.
  • Johann Daniel Hattenbach, 1664-1680.
  • Wolfgang Johann Mayer, de Schwobach, 1680-1681.
  • Johann Balthasar Becker, 1681-1707.
  • Georg Bartholdi, Hesse-Darmstadt, 1707-1713.
  • Johann Michael Bender, 1713-1744.
  • Gottfried Heinrich Rapp, 1744-1752.
  • Johann Reinhard Koenig, 1752 † 1782.
  • Johann Philipp Wegelin, 1782 † 1799.
  • Friedrich Weber, 1799-1808.
  • Heinrich Casimir Hermann Weitzmann, 1808 † 1835.
  • Friedrich August Schaller, 1835-1839.
  • Ludwig Philipp Heydenreich, 1840-1851.
  • Christian Friedrich Hauth, 1852.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Soultz-sous-Forêts

Les armes de Soultz-sous-Forêts se blasonnent ainsi :
« De sinople aux trois fasces d'argent. »[6].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Pierre Mammosser[7] PS  
mars 1995 mars 2008 Alfred Schmitt    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 970 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 167 1 259 1 443 1 685 1 968 2 016 1 877 1 947 1 882
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 650 1 740 1 667 1 563 1 571 1 620 1 566 1 564 1 582
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 504 1 547 1 515 1 439 1 527 1 589 1 713 1 439 1 571
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 698 1 877 1 924 2 289 2 185 2 494 2 645 2 970 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9])
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Un groupement européen d'intérêt économique (GEIE), dans le cadre d'un projet européen[10] piloté par le bureau de recherches géologiques et minières français, mène depuis 1987 une expérimentation d'exploitation de l'énergie géothermique pour une production d'électricité à Soultz-sous-Forêts. Pour cela trois forages de 5 000 m de profondeur ont été creusés[11]. Ce projet devrait se terminer fin 2008[10]. Les premiers kilowattheures ont été produits à l'été 2008 et différentes nouvelles techniques pour une meilleure exploitation de la chaleur (utilisation des failles existantes dans le socle granitique, de l'eau souterraine, etc.) ont pu être validées. Cette expérience a aussi souligné le risque sismique de forage et d'injection d'eau à très grande profondeur[10]. Ainsi les opérations menées ont généré 50 000 séismes, dont une grosse dizaine d'une magnitude supérieure à 2 sur l'échelle de Richter donc perceptible par l'homme.

L'économie repose sur un tissu industriel avec deux principaux employeurs, Gunther Tools/Walter et CEFA, et sur un réseau d'une centaine de PME et artisans.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre et Saint-Paul XXe siècle et son orgue. Elle occupe l’emplacement de la cour d’honneur de l’ancien château Geiger[16], [17] .
  • Église Saint-Jean-Baptiste XVe siècle à Hohwiller[18], [19]. Hohwiller est l'une des quelque 50 localités d'Alsace dotées d'une église simultanée[20].
  • Temple protestant construite à la fin du XVe siècle et ses orgues. Le clocher est sans doute l’ancien beffroi de la ville[21], [22], [23], [24], [25].
  • Synagogue, reconstruite en 1827 elle remplace un édifice plus ancien, démolie en 1897 remplacée par la synagogue actuelle. Endommagée au cours de la seconde guerre mondiale, elle a été reconstruite en 1962[26], [27].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Henri Bacher, Soultz-sous-Forêts et ses environs, Alsatia, Guebwiller, 1924, 101 p.
  • (de) Keller Friedrich : (2582) Die evangelischen Geistlichen der Pfalz seit der Reformation. Georg Biundo - 1968
  • Jean-Laurent Vonau, Soultz-sous-Forêts : de la seigneurie au bourg-centre, Strasbourg, Éd. Coprur,‎ 1997, 318 p. (ISBN 2842080181)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Outre-Forêt », in Alsace, Gallimard, Paris, 2007, p. 213
  2. « Notice no IA00118987 », base Mérimée, ministère français de la Culture Des fouilles archéologiques ont permis de localiser un habitat gallo-romain à l'est de la ville
  3. a, b et c Tiré du site internet de la commune : http://www.soultzsousforets.fr/ville_et_patrimoine/historique_33.php
  4. Tiré du site internet de la commune : http://www.soultzsousforets.fr/ville_et_patrimoine/seconde_guerre_mondiale_168.php
  5. Extrait du livre Das Pfarrbuch der Graffschaft Hanau-Lichtenberg, pp. 419 et 420, de Ludwig Albert Kiefer, ancien pasteur à Balbronn, Bas-Rhin.
  6. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.newgaso.fr (consulté le )
  7. [PDF] Liste des maires au 1er avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  10. a, b et c Matthieu Quiret, « La géothermie profonde livre son énergie », sur www.lesechos.fr,‎ (consulté le )
  11. http://www.brgm.fr/geothermie.htm
  12. « Notice no Saline de 1740 », base Mérimée, ministère français de la Culture IA00119008
  13. « Notice no Château de Bode », base Mérimée, ministère français de la Culture IA00118997
  14. « Notice no IA00118996 », base Mérimée, ministère français de la Culture château des sires de Fleckenstein
  15. « Notice no IA00118993 », base Mérimée, ministère français de la Culture Château érigé en 1750 par François Frédéric de Geiger, bailli de la seigneurie de Soultz
  16. « Notice no IA00118988 », base Mérimée, ministère français de la Culture Église Paroissiale Saint-Pierre, Saint-Paul
  17. « Notice no IM67005276 », base Palissy, ministère français de la Culture orgue (grand orgue) église paroissiale Saint-Pierre, Saint-Paul
  18. « Notice no PA00084752 », base Mérimée, ministère français de la Culture Église simultanée Saint-Jean-Baptiste de Hohwiller
  19. « Notice no IM67005307 », base Palissy, ministère français de la Culture orgue (grand orgue) église paroissiale Saint-Jean-Baptiste ; temple
  20. Bernard Vogler, « Liste de localités ayant de nos jours une église simultanée », in Antoine Pfeiffer (dir.), Protestants d'Alsace et de Moselle : lieux de mémoire et de vie, SAEP, Ingersheim ; Oberlin, Strasbourg, 2006, p. 298 (ISBN 2-7372-0812-2)
  21. « Notice no IA00118989 », base Mérimée, ministère français de la Culture Temple
  22. « Notice no IA00119010 », base Mérimée, ministère français de la Culture Église Saint-Jean-Baptiste, Temple
  23. « Notice no PA00085007 », base Mérimée, ministère français de la Culture Église protestante
  24. « Notice no IM67005293 », base Palissy, ministère français de la Culture orgue (grand orgue) du temple
  25. « Notice no IM67005308 », base Palissy, ministère français de la Culture orgue (petit orgue) église paroissiale Saint-Jean-Baptiste ; temple
  26. « Notice no PA00132522 », base Mérimée, ministère français de la Culture Synagogue de 1897
  27. « Notice no IA00118990 », base Mérimée, ministère français de la Culture Synagogue