Memmelshoffen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Memmelshoffen
Memmelshoffen
Église Sainte-Catherine.
Blason de Memmelshoffen
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Haguenau-Wissembourg
Intercommunalité Communauté de communes de l'Outre-Forêt
Maire
Mandat
Stéphane Kastner
2020-2026
Code postal 67250
Code commune 67288
Démographie
Gentilé Memmelshoffenois, Memmelshoffenoises [1]
Population
municipale
328 hab. (2018 en augmentation de 0,31 % par rapport à 2013)
Densité 180 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 57′ 39″ nord, 7° 52′ 14″ est
Altitude Min. 158 m
Max. 218 m
Superficie 1,82 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Wissembourg
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Memmelshoffen
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Memmelshoffen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Memmelshoffen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Memmelshoffen

Memmelshoffen est une commune française située dans la circonscription administrative du Bas-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace et fait partie du parc naturel régional des Vosges du Nord.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé dans les collines sous-vosgiennes de la Hardt, adossé aux massifs du Hochwald et du Langenberg, le village est localisé au nord du département du Bas-Rhin.

Communes limitrophes de Memmelshoffen
Keffenach
Soultz-sous-Forêts Memmelshoffen
Retschwiller

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Memmelshoffen est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (80,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (94,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (80,8 %), zones urbanisées (13,9 %), forêts (5,2 %), zones agricoles hétérogènes (0,1 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Déjà en 1274, au temps de Saint Louis, les sires de Fleckenstein et le Puller de Hohenbourg possèdent le village. En 1351, le village passe en copropriété aux sires de Dahn et de Fleckenstein-Bickenbach (Cleebourg). En l’an de grâce 1435, les Lichtenberg transmettent leur possession à Memelshoffen à Wirich von Hohenburg, vassal de l’archevêque de Cologne. De 1543 à 1550, les Fleckenstein, autres vassaux de l’archevêque de Cologne, vont introduire la Réforme. Ils seront propriétaires du village jusqu’en 1720. En 1693, la religion catholique réapparaît. En 1720, à l’extinction de la lignée des Fleckenstein, la baronnie de Soultz passe aux Rohan-Soubise. En 1789 est rédigé le premier livre du conseil municipal de Memmelshoffen.

Dès 1798, le village devient une commune autonome, conséquence de la Révolution française de 1789. De 1940 à 1945, ce sera l’ultime incorporation allemande. Le village y perdra son autonomie et sera rattaché d’office à Keffenach.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Memmelshoffen

Les armes de Memmelshoffen se blasonnent ainsi :
« Parti : au premier d'azur à l'étoile de six rais d'or, au second de sinople aux trois fasces d'argent. »[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1965 Jean Schillinger    
1965 1989 Emile Huchler    
1989 2001 Paul Batt    
mars 2001 mai 2020 Georges Eschenmann[10]    
mai 2020 En cours Stéphane Kastner [11]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[13].

En 2018, la commune comptait 328 habitants[Note 2], en augmentation de 0,31 % par rapport à 2013 (Bas-Rhin : +2,17 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
235274353367421391383372383
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
330326324311311329315306293
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
301311304315293297317296295
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
300300279273263317322323326
2017 2018 - - - - - - -
332328-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Au centre du village se dresse le monument aux morts construit en 1960.

L'église, construite en 1780 sur une précédente construction quasiment en ruine, est rénovée et agrandie en 1861. Construite en grès, sa couverture est faite de tuiles plates, d’ardoises. Le tableau de sainte Catherine qui orne l'église depuis 1850 est rénové une première fois en 1932 et une deuxième fois en 2000.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Franz Anton Brendel : évêque jureur de la Constitution. Son père Mathias Brendel est né le à Walthüren (Ostfranken), il a épousé Johanna Franziska Wilk originaire de Walschbronn en Lorraine. Son fils Franz-Anton est né à Lohr am Main le . Il a grandi à Memmelshoffen, alors que son père était contrôleur du prince de Hessen Darmstadt. Il étudia pendant un an à Öwisheim (Pays de Bade) puis a fréquenté de 1750 à 1754 le collège de Haguenau. Ensuite il apprit le français à Pont-à-Mousson et étudia la théologie au séminaire de Strasbourg. Il fut vicaire pendant six mois à Huttenheim et ensuite curé à Soultz-sous-Forêts en 1761. Il devint prédicateur à la cathédrale de Strasbourg en 1765 et enseigna le droit canon à l’université épiscopale à partir de 1769. Brendel participa aux assemblées politiques lors de la Révolution et prêta serment le , bien qu’il ait signé une déclaration avec les religieux de Strasbourg contre la constitution civile. Après son élection en tant qu’évêque constitutionnel, il obtint la consécration le des mains de l’évêque Gobels à Paris. Le , la cathédrale fut transformée en temple de la Raison, Brendel se retira et fut assigné à résidence à l’Université. Après sa libération en 1794, découragé, il transmit sa démission et devint archiviste du département du Bas-Rhin. Il mourut le 3 prairial de l’an VIII (), à 64 ans. Ses funérailles furent célébrées par des prêtres constitutionnels dans l’église Saint-Pierre-le-Jeune de Strasbourg.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/bas-rhin-67
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le ).
  10. [PDF] Liste des maires au 1 avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  11. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :